En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Marguerite Desforges
Etudiante à l'EM Lyon en double diplôme avec la Faculté de Droit Lyon II. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 30 juillet 2018
Temps de lecture : 3 min

Créer son entreprise c’est un rêve pour de nombreuses personnes ! Mais encore faut-il avoir les épaules d’un fondateur de startup. Car s’il y a bien une chose qui est commune à toute création d’entreprise c'est que ce n’est pas chose aisée.

Si le profil type du fondateur de startup n’existe évidemment pas, on peut tout de même mettre en exergue quelques qualités essentielles.

Fondateur de startup

Qualité n° 1 : La persévérance

Créer son entreprise ce n’est pas se tourner vers la sécurité, il faut faire preuve d’un certain goût du risque et surtout, qualité malheureusement peu ancrée dans l’esprit Français, savoir accepter l’échec… et surtout le surmonter !

“We try, we fail, we fix.” Dicton américain

N’ayez pas peur de l’échec et cessez d’attendre le “bon moment” pour vous lancer : Just do it, pour paraphraser une célèbre marque de chaussures.

Fonder sa startup c’est aussi développer sa faculté d’adaptation. La règle étant bien sûr qu’il n’y a pas de règle, aucune création d’entreprise ne ressemble à une autre et les obstacles seront nombreux sur la route : il vous faudra vous adapter, réfléchir vite et bien ! Obtenir un prêt professionnel, trouver des clients, s’entourer des bons associés… la persévérance sera la clé de votre réussite.

Qualité n°2 : Le leadership

Ça y est, vous vous êtes lancé ? Maintenant il s’agit de réussir ! Pour cela, le fondateur de startup devra être un bon leader.

Le leadership est un terme anglo-saxon qui a l’avantage d’en englober bien d’autres : charisme, expertise, visionnaire, porteur de projet, meneur d’hommes… le leader est celui qui mène son équipe au succès.

“C'est le boss ! Le grand manitou ! Le singe ! Le gros bonnet ! La vedette ! Le cerveau !” Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Le leader incarne son projet, il sait le présenter et convaincre les autres (et notamment les investisseurs) que son projet vaut la peine d’être lancé : il est passionné ! Il fait rêver et saura développer son réseau professionnel.

Le leader est aussi un manager. La différence ? Le leader inspire sur le long terme, le manager gère ses employés au jour le jour.

Qualité n° 3 : La créativité

Trouver LA bonne idée, se faire une place sur le marché et être meilleur que tous ses concurrents… Être fondateur de startup c’est savoir se montrer créatif et développer son intuition.

L’intuition, comme tout, s’acquiert au fil du temps et du travail. Associée à un bon sens humain, elle vous sera d’une aide précieuse au moment des recrutements. S’entourer des bonnes personnes est à la fois l’une des choses les plus dures et les plus importantes lorsque l’on crée son entreprise.

Être créatif c’est aussi avoir une vision, concrétisée dans des valeurs qui vous sont propres et qui vous seront utiles au moment d’établir votre stratégie de communication.

Qualité n°4 : La rigueur

Fonder une startup c’est tout créer à partir de rien. Cela signifie qu’avant d’avoir une équipe de 100 personnes toutes plus qualifiées les unes que les autres, il faudra être capable de tout gérer.

Marketing, ventes, produit, support client, administratif… le fondateur de startup est plus qu’un visionnaire, c’est un acharné du travail motivé par sa passion et convaincu que toutes ces heures d’investissement le mèneront à la réussite.

“Il n’y a qu’une façon d’échouer, c’est d’abandonner avant d’avoir réussi.” Georges Clémenceau

Qualité n°5 : L’ambition

Fonder une startup c’est bien, devenir le prochain Steve Jobs c’est mieux.

Le milieu des startups est un milieu rude où la compétition est féroce et les adversaires cruels. Pour réussir, il avoir un certain sens du business, savoir repérer les opportunités, négocier des contrats dans un seul objectif : gagner de l’argent et faire du bénéfice.

Vouloir faire du bénéfice ce n’est pas être vénal, c’est se donner les moyens de se développer. Pour citer le plus jeune milliardaire de notre siècle :

"Nous ne créons pas des services pour faire de l’argent. Nous faisons de l’argent pour créer de meilleurs produits." Mark Zuckerberg

Et si votre objectif était de devenir la prochaine licorne ?

Mise en ligne : 30/07/2018

Rédacteur : Marguerite DESFORGES, étudiante à l'EM Lyon en double diplôme avec la Faculté de Droit Lyon II. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations