Prise d'acte de la rupture

Tout salarié peut prendre acte de la rupture du contrat de travail.

La prise d'acte peut être envisagée si le salarié reproche à l'employeur des manquements suffisamment graves pour empêcher la poursuite du contrat de travail : discrimination, non paiement du salaire ou encore modification du contrat de travail.

 

Legalstart.fr frappe là où ça fait mal

 
Oséo, la mairie de Paris, la région Île de France, et beaucoup d'autres nous soutiennent

Comment ça marche ?

Répondez à un questionnaire en ligne (10 min)

Nous créons automatiquement votre document

Envoyez la lettre à votre employeur !

J'utilise Legalstart pour toutes mes formalités juridiques. Le service est clairsimple et la qualité des interlocuteurs vraiment rassurante.

Alexandre C (Paris)

Un service à la fois économique et fiable. Tous mes documents juridiques ont été revus par des spécialistes et générés en ligne rapidement.

Alice S (Grenoble)

J'ai découvert le service après avoir effectué mes démarches par moi-même pendant des années... Quel gain de temps et d'argent !

Pascal L (Toulouse)

Pourquoi choisir Legalstart ?

Simple et rapide
Des prix imbattables
Des documents de qualité
Nous vous remboursons si vous n’êtes pas 100% satisfait.

Questions fréquentes

Quelles conséquences après la prise d'acte ?

La prise d'acte entraîne l'interruption immédiate du contrat de travail. Le salarié n'est pas contraint d'effectuer un préavis. L'employeur doit alors remettre à l'employé un certificat de travail et une attestation Pôle emploiLe juge doit décider si la prise d'acte est justifiée ou non:

  • Si oui, l'employeur doit verser au salarié les indemnités de licenciementde congés payésde préavis et les indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse (ou pour licenciement nul, le cas échéant).
  • Si non, le salarié doit verser à l'employeur une indemnité compensatrice de préavis

Qu'est-ce qu'une prise d'acte ?

La prise d'acte de la la rupture du contrat de travail par le salarié a lieu lorsque celui-ci accuse son employeur de :

  • discrimination au travail
  • non-versement de la rémunération 
  • modification unilatérale des termes du contrat de travail
  • violences commises sur le lieu de travail

Si les faits sont justifiés, Il ne s'agit donc pas d'une démission mais d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le salarié peut saisir le juge afin qu'il statue sur les conséquences de cette rupture.