Article mis à jour le 17 août 2018

Comment devenir traducteur freelance ?

Sandra Nussbaum
Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Gagner de l’argent en traduisant ? C’est tout à fait possible ! Si vous avez des capacités linguistiques qui vous permettent d’en faire votre métier, vous pouvez très bien décider de vous lancer et de devenir traducteur freelance !

Diplômes, qualités, structure juridique, rémunération, on fait le point sur tout ce qui entoure le métier de traducteur indépendant.

comment devenir traducteur freelance

Devenir traducteur sans diplôme : possible ?

Faire de la traduction est plus une question de compétence que de diplôme. La preuve en est, faire de la traduction est une profession libérale non réglementée, ce qui implique qu’il est tout à fait possible de devenir traducteur sans diplôme !

Pour autant vos compétences parleront d’elles-mêmes dans la mesure où la qualité de vos traductions aura une influence directe sur le bouche à oreille et donc sur votre clientèle.

En pratique, la majorité des traducteurs indépendants ont des qualifications professionnelles: écoles spécialisées (ESIT, ISIT) ou encore masters professionnels.

Quelles sont les qualités pour devenir traducteur indépendant ?

Devenir traducteur indépendant exige évidemment d’avoir une certaine passion linguistique. Cela peut également être un projet qui s’impose à vous pour plusieurs raisons : vous avez des parents de nationalités différentes ou vous avez beaucoup voyagé et vous parlez couramment au moins 2 langues.

C’est un métier qui peut très bien s’exercer en parallèle d’un autre dans l’objectif d’avoir un complément de revenus.

Vous devez impérativement être rigoureux et maîtriser parfaitement la grammaire et l’orthographe des deux langues.

Quelle mission pour un traducteur freelance ?

La principale mission d’un traducteur est la suivante : un client vient avec un texte écrit dans une langue source et il demande au traducteur de transposer ce texte dans une langue cible.

Toute la difficulté de la traduction consiste à respecter la pensée de l’auteur du texte et de traduire le plus fidèlement possible sans faire de la traduction mot pour mot.

Quelle structure juridique pour devenir traducteur freelance?

Un traducteur peut travailler en tant que salarié dans une agence mais il a également la possibilité de devenir travailleur indépendant, notamment en travaillant en freelance. Si vous étiez salarié avant de devenir traducteur freelance, pensez à démarcher vos clients au moment de votre départ, sous réserve que votre contrat de travail vous le permette.

Pour devenir freelance, vous allez devoir passer par une structure juridique. Etant donné que ce n’est pas une profession réglementée, vous allez avoir plusieurs options :

  • Statut d’auto-entrepreneur : passer par ce statut vous permet de profiter des avantages du régimes d’auto-entrepreneur (fiscal social, comptable). Pour autant, vous allez être limité par les plafonds auto-entrepreneur (seuils de chiffre d’affaires à ne pas dépasser) et votre patrimoine personnel ne sera pas protégé. C’est donc un statut qui peut avoir ses limites.
  • SASU ou EURL : vous pouvez également faire le choix de créer une société unipersonnelle, c’est-à-dire une société avec un seul associé. Les formalités de création sont un peu plus complexes et onéreuses mais pour autant ce sont des structures plus rassurantes qui inspirent confiance aux tiers et qui protègent votre patrimoine personnel de vos créanciers professionnels.

Bon à savoir : rien ne vous empêche de commencer votre activité sous le statut d’auto-entrepreneur le temps de voir si votre démarrage se passe bien pour ensuite créer une société unipersonnelle comme une SASU ou une EURL. Si vous souhaitez créer une entreprise de traduction avec un ou plusieurs autres associés, rien ne vous empêche évidemment de créer une SAS ou une SARL !

Quelle rémunération pour faire de la traduction en freelance?

Il est quasiment impossible de faire des estimations de rémunération des traducteurs freelance dans le sens où elle dépend directement des domaines de vos traductions (littéraire, scientifique, prix de transfert), de votre niveau d’expérience et de la difficulté de la traduction demandée.

Si on devait donner une fourchette de rémunération, sachez que cette dernière est liée au nombre de mots et que les tarifs pratiqués sont entre 0,04 € et 0,21€ le mot !

Ensuite à vous de jouer et de vous construire une réputation : spécialisation dans un domaine particulier, création d’un site internet, bouche à oreille, tous les moyens sont bons !

Que ce soit à titre principal ou pour percevoir une source de revenus complémentaire, on vous aide à accomplir les démarches pour devenir traducteur indépendant.

Mise à jour : 17/08/2018

Rédacteur : Sandra NUSSBAUM, diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations