En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Article mis à jour le 14 août 2018

Devenir indépendant avec le statut freelance!

Malo de Braquilanges
Diplômé de Sciences Po Paris. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Devenir freelance est un rêve pour beaucoup d’entrepreneurs et de salariés qui y voient un synonyme d’autonomie et de liberté dans leur vie professionnelle. Pouvoir travailler de chez soi, choisir ses propres horaires… Le travailleur indépendant freelance profite d’un mode de vie professionnelle qui attire.

On ne sait toutefois pas toujours exactement ce que recouvre le terme freelance, quelles contraintes peuvent y être attachées, ni comment, concrètement, devenir freelance. On vous éclaire !

freelance

Freelance : définition du statut

La réalité du métier de freelance couvre évidemment une grande variété de profils. De même, les modalités juridiques et administratives de l’exercice de l’activité de freelance peuvent être très diverses.

Le freelance n’appartient en effet pas à un statut spécifique défini par la loi. Le terme s’entend dans le langage courant et ne renvoie pas à une définition juridique donnée. Le freelance évolue donc dans le cadre d’un statut juridique, que ce soit une entreprise individuelle ou une société. Dans la majorité des cas, le freelance est auto-entrepreneur, mais ce n’est bien sûr pas le seul chemin possible !

En conséquence, le statut de freelance ne peut être défini juridiquement. En réalité, il renvoie à une personne travaillant seule pour le compte de clients, souvent sur des missions ponctuelles ou de courte durée. Développeurs freelance, consultant en ingénierie consultant en management, métiers du digital et du conseil, marketing, mais aussi fonctions support ou commerciales… on retrouve également une grande variété d’activités sous cette appellation.

Alors, le statut freelance est-il fait pour vous ?

Le statut freelance est-il fait pour vous ?

Etre freelance a des conséquences majeures sur l’organisation de votre vie professionnelle, voire de votre vie en général. Il faut vous poser les bonnes questions avant de vous lancer pour être sûr qu’être freelance est ce qu’il vous faut !

Freelance : synonyme d’indépendance

Incontestablement, le statut de freelance renvoie à l’idée d’indépendance. Vous serez maître de votre emploi du temps, de votre charge de travail, vous gérerez seul vos clients et pourrez orienter votre activité comme bon vous semblera.

Naturellement, cela implique un niveau de stress et d’investissement personnel qui peut être supérieur à ce qu’on rencontre dans le cadre du salariat. A ce titre, cumuler salariat et activité en freelance peut permettre de diminuer la pression. Vous vous assurez un salaire fixe et pouvez développer plus tranquillement votre activité secondaire par ailleurs.

Certains métiers se prêtent également plus ou moins au statut de freelance. Par exemple, devenir développeur web freelance est un statut aujourd'hui très prisé alors même que ce métier n'existait pas il y a quelques années.

Quelle responsabilité pour le freelance ?

De même qu’il n’y a pas un statut juridique dédié au freelance, il n’y a pas de réponse unique à cette question.

Principalement, vous avez le choix entre l'entreprise individuelle ou la création d'une société.

Si vous exercez dans le cadre d’une société, votre responsabilité sera limitée à votre apport : cela signifie, qu'en cas de difficultés financières, vos créanciers ne pourront saisir vos biens personnels.

Dans le cadre de l'entreprise individuelle, patrimoines personnel et professionnel ne sont pas séparés : cela signifie que votre responsabilité est illimitée et cela peut mettre en danger votre patrimoine personnel. Cependant, si vous optez pour l'EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée), votre responsabilité sera limitée au patrimoine affecté spécifiquement à votre activité professionnelle.

Le mode de vie du freelance est-il fait pour vous ?

En tant que freelance, vous serez seul maître à bord. Cela a évidemment ses avantages. Cela signifie aussi que vous serez seul… tout court. Bien sûr, vous pourrez être en contact avec des clients ou partenaires quotidiennement. Pour certaines personnes toutefois, rien ne remplace le travail en entreprise, entouré de collègues avec qui vous partagez vos journées !

Il est également possible de recréer une atmosphère de travail plus conviviale, par exemple en rejoignant un espace de coworking. Cela vous donnera également l’opportunité d’échanger conseils et compétences !

Comment devenir freelance ?

Concrètement, quelles sont les statuts qui permettent de devenir freelance ? Quelles sont les étapes à suivre ?

Le choix du statut

La première étape pour vous lancer est de choisir le statut juridique qui vous conviendra le mieux. Il est difficile de trancher le débat une fois pour toutes : il n’y a pas de formule magique et c’est votre situation personnelle qui déterminera ce qui vous convient le mieux.

Sachez que la majorité des freelances se lancent en tant qu’auto-entrepreneur. Les avantages et inconvénients de l’auto-entreprise en font un excellent moyen de démarrer une activité ou de gérer une activité secondaire. Cependant, vous ne pourrez pas dépasser certains seuils de chiffre d’affaires, ni par exemple vous associer.

Vous pouvez alors opter pour une forme sociétaire, comme la SASU ou l’EURL qui sont des sociétés à associé unique.

Quelles démarches pour devenir freelance ?

Naturellement, les démarches à effectuer varient en fonction de la forme juridique choisie. Ainsi, les démarches pour devenir auto-entrepreneur sont particulièrement simples, tandis que les créations de sociétés nécessitent des formalités un peu plus lourdes.

Par ailleurs, sachez que vous devrez ouvrir un compte dédié à votre activité, qui doit être séparé de votre compte personnel. Cependant, il ne doit pas nécessairement être un compte professionnel si vous êtes en auto-entreprise par exemple. Dans le cas d’une société, il faudra déposer le montant de votre capital social à la banque pour pouvoir immatriculer votre entreprise.

Une fois ces étapes effectuées, il vous restera à lancer concrètement votre activité, pour décrocher vos premiers contrats de freelance, rencontrer vos premiers clients et engranger vos premiers euros de chiffre d’affaires !

Vous êtes prêt à vous lancer ? Créez votre entreprise en ligne dès aujourd'hui !

Mise à jour : 14/08/2018

Rédaction : Malo de Braquilanges, diplômé de Sciences Po et spécialisé dans l'accompagnement des créateurs d'entreprise chez Legalstart.fr. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations