16 juillet 2021

Quels avantages à devenir son propre patron et comment s’y prendre?
Temps de lecture : 3 min

Ryuta Asai
Diplômé d'un Master 2 en Droit et Communication juridique à l'Université Panthéon-Assas. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Créer son entreprise

Vous souhaitez devenir votre propre patron en créant votre entreprise, mais vous ne savez peut-être pas comment vous y prendre. Pas de panique! Vous êtes au bon endroit.

Quels sont les avantages à devenir son propre patron? Comment devenir son propre patron? Peut-on l’être sans argent ou en restant salarié? On fait le point sur ces questions.

Quels sont les avantages et les inconvénients à devenir son propre patron?

Devenir son propre patron peut être le rêve de nombreuses personnes. Toutefois, il ne faut pas oublier que cette autonomie demande nécessairement des contreparties.

Les avantages à être son propre patron sont :

  • L’indépendance et l’autonomie : vous choisissez vos horaires, vos activités, vos clients, etc. En bref, vous devenez libre en ce sens que vous vous organisez comme bon vous semble. Il n’y a plus de supérieur hiérarchique au-dessus de vous pour contrôler vos tâches.
  • Gagner plus d’argent: selon votre situation actuelle, monter son entreprise peut vous être plus profitable. Toutefois, sachez que l’année du lancement de votre projet a des chances d’être financièrement difficile. Réussir son projet demande une certaine persévérance.
  • Vivre de sa passion: c’est à vous de choisir le domaine qui vous passionne et qui vous convient le mieux. Vous ne serez plus jamais contraint de travailler dans un univers qui ne vous enchante pas.
  • Relever ses défis et atteindre ses ambitions: avoir sa propre entreprise peut être synonyme d’un rêve que vous souhaitez réaliser depuis longtemps, ou tout simplement un défi que vous voulez relever. Dans tous les cas, il s’agit de satisfaire votre goût du défi tout en donnant un certain sens à sa vie qui sera ponctuée d’objectifs à plus ou moins long terme!

Toutefois, les inconvénients aussi doivent être relevés:

  • Le risque: vous êtes désormais responsable du sort de votre affaire. En effet, c’est à vous de prendre les bonnes décisions pour la pérennité de votre projet.
  • Une grande responsabilité: si vous avez des salariés, vous êtes responsables de la vie financière des personnes qui travaillent pour vous.
  • Un travail conséquent : être son propre patron ne signifie pas que vous passez moins de temps à travailler. Vous aurez à gérer des tâches administratives ou comptables supplémentaires que vous n’aviez sans doute pas à effectuer auparavant. Cela peut même empiéter sur votre vie personnelle dans certains cas.

Comment devenir son propre patron?

Maintenant que vous avez la motivation pour lancer votre projet et avez choisi d’oser entreprendre, comment concrétiser vos ambitions ? Autrement dit, comment devenir son propre patron? On vous aide à franchir le pas, étape par étape!

1ère étape - Trouver une idée d’entreprise

Il est primordial de bien définir une idée selon vos envies (quel domaine? quel type d’activité? quand commencer?), vos ressources (financières, matérielles, techniques, compétences, etc.), et surtout votre motivation. En effet, monter un projet entrepreneurial peut être fastidieux bien que passionnant. En ce sens, l’idée doit vous être adéquate à tous les niveaux pour être sûr de pouvoir continuer à avoir de la détermination malgré les possibles incertitudes et de surmonter d’éventuelles difficultés financières.

De manière générale, une bonne idée de création d’entreprise:

  • répond à une réelle demande du public;
  • permet de concilier travail et passion;
  • respecte vos attentes;
  • permet de mettre en œuvre vos compétences.

2ᵉ étape - Établir un projet avec une stratégie

Le principe ici est d’établir une stratégie commerciale pour votre entreprise. il s’agit de se poser des questions suivantes:

  • Quel prix donner à vos prestations?
  • Quelle clientèle viser?
  • Dans quel quartier s’implanter?
  • Y a-t-il un concurrent direct?
  • Comment se place la concurrence sur le marché visé?

Rédiger un business plan permet d’affiner davantage les différentes informations utiles afin de vérifier que votre projet est bien viable.

3ᵉ étape - Trouver des financements

Si vous n’avez pas suffisamment de fonds personnels pour assurer toutes les dépenses afin de mener à bien votre projet, sachez qu’il existe différents types de financement pour la création d’entreprise.

Le financement externe peut notamment prendre l’une des formes suivantes:

  • L’emprunt bancaire;
  • Le financement participatif (crowdfunding);
  • Le BSA-AIR (pour les nouvelles start-ups).

Bon à savoir: par opposition aux sociétés, il est beaucoup plus difficile pour les entrepreneurs individuels (entreprise individuelle, auto-entreprise, EIRL) d’obtenir un emprunt.

Par ailleurs, il existe de nombreuses aides au financement d’entreprises. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre fiche concernant les aides au financement de projet.

Toutefois, avant d’effectuer une demande de financement, vous devez faire une estimation des sommes nécessaires au lancement de votre projet. Pour vous aider, nous avons mis en place un simulateur permettant de donner une estimation des frais de création de votre entreprise. Vous pouvez librement vous en servir ici:

4ᵉ étape - Créer son entreprise

Avant de pouvoir enfin devenir votre propre patron, il est nécessaire de créer une structure juridique. Pour cela, il faut choisir la forme juridique la plus adaptée à votre projet et à votre situation...

La première question à se poser est celle de savoir si vous voulez entreprendre seul ou à plusieurs. 

Si vous souhaitez le faire seul, vous avez le choix entre: 

  • Une entreprise individuelle: cela permet d’exercer une activité en votre nom propre. Vous pouvez opter pour le régime classique ou celui de l’EIRL qui protège votre patrimoine personnel. Si vous respectez des seuils de chiffre d’affaires, vous pouvez également bénéficier du statut d’auto-entrepreneur qui ne nécessite pas la tenue d’une comptabilité, mais ne protège pas votre patrimoine personnel.

  • Une société unipersonnelle : créer une société demande plus de formalités, mais l’intérêt est qu’elle assure une plus grande protection de votre patrimoine personnel. Vous avez le choix entre l'EURL et la SASU.

Si vous souhaitez entreprendre à plusieurs, vous pouvez choisir la SARL ou la SAS. Pour en savoir plus, vous pouvez vous renseigner davantage grâce à notre guide du choix de la forme sociale.

Peut-on devenir son propre patron sans argent?

Comme de nombreux entrepreneurs, vous vous demandez certainement comment monter son entreprise sans argent. Si vous souhaitez lancer un projet avec 0 euro, sachez que cela n’est possible que pour certains types d’activité. En effet, vous ne pouvez pas investir dans une boutique ou toute autre projet demandant un investissement financier important. 

A contrario, vous pouvez viser une activité pour laquelle vous disposez déjà du matériel nécessaire. Selon vos compétences déjà acquises, vous pouvez alors monter votre entreprise en graphisme, design, cours particuliers, consulting, développement personnel, coaching, livraison, réparation de vélos, etc.

La contrainte de l’argent peut aussi pousser à vouloir devenir son propre patron à domicile, c’est-à-dire, à travailler depuis chez soi. Cela est devenu beaucoup plus facile aujourd’hui puisque de nombreux métiers sont réalisables sans quitter son domicile. En outre, cela permet d’avoir plus de temps pour soi et pour sa famille, ainsi que de réaliser des économies (pas de locaux à louer ou de fonds de commerce à acheter).

Peut-on devenir son propre patron et être salarié?

Peut-on être salarié et créateur d’entreprise? En pratique, monter son entreprise tout en restant salarié en parallèle vous permet de vous lancer dans l’entrepreneuriat avec prudence. Le cumul des deux activités vous offre notamment une sécurité financière les premières années d’activité.

En principe, il est tout à fait possible de faire cela. Mais il existe des limitations selon votre situation et l’activité que vous souhaitez effectuer.

Tout d’abord, vous pouvez créer une entreprise et rester salarié en parallèle, quelle que soit votre activité (commerciale, artisanale ou libérale) et la nature du contrat (CDI, CDD, intérim, etc.).

Bon à savoir: pour cumuler le statut de fonctionnaire et d’entrepreneur, des conditions strictes sont à respecter.

En outre, il faut savoir qu’il existe des contraintes directement liées à vos obligations en tant que salarié. En effet, il est nécessaire de vérifier que votre contrat de travail ne comporte pas de clause d’exclusivité ou de non-concurrence au profit de votre employeur.

De plus, un salarié a toujours un devoir de loyauté envers son employeur. Concrètement, cela signifie plusieurs choses:

  • Informer son employeur de son projet de création d’entreprise s’il concerne le même domaine ou les mêmes clients que l’entreprise de l’employeur;
  • Ne pas parler de l’entreprise de son employeur de manière négative;
  • Ne pas travailler pour son propre projet durant les heures salariées;
  • Ne pas utiliser le matériel mis à disposition par l’employeur pour son activité d’auto-entrepreneur.

Attention: ce devoir de loyauté persiste même après la rupture du contrat de travail qui vous liait à votre employeur. Autrement dit, en tant qu’ex-salarié, vous ne pouvez pas exercer une quelconque concurrence déloyale à l’encontre de votre ancien employeur. En cas de non-respect de ce devoir, vous risquez par exemple l’interdiction d’exercice de votre activité.

Mise à jour: 16/07/2021

Rédaction: Ryuta Asai, diplômé d'un Master 2 en Droit et Communication juridique à l'Université Panthéon-Assas. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Créer son entreprise

Télécharger gratuitement notre guide Association, rédigé par nos juristes

Télécharger le guide Association Télécharger le guide