Nous utilisons des cookies.
En savoir plus
Fermer

Brevet : L’action en contrefaçon

Vous avez déposé un brevet et vous estimez que ce dernier est victime de contrefaçon ? Il existe une action juridique pour vous protéger, l’action en contrefaçon. 

Nous prenons le temps de voir avec vous le mode d'emploi de cette action en justice. 

Mini-sommaire : 

  1. Quand peut-on parler de contrefaçon ?
  2. Qui peut intenter une action en contrefaçon ?
  3. Devant quel tribunal ?
  4. Dans quel but ?
  5. Quels sont les délais ?

action en contrefacon brevet

Quand peut-on parler de contrefaçon ?

Une contrefaçon est une imitation de votre produit dans le but de tromper les consommateurs. Ces derniers ne sont plus en mesure de distinguer l’original de la contrefaçon et ils achètent indépendamment votre produit ou la contrefaçon.

Le contrefacteur profite donc de vos investissements sans en payer les frais.

Cette problématique existe dans un certain nombre de secteurs, raison pour laquelle il existe également une action en contrefaçon pour les marques.

Qui peut intenter une action en contrefaçon ?

L’action en contrefaçon est en principe exercée par le titulaire du brevet, c'est-à-dire par la personne qui a effectué toutes les démarches du dépôt de brevet.

Dans certaines hypothèses le licencié exclusif peut également exercer l’action en contrefaçon, s’il a mis en demeure le titulaire du brevet d’agir et que la licence n’exclue pas cette possibilité. Pour rappel, une licence exclusive donne à son bénéficiaire la possibilité d’être le seul à exploiter l’invention sur le territoire.

Attention : un simple licencié partage la possibilité d’exploiter l’invention avec d’autres simples licenciés et il ne peut pas agir en contrefaçon.

Devant quel tribunal ?

C’est le Tribunal de Grande Instance de Paris (TGI) qui a vocation à connaitre de toutes les actions en contrefaçon en matière de brevet.

Cette compétence est limitée au contentieux, c’est-à-dire lorsqu’un procès est engagé. Si vous décidez de faire un arbitrage, vous n’êtes pas tenus de respecter cette obligation territoriale.

Dans quel but ?

En matière pénale la contrefaçon est un délit et la sanction contre le personne qui commet volontairement un délit peut aller jusqu’à 3 ans de prison et 300 000€ d’amende.

Si la contrefaçon est réalisée par une personne morale, c’est-à-dire par l’intermédiaire d’une société, l’amende peut aller jusqu’à 1,5 millions d’euros.

L’auteur d’une contrefaçon engage également sa responsabilité civile même s’il n’avait pas conscience d’être en infraction. La sanction se traduit par des dommages et intérêts fixés en fonction du manque à gagner, des pertes et du préjudice moral subi ainsi que des bénéfices réalisés par le contrefacteur (dont l’économie des investissements).

Après avoir obtenu une ordonnance vous allez également pouvoir faire cesser l’infraction en procédant à des saisies par huissier et des destructions des objets de la contrefaçon.

Quels sont les délais ?

Vous avez un délai de 5 ans pour exercer une action en contrefaçon sur le plan civil, et un délai de 3 ans pour exercer l’action pénale.

Soyez attentif à ce que votre action soit légitime, c’est-à-dire que vos droits soient réellement antérieurs.

N'hésitez plus à déposer votre brevet, car sans cette démarche vous n'aurez pas la possibilité d'exercer une action en contrefaçon.

Mise en ligne : 04/01/2018

Rédacteur : Sandra NUSSBAUM, diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.