En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
08 mars 2019

Auto-entrepreneur: est-il possible d’embaucher un salarié?

Faustine Nègre
Diplômée de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Besoin d'en savoir plus?

Vous avez créé votre auto-entreprise et votre activité bat son plein! Seul bémol: vous n’arrivez plus à tout faire tout seul et il vous faudrait des mains supplémentaires. Un auto-entrepreneur peut-il facilement embaucher un salarié? Quelles sont les obstacles à l’embauche d’un salarié?

Legalstart vous aide à y voir plus clair sur les possibilités d’embaucher un salarié lorsque l’on est auto-entrepreneur.


AE embauche salarié

Embaucher un salarié en auto-entreprise: c’est possible

Aucune disposition légale n’interdit à l’auto-entrepreneur d’embaucher un salarié. En théorie, il est donc tout à fait possible pour une auto-entrepreneur de recruter un salarié.
Cependant, le statut d’auto-entrepreneur, créé en 2009, a été imaginé pour les entrepreneurs souhaitant se lancer seul et, n’est de fait pas très propice au développement des équipes. Embaucher un salarié en auto-entreprise peut donc s’avérer assez compliqué en pratique.

Auto-entrepreneurs: est-ce une bonne idée d’embaucher un salarié?

Le statut d’auto-entrepreneur a été mis en place pour aider les entrepreneurs à se lancer seul. Il offre de nombreux privilèges grâce à une inscription et des démarches administratives allégées (déclaration de micro-entreprise en ligne, comptabilité simplifiée, régime fiscal privilégié, etc.).

L’auto-entreprise est, de fait, destinée aux petites structures. Pour éviter que des entreprises avec des moyens humains et matériels plus importants bénéficient des privilèges du statut, des plafonds annuels de chiffre d’affaires ont été mis en place. En 2019, les plafonds d’auto-entrepreneur sont fixés à:

  • 170.000€ pour les activités de vente de marchandises;
  • 70.000€ pour les activités de vente de prestation de services et les activités libérales.

Si l’auto-entreprise franchit ces plafonds, elle sort automatiquement du régime.

Ces plafonds représentent donc un obstacle à l’embauche de salariés. En effet, recruter un salarié constitue un coût non négligeable: il faut prendre en compte la rémunération mensuelle, le paiement des cotisations patronales mais également le prix d’achat du matériel (bureau, ordinateur, fournitures, etc.). Pour se permettre d’embaucher, l’activité de l’auto-entreprise doit donc être prospère puisque l’auto-entrepreneur doit pouvoir se rémunérer mais aussi rémunérer son potentiel salarié.

La difficulté est que si l’auto-entreprise est en très bonne santé financière, l’arrivée d’un salarié va dynamiser l’activité et donc le chiffre d’affaires. Le risque est que l’auto-entreprise dépasse le plafond d’auto-entreprise et bascule sous le statut de l’entreprise individuelle.

Quelles sont les alternatives à l’embauche d’un salarié en auto-entreprise?

Recruter un salarié peut s’avérer indispensable pour l’auto-entrepreneur en cas d’accroissement ponctuel de l’activité. C’est le cas par exemple s’il souhaite conclure un contrat avec un nouveau client,  ou encore s’il doit faire face à une commande exceptionnelle.

Dans ce cas, l’auto-entrepreneur peut se tourner vers des contrats courts tels que l’intérim ou le CDD qui permettent de recruter un salarié pour une période limitée à condition que la situation fasse partie des cas de recours autorisé au CDD. Il est aussi possible de se tourner vers un contrat de freelance pour une mission précise.

Enfin, le recrutement d’un stagiaire peut être une alternative intéressante. Pour autant, il ne doit pas s’agir d’un poste qui pourrait être occupé par un salarié à temps plein. L’embauche d’un stagiaire a pour avantage son coût puisque la gratification minimale est de 577,50€ par mois (pour 22 jours et un durée de travail de 35 heures) et cette rémunération est exonérée de cotisations et contributions patronales et salariales de sécurité sociale.

À noter: si dès la conception de votre projet vous envisagez d’embaucher un salarié, pensez à vous tourner vers la création d’une société (EURL ou SASU) plutôt que vers le statut d’auto-entrepreneur.

Mise à jour : 08/03/2019

Rédaction : Faustine Nègre, diplômée de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Besoin d'en savoir plus?