Skip to content

👋 Bonjour, nous sommes ravis de vous revoir ! Cliquez ici pour reprendre votre démarche

    Besoin d’aide pour trouver le bon service ? Nos experts sont là. 01 76 39 00 60
    Gérer sa comptabilité
    Fiches pratiques Gérer une entreprise Comptabilité Bilan fonctionnel : exemple et utilisations

    Bilan fonctionnel : exemple et utilisations

    Comptabilité
    T W

    Thomas Wittenmeyer

    Diplômé de l'ESSEC Business School.


    Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

    Bien qu’il ne soit pas obligatoire contrairement au bilan comptable ou au compte de résultat, le bilan fonctionnel reste toutefois très utile dans la gestion de la comptabilité. Mais concrètement, que permet-il ? À quoi ressemble un bilan fonctionnel et comment l'interpréter ? Legalstart vous aide à y voir plus clair.



    Qu’est-ce que le bilan fonctionnel ?

    Si le bilan comptable est réalisé chaque année pour les comptes annuels, permettant de donner une photographie du patrimoine de l’entreprise à un instant T, le bilan fonctionnel a une autre vocation.

    En effet, ce dernier va permettre d’analyser comment l’entreprise finance ses investissements (vision à long terme) et son activité au jour le jour (vision à court terme).

    Le bilan fonctionnel se construit en utilisant des données extraites du bilan comptable.


    Dans ce document, on ne parle plus d’actif et de passif, mais d’emplois et de ressources.

    La partie “ressources” permet de comprendre d’où proviennent les fonds de l’entreprise alors que la partie “emplois” va permettre d'identifier comment sont utilisés ces fonds.

    Bilan fonctionnel

    On distingue également les éléments qui ont vocation à rester longtemps dans l'entreprise (emplois et ressources stables) des éléments qui sont directement liés à l'exécution à court terme de la vie de l'entreprise (actifs et passifs circulants).

    Bilan fonctionnel : exemple 

    Tout comme le bilan comptable, le bilan fonctionnel doit impérativement respecter le principe d’équilibre. La seule différence est qu’au lieu d’avoir un équilibre actif/passif, il faut ici s’assurer d’obtenir un équilibre emplois/ressources.

    Concrètement, tout ce qui est présent dans l’entreprise (les emplois, colonne de gauche) a été financé par une ressource (colonne de droite). Il ne peut donc pas y avoir d’écart entre les deux colonnes.

    Réaliser son bilan fonctionnel sur Excel pourra fortement vous aider. En effet, une fois votre modèle créé, vous pourrez le réutiliser et archiver les différentes versions en créant un onglet par analyse.

    Ci-dessous voici un exemple de catégories que vous pourrez retrouver dans le bilan fonctionnel :

    Emplois

    Ressources

    Emplois stables

    Ressources stables 

    Immobilisations corporelles

    Immobilisations incorporelles

    Immobilisations financières

    Capitaux propres

    Amortissements et provisions

    Dettes financières

    Actifs circulants

    Passifs circulants

    Actifs circulants d’exploitation

    • Stocks (marchandises, produits finis…)
    • Créances clients

    Actifs circulants hors exploitation

    • Créances diverses

    Trésorerie active

    Passifs circulants d’exploitation

    • Dettes fournisseurs
    • Dettes fiscales et sociales

    Passifs circulants hors exploitation

    • Dettes diverses

    Trésorerie passive

    À noter : le modèle ci-dessus a vocation à donner une idée de ce à quoi peut ressembler un bilan fonctionnel.

    Dans la réalité, il faudra adapter le document pour qu’il puisse contenir l’ensemble des informations propres à votre entreprise, en ajoutant/supprimant des catégories.

    Pour élaborer votre bilan fonctionnel il faut connaître vos différentes dettes fiscales en comptabilité.

    Comment faire un bilan fonctionnel ?

    Afin d’établir le bilan fonctionnel, il faudra principalement se servir des informations du bilan comptable.

    Certains retraitements seront nécessaires dans cette démarche. Les immobilisations devront par exemple être renseignées à leur coût brut (hors amortissements et dépréciation).

    Le tableau ci-dessous permet de schématiser le passage du bilan comptable au bilan fonctionnel :

    Bilan comptable

    →   

    Bilan fonctionnel

    Actifs immobilisés 

    →   

    Emplois stables

    Actif circulant

    →   

    Actifs circulants

    Capitaux propres

    →   

    Ressources stables

    Dettes (hors dettes financières)

    →   

    Passifs circulants

    Disponibilités

    →   

    Trésorerie active

    Concours bancaires courants

    →   

    Trésorerie passive

    À noter : la représentation ci-dessus se veut volontairement simplifiée. Dans les faits, le passage de certains éléments du bilan comptable au bilan fonctionnel peut être un peu plus complexe.

    Si la majeure partie des éléments du bilan fonctionnel proviennent du bilan comptable, il y a quelques exceptions, on parle alors de retraitement d’éléments hors bilan :

    • Si le crédit-bail ne figure pas dans le bilan comptable, il pourra être inclus dans le bilan fonctionnel.
    • De même pour les effets escomptés non échus (EENE) qui vont impacter le bilan fonctionnel au niveau des créances et des dettes financières de court terme.

    Comment analyser le bilan fonctionnel ?

    Le bilan fonctionnel va permettre d’analyser l’entreprise sous deux angles : une vision court terme et une vision long terme

    La vision court terme : le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) 

    Le bilan fonctionnel va tout d’abord permettre de comprendre si l’entreprise parvient ou non à faire face au décalage qu’il peut y avoir entre les rentrées et les sorties d’argent au cours de son activité quotidienne, on parle du Besoin en Fonds de Roulement (BFR).

    En effet, il n’est pas rare que l’entreprise doive attendre que ses clients paient leurs factures (les créances clients). Pour faire face à ce manque d’argent temporaire, il pourra notamment être judicieux d’essayer de décaler le paiement de ses dettes envers les fournisseurs.

    Besoin en fonds de Roulement (BFR) = actifs circulants - passifs circulants
    (hors trésorerie active et passive)

    Autrement calculé, cela donne :

    Besoin en fonds de Roulement (BFR) = stocks + créances clients + autres créances - dettes (non financières)

    Un BFR positif signifie donc que l’entreprise n’a pas assez de ressources pour financer son activité, ce qui pourra nécessiter de s’endetter. Dans le cas contraire, elle dégagera un excédent qui ira en trésorerie nette.

    La vision moyen/long terme : le Fonds de Roulement Net Global (FRNG)

    Si le BFR a une vision très opérationnelle (liée au fonctionnement quotidien de l’entreprise), le bilan fonctionnel va également permettre d’analyser les éléments plus stables de l’entreprise à travers le Fonds de Roulement Net Global (FRNG).

    L’objectif de cet indicateur est d’identifier dans quelle mesure l’entreprise est capable de financer les éléments voués à rester longtemps dans l’entreprise (par exemple une machine, une marque...) grâce à des ressources également longs termes (par exemple un emprunt).

    Fonds de Roulement Net Global (FRNG) = ressources stables - emplois stables

    Un FRNG positif signifie donc que l’entreprise parvient à financer toutes ses immobilisations (machines, locaux…) à travers ses ressources à long terme (l’argent investi par l’entrepreneur par exemple) tout en ayant un excédent d’argent.

    Dans le cas contraire, la situation financière de l’entreprise ne sera pas pérenne, car cela veut dire que l’argent dont elle dispose à long terme ne permet pas de financer ses investissements longs termes. Elle devra donc contracter des dettes à court terme.

    La synthèse du court et moyen/long terme : la Trésorerie Nette (TN)

    La trésorerie nette va permettre de concilier la vision court terme avec la vision long terme.

    Concrètement, si l’entreprise parvient à financer ce qui constitue sa structure (les immobilisations) ainsi que son activité opérationnelle (les achats de stocks par exemple), alors elle aura une trésorerie nette positive.

    Trésorerie Nette (TN) = fonds de roulement - besoin en fonds de roulement

    Une trésorerie nette positive signifie que l’entreprise pourra facilement mobiliser de l’argent en cas de besoin.

    Il est toutefois inutile d’avoir une trésorerie nette trop élevée. Il sera en effet plus judicieux de réinvestir une partie de l’argent par exemple dans de nouvelles machines plutôt que de le stocker.

    À noter : comme le bilan fonctionnel n’est pas obligatoire, il n’y a pas de date butoire pour le compléter.

    Les emplois et ressources stables, calculés par le FRNG, ont par définition vocation à peu varier.

    Toutefois, le BFR, directement lié à l’activité de l’entreprise, variera plus souvent. En suivant régulièrement son évolution ainsi que son lien avec le FRNG (grâce à la trésorerie nette), l’entreprise pourra s’assurer que la trésorerie se porte bien et ainsi que l’entreprise ne connaît pas de risque de faillite.

    Abonnez-vous à la newsletter mensuelle de tous les entrepreneurs 🚀
    T W

    Thomas Wittenmeyer

    Diplômé de l'ESSEC Business School.

    Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

    Fiche mise à jour le

    Commencer les démarches

    Gérer sa comptabilité