Nous utilisons des cookies.
En savoir plus
Fermer

Logiciels, comment les protéger ?   

Développeur informatique, vous savez mieux que quiconque que la création d’un logiciel requiert la combinaison savante de plusieurs éléments allant du code source, à l’interface en graphique en passant par le choix d’un titre, mais savez vous comment protéger ces éléments ?

Dans cette fiche, nous vous expliquons comment la protection par le droit d’auteur s’applique aux logiciels

Mini-sommaire:

  1. Qu’est-ce qu’un logiciel ?
  2. Comment bénéficier de la protection par le droit d’auteur ?
  3. Quels éléments du logiciel peuvent être protégés ?  
  4. Quels sont les droits conférés à l’auteur du logiciel ?
  5. Qui est titulaire des droits d’auteur sur le logiciel ?
  6. Comment faire cesser la contrefaçon de votre logiciel ?

droit d'auteur logiciel

Qu’est-ce qu’un logiciel ?

Il n’existe pas de définition précise de la notion de logiciel, et pour  cause ! Cette absence de définition permet au droit de s’adapter rapidement aux nouvelles formes de créations informatisées: sites internet, systèmes d’exploitation, applications pour smartphone ou encore jeux vidéo, tous rentrent dans la catégorie des logiciels et peuvent donc être protégés par le droit d’auteur.

Comment bénéficier de la protection par le droit d’auteur ?

La protection par le droit d’auteur s’acquiert sans formalité. Le logiciel est donc protégé dès sa création et cela pour une durée de 70 ans à compter du décès de l’auteur ou, s’il s’agit d'une personne morale (société, association, etc), à compter de la date à laquelle le logiciel a été rendu public. Il n'est donc pas nécessaire d'apposer sur son logiciel le fameux symbole Copyright que l'on retrouve souvent sur les sites internet. 

Toutefois, votre logiciel ne sera protégé que s’il est original . Autrement dit, s’il est le résultat d’un processus créatif qui vous est propre et s’il représente un réel apport intellectuel.

Quels éléments du logiciel peuvent être protégés ?

Sous réserve d’originalité, les éléments constitutifs du logiciel pouvant être protégés par le droit droit d’auteur sont les suivants:

  • L’interface graphique, qui permet à l’utilisateur d’interagir avec le programme et qui est reconnaissable par son aspect visuel ;
  • Le titre, qui identifie le logiciel et qui peut également faire l’objet d’un dépôt de marque.
  • Le manuel d’utilisation qui aide l’utilisateur à comprendre le fonctionnement du logiciel.
  • Le programme en tant que tel, ce qui comprend le code source, le code objet et le fichier exécutable, et  
  • Le matériel de conception préparatoire, soit l’ensemble des travaux ayant contribués à la création du logiciel (prototypes, reporting, etc).

En revanche, l’algorithme, considéré comme une suite d’idées ne peut être protégé par le droit d’auteur . Il en va de même pour les fonctionnalités du logiciel ainsi que du cahier des charges. 

Si votre logiciel est un jeu vidéo contenant de la musique, sachez que celle-ci est protéger par le droit d'auteur en tant qu'oeuvre musicale et qu'il est possible, sous certaines conditions, de la déposer auprès d'une société d'auteurs telle que la SACEM. 

Quels sont les droits conférés à l’auteur du logiciel?

En tant qu’auteur, vous disposez de droits patrimoniaux qui vous permettent non seulement d’obtenir une rémunération en contrepartie de l’exploitation de votre logiciel mais également de déterminer comment comme celui-ci est exploité. Vous pourrez notamment décider d’interdire ou d’autoriser:

  • La reproduction permanente ou provisoire de votre logiciel, en tout ou partie

  • La traduction, l’adaptation ou la modification de votre logiciel

Attention, sauf stipulation contraire, le droit de retrait et de repentir ne s’appliquent pas aux logiciels. Conséquence ? si vous avez cédé tout ou partie de vos droits patrimoniaux, vous ne pourrez pas revenir sur cet engagement.

Quant aux droits moraux, incessibles, ils ont été aménagé et comprennent:

  • un droit de première divulgation, soit le droit de rendre publique votre logiciel et d’autoriser son exploitation ;

  • un droit au respect de votre nom: vous pouvez revendiquer que votre nom apparaisse aux côtés de votre logiciel quand bien même vous auriez cédez vos droits d’exploitation à un tiers ; et

  • un droit au respect de votre logiciel, qui vous autorise à vous opposer à toute modification qui dénaturerait votre logiciel. Cependant, si vous avez cédé vos droits patrimoniaux sur votre logiciel, vous devrez prouver que la modification apportée par le cessionnaire porte préjudice à la réputation de votre logiciel afin de bénéficier de ce droit.

Qui est titulaire des droits d’auteur sur le logiciel ?

En principe celui qui a créé le logiciel est titulaire des droits sur celui-ci. Néanmoins, il n’est pas rare qu’un logiciel ait été développé par plusieurs personnes ou dans le cadre de l’activité professionnelle de l’auteur. Plusieurs cas de figure peuvent donc se présenter:

  • Si le logiciel est une oeuvre de collaboration entre divers auteurs, ces derniers seront alors co-titulaires des droits sur leur logiciel commun. Les décisions concernant son exploitation devront donc être prises à l’unanimité;

  • Si le logiciel a été créé à l’initiative d’une personne physique ou morale qui l’édite, le publie et le divulgue,  alors cette personne sera considérée comme étant propriétaire du logiciel ;

  • Si le logiciel est une oeuvre de commande, l’auteur reste titulaire des droits sur son logiciel sauf dans le cas où un contrat de licence ou de cession a été signé ; enfin

  • Si l’auteur du logiciel est un salarié qui opère dans le cadre de ses fonctions ou sur instruction de l’employeur , ce dernier obtiendra automatiquement les droits patrimoniaux sur le logiciel développé par son salarié.

Comment faire cesser la contrefaçon de votre logiciel?

Si votre logiciel fait l’objet d’une contrefaçon (copie sans votre consentement de tout ou partie de votre logiciel) vous pourrez entamer une action en justice afin de faire cesser les actes de contrefaçon et obtenir, le cas échéant, des dommages et intérêts.

La preuve de la contrefaçon est libre et peut se faire par tous les moyens notamment par une saisie-contrefaçon qui est procédure par laquelle un huissier de justice peut inspecter les locaux du contrefacteur, sans que celui-ci ne soit prévenu, et ainsi saisir des preuves matérielles de la contrefaçon.

Toutefois, afin de faire cesser la contrefaçon, vous devez prouver que vous êtes bien l’auteur du logiciel contrefait. Pour ce faire, il vous faudra notamment constituer une ou des preuves d’antériorité pouvant établir la date à laquelle les éléments constitutifs de votre logiciel ont été créés. L’horodatage par la Blockchain est l’une des méthodes que vous pouvez utiliser dès à présent pour protéger vos créations logicielles. 



Mise en ligne : 27/09/2017

Rédaction : Jeferson Staelens, diplômé de la faculté de droit de l'Université Catholique de Lille et de la Widener University. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.