16 avril 2020

Entrepreneurs: quand et comment mettre en place le chômage partiel ?
Temps de lecture : 3 min

Kézia VARDE
Diplômée en Droit des Affaires. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

En cas de période critique, les entreprises peuvent être amenées à réduire fortement leur activité. Face au coronavirus ou à d’autres cas de force majeure, les petites entreprises sont très fortement impactées. Comment les employeurs peuvent-ils faire face à cette baisse soudaine d’activité? 

Dans de telles situations, plusieurs mesures peuvent être mises en place - et notamment des mesures sociales comme le chômage partiel (également appelé activité partielle ou chômage technique). 

A partir de quand est-il possible d’instaurer le chômage partiel au sein d’une entreprise? Qui doit payer les salariés au chômage partiel et quelles sont les démarches pour mettre en place le chômage partiel? Legalstart fait le point. 

Important : pour des informations plus complètes, téléchargez gratuitement le guide des mesures pour les entreprises face au coronavirus.

chômage partiel

Quelles sont les conditions du chômage partiel?

Qu’est-ce que le chômage partiel? 

Le chômage partiel est un aménagement mis en place par l’article R5122-1 du code du travail. Il existe 2 formes de chômage partiel

  • La diminution de la durée de travail des salariés, ou ;
  • La fermeture partielle ou totale de l’établissement. 

La mesure de chômage partiel doit obligatoirement être motivée par au moins l’une des raisons suivantes: 

  • La conjoncture économique ;
  • Des difficultés d’approvisionnement en matières premières ou en énergie ; 
  • Un sinistre ou des intempéries au caractère exceptionnel ;  
  • La transformation, restructuration ou modernisation de l’entreprise ; 
  • Toute autre circonstance de caractère exceptionnel. 

En pratique: en cette période d’épidémie, l’employeur peut instaurer le chômage partiel en cas de baisse d'activité liées au coronavirus - en s'assurant de respecter la procédure en vigueur.

Cette mesure permet de faire face à des situations critiques pour l’entreprise dès lors qu'elles n’ont qu’un caractère temporaire. Cela évite d’avoir à recourir à des procédures de licenciement économique qui sont des procédures longues à mettre en place et qui emportent des conséquences importantes pour l’entreprise et ses salariés. 

Bon à savoir: si vous vous interrogez sur la différence entre le chômage technique et le chômage partiel sachez que ces deux termes sont en réalité synonymes

Quelles sont les règles du chômage partiel?

La décision d’instaurer le chômage partiel dans un établissement est nécessairement collective et temporaire. L’activité partielle ne peut pas concerner uniquement certains salariés, elle doit concerner l’ensemble ou une partie d’un établissement. 

En pratique: dans le cadre de l’épidémie du Coronavirus, une entreprise qui possède des boutiques et des bureaux peut décider de mettre en chômage partiel uniquement les unités de production en considérant que les employés de bureau peuvent continuer à travailler grâce au déploiement du télétravail

De la même façon, il ne faut pas négliger le caractère temporaire de la mesure de chômage partiel. L’employeur peut obtenir une autorisation d’une durée maximum de 6 mois - renouvelable en cas de besoin. 

Quelle est la rémunération des salariés en chômage partiel?

Les deux grandes questions que tout le monde se pose en cas de mise en place de chômage partiel sont les suivantes : qui paye les salariés et quel est leur statut ? Réponses.

Chômage partiel: qui paye les salariés?

En cas de chômage partiel, une partie de la rémunération des salariés est maintenue Les employeurs qui en font la demande reçoivent une indemnisation de la part de l’Etat et de l’UNEDIC - l’assurance chômage - qu’ils reversent à leurs salariés.   

Le montant des indemnités versées aux employeurs est de : 

  • 7,74 euros par heure chômée pour les entreprises de moins de 250 salariés ; et
  • 7,23 euros pour les entreprises de plus de 250 salariés. 

C’est donc l’employeur qui paie la différence entre le montant de l’indemnisation et le montant qu’il doit verser à ses salariés. Tous les salariés en situation de chômage partiel bénéficient de cette indemnisation - qu’ils soient à mi-temps ou qu’ils travaillent à domicile. Cette indemnisation équivaut au minimum à 70% du salaire brut de chaque heure chômée, mais l’employeur peut bien évidemment prévoir plus. 

Attention, mesure exceptionnelle pour l'épidémie de Covid-19 : les salariés percevront une indemnité correspondant à environ 84% de leur salaire net et les employeurs seront indemnisés à 100% sur le versement de cette indemnité - dans la limite de 4,5 SMIC.

Attention

  • Les salariés qui sont au forfait jours (ou heure) sur l’année ne peuvent pas toucher d’indemnité partielle à moins que l’établissement complet soit fermé. 
  • Les heures supplémentaires ne sont pas indemnisées (peu importe qu’elles soient structurelles ou prévues au contrat de travail). Ces heures sont considérées comme des heures chômées: les employeurs ne reçoivent pas d’indemnité et ne sont pas tenus d’en verser à leurs salariés. 

Quel est le statut des salariés en chômage partiel ? 

Le contrat de travail des salariés en chômage partiel est suspendu, il n’y a pas de rupture du contrat de travail. Cela signifie que durant les heures ou les périodes non travaillées:

  • Les salariés ne doivent pas être présent sur le lieu de travail; 
  • L’employeur ne peut pas exiger que les salariés restent à sa disposition; 
  • Les salariés ne sont pas soumis aux directives de l’employeur. 

Concrètement, les heures chômées ne peuvent pas être considérées par l’employeur comme du temps de travail. Ainsi, si l'employeur demande à ses salariés de travailler sur leurs heures chômées, il s'agit d'une fraude et cela est assimilé à du travail illégal.

Bon à savoir: cette mesure a un caractère temporaire. Elle n’est donc pas considérée comme étant une modification du contrat de travail qui nécessite la signature d’un avenant au contrat de travail.

Quelles sont les démarches de mise en place du chômage partiel?

Concrètement, que devez-vous faire pour mettre en place le chômage partiel dans votre entreprise ? 

ETAPE 1 

Dans un premier temps il est nécessaire de prévoir une consultation du CSE ou du délégué du personnel pour les entreprises qui en ont un. Les plus petites entreprises ne sont pas soumises à ces dispositions et doivent informer directement l’ensemble des salariés de la mise en activité partielle. 

Dans le contexte de l'épidémie de Covid-19 (Coronavirus) les entreprises disposent d’un délai de 2 mois à compter de leur demande pour consulter le CSE et transmettre l’avis du CSE à l’administration.

ETAPE 2

L’employeur doit ensuite effectuer une demande d’autorisation auprès de la Direccte de son département. Cette démarche se fait directement en ligne sur le site portail emploi.gouv.

En principe, la Direccte dispose d'un délai de 15 jours maximum pour autoriser le recours à l’activité partielle. Passé ce délai, la demande est réputée acceptée. En cas de refus, la Direccte doit justifier sa décision. 

Cependant dans des cas exceptionnels, le gouvernement peut demander une réduction du délai. C’est d’ailleurs le cas pour la plupart des demandes de chômage partiel de ce début 2020. En raison des demandes urgentes de chômage partiel liée à l'épidémie de coronavirus, la procédure a été aménagée afin que l’autorisation soit délivrée en 48h. L'absence de réponse sous 48 heures vaut décision d'accord.

A noter: en principe, cette demande doit être effectuée avant la mise en chômage partielle des salariés. Cependant, dans des situations exceptionnelles - comme la situation épidémique actuelle - l’employeur peut prendre des mesures immédiates en attendant l’autorisation de la Direccte et demander l'application rétroactive du chômage partiel.

chomage partiel

N’hésitez pas à consulter nos autres fiches sur l’actualité juridique autour du coronavirus: 

 

Mise à jour : 16/04/2020
Rédaction : Kézia Varde, diplômée d'un Master II en Droit des Affaires. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Recevez gratuitement les meilleurs articles de la catégorie Coronavirus & Entrepreneurs

Recevoir les articles