Skip to content

👋 Bonjour, nous sommes ravis de vous revoir ! Cliquez ici pour reprendre votre démarche

Se connecter
Téléphone Connexion
Besoin d’aide pour trouver le bon service ? Nos experts sont là. 01 76 39 00 60
Télécharger le guide de la comptabilité
Fiches pratiques Gérer une entreprise Comptabilité Tout savoir sur le cash flow d’une entreprise

Tout savoir sur le cash flow d’une entreprise

Comptabilité
M C

Marion Cluptil

Diplômée d’un Master 2 en droit privé général. 

La bonne compréhension et la bonne tenue de la comptabilité d’entreprise sont essentielles. En effet, la comptabilité permet à l’entreprise d’avoir une vision précise de l’état de son activité (ressources, dépenses, bénéfices, etc.) et de tous les éléments composant son patrimoine.

Le cash flow est l’une des composantes importantes de la comptabilité d’entreprise. Il permet de suivre l’évolution de la trésorerie de l’entreprise tout au long de sa vie. Définition, calcul et tableau de cash flow, Legalstart répond à vos questions.

Qu’est-ce que le cash flow ?

Commençons par une définition du cash flow, afin de bien le distinguer d’autres notions comme la CAF.

Cash flow : traduction

Le cash flow se traduit en français par la notion de flux de trésorerie. Grâce à cette traduction, on perçoit l’idée de mouvement qui se cache derrière la notion de cash flow. Voyons cela plus en détail avec une définition complète.

Cash flow : définition

Le cash flow d’une entreprise correspond à l’état actuel et à venir de sa trésorerie à un instant T. Le calcul du cash flow permet donc d’avoir une idée précise de l’évolution de la trésorerie de la société, c’est-à-dire des sommes disponibles.

☝️ Bon à savoir : le cash flow net correspond au cash flow après impôt sur les sociétés.

Par conséquent, les cash flow traduisent la différence entre les encaissements (les rentrées d’argent) et les décaissements (les sorties d’argent) de l’entreprise sur une période donnée. 

Cela est d’autant plus important, qu’en fonction des délais de paiement accordés aux clients, mais aussi des délais fournisseurs, ces mouvements de trésorerie peuvent être décalés dans le temps. 

📝 À noter : la notion de cash flow en immobilier ne correspond pas tout à fait à la même chose. Il faut donc distinguer le cash flow d’une entreprise de celui d’un projet locatif.

Quelle est la différence entre le cash flow et la CAF ?

Le cash flow et la capacité d’autofinancement (CAF) ne doivent pas être confondus.

En effet, la CAF permet aux investisseurs, tels que les établissements bancaires, d’évaluer le niveau de risque que représente l’entreprise s’ils consentent un emprunt. En somme, la CAF permet de répondre à la question : l’entreprise a-t-elle assez d’argent disponible pour faire face à ce nouvel endettement ?

Cependant, le calcul de la CAF traduit une situation qui ne correspond pas exactement à la réalité. Elle correspond au solde de trésorerie fictif à la fin de l’exercice comptable si l’entreprise avait commencé l’exercice avec 0 de trésorerie, et si la totalité des encaissements et des décaissements était payés immédiatement. Or, il est rare que l’entreprise commence l’année avec un solde de trésorerie nul, ou ait des flux de trésorerie immédiats.

En ce qui concerne le cash flow, il s’agit effectivement d’un indicateur relatif à la trésorerie, mais sa formule de calcul corrige les défauts de la CAF.

cash flow

 

Quelles sont les différentes catégories de cash flow ?

En principe, le cash flow se compose de 3 grandes catégories de flux :

  • Les flux de trésorerie des activités d’exploitation : cela correspond aux revenus et dépenses que l'entreprise engage au quotidien dans le cadre de ses activités de vente de produits ou services. Il est également possible de calculer l’excédent brut d’exploitation (EBE) pour connaître la rentabilité économique générée par l'entreprise grâce à son activité.
  • Les flux de trésorerie des activités d'investissement : ce sont les flux liés à la prise de participation de l’entreprise dans d’autres entreprises. Cela recouvre principalement l’acquisition et la cession de parts sociales d’entreprises tierces.
  • Les flux de trésorerie des activités de financement : il s’agit des différentes sources de financement, c’est-à-dire les moyens qui permettent à l’entreprise de se procurer des fonds (augmentation de capital, obtention d’un prêt professionnel, subvention, etc.) mais également les flux qui y sont liés (distribution de dividende, remboursement de l’emprunt, etc.).

D’autre part, on distingue le cash flow from operations et le free cash flow.

Le cash flow from operations se concentre sur la rentabilité. On l’utilise principalement pour optimiser le cycle d’exploitation en travaillant sur les délais de paiement client et/ou fournisseur, ainsi que sur la gestion du stock. Il se calcule comme suit : 

Cash flow from operations = Résultat de l’exercice
- Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions
- Reprises sur dépréciations et provisions
- Résultat exceptionnel
- Variation du BFR

De son côté, le free cash flow tient également compte des investissements réalisés, y compris les cessions d’immobilisations. Il correspond donc au flux de trésorerie disponible. Il se calcule comme suit :

Free cash flow = Excédent brut d’exploitation (EBE)
- Impôt sur le résultat d’exploitation
- Variation du besoin en fonds de roulement (BFR)
- Cessions d’immobilisations
- Investissements
Free cash flow = cash flow from operations - investissements nets des désinvestissements

Pourquoi calculer le cash flow d’une entreprise ? 

Le suivi du cash flow est particulièrement intéressant puisqu’il permet de se rendre compte de la rentabilité de l’entreprise et de sa capacité à financer son activité de manière autonome.

De plus, la notion de cash flow permet d’anticiper d’éventuelles tensions de trésorerie dues à certaines charges comme les taxes et impôts par exemple. De même, son analyse permet de prendre des décisions stratégiques concernant les investissements ou les désinvestissements à réaliser.

Comment calculer le cash flow ?

Le cash flow est le résultat dégagé par l’entreprise. Pour calculer le cash flow, la formule est la suivante :

Cash flow = produits encaissés - charges décaissées

Ici :

  • Les produits encaissés correspondent à tous les bénéfices et fonds qui sont obtenus par l’entreprise au cours de la période donnée ;
  • Les charges décaissées sont toutes les sommes qui sont dépensées par l’entreprise dans le cadre de son activité au cours de la période donnée.

La difficulté repose sur le fait que le cash flow tient compte des décalages de trésorerie, c’est-à-dire des variations de dettes et créances. Il faut donc en tenir compte lors de l’application de la formule du cash flow en tenant compte des opérations à venir.

📝 À noter : pour le calcul du cash flow, les flux sont généralement comptabilisés en prenant en compte leurs montants bruts.

Pour dresser votre tableau cash flow, n’hésitez pas à vous appuyer sur l’exemple ci-dessous. Veillez à ce que les informations financières soient toujours conformes à vos flux de trésorerie.

TABLEAU DE CASH FLOW 

 

Décaissement

Encaissement

Flux de trésorerie liés à l’exploitation

 

 

Bénéfice net

 

 

Dotations aux amortissements et provisions

 

 

Plus et moins-values de cession

 

 

Dividendes

 

 

Charge d’impôt

 

 

Impôts versés

 

 

Autres flux liés à l’exploitation

 

 

 

 

 

Flux de trésorerie liés à l’investissement

 

 

Acquisition et reventes d’immobilisations

corporelles et incorporelles

 

 

Dividendes reçus 

 

 

Autres flux liés à l’investissement

 

 

 

 

 

Flux de trésorerie liés au financement

 

 

Acquisitions et reventes d’actions

 

 

Dividendes versés aux actionnaires

 

 

Nouveaux emprunts

 

 

Remboursement d’emprunt

 

 

Intérêt d’emprunt

 

 

Autres flux liés au financement

 

 

Comment interpréter le cash flow d’une entreprise ?

Le cash flow d’une entreprise sur une période donnée peut donc être positif ou négatif, ce qui emporte des conséquences différentes.

Si le cash flow est positif, cela signifie que les flux entrants sont supérieurs aux flux sortants. Grâce à cette trésorerie excédentaire, l’entreprise prouve sa capacité à régler ses dettes, à réaliser de nouveaux investissements, à distribuer des dividendes ou à placer cet argent. Un cash flow positif est donc un indicateur de la bonne santé financière de l’entreprise.

Au contraire, si le cash flow est négatif, la trésorerie est déficitaire, c’est-à-dire que les sorties d’argent sont plus importantes que les entrées. Dans ce cas, les associés vont devoir injecter des fonds dans la société et/ou revoir le niveau de charges. 

Besoin d’accompagnement pour la tenue de la comptabilité de votre entreprise ? Sachez qu’il existe désormais des logiciels de gestion comptable en ligne tel que Comptastart.

FAQ

Comment traduire le cash flow ? 

Le cash flow signifie flux de trésorerie en français. Il traduit la rentabilité de l’entreprise et sa capacité à financer sa propre activité.

À quoi sert le cash flow d’une entreprise ? 

Le cash flow d’une entreprise permet d’évaluer sa propension à financer son activité de manière autonome. Calculer le cash flow permet donc de déterminer les liquidités dont dispose l’entreprise. Cela permet notamment de déterminer si la souscription d’un nouvel emprunt bancaire est possible et d’anticiper des difficultés de trésorerie, le cas échéant.

Quel est l’impact d’un cash flow positif ? 

Un cash flow positif est un indicateur positif envoyé aux investisseurs. Il participe à prouver la bonne santé financière de l’entreprise puisque celle-ci est capable de régler ses dettes, de distribuer des dividendes ou encore de réaliser des placements avec l’argent disponible.

Quelle est la conséquence en cas de cash flow négatif ?

Un cash flow négatif indique une trésorerie déficitaire. Cela implique que l’entreprise n’est pas en mesure de payer ses dettes échues à un instant T, à moins qu’elle ne bénéficie d’une facilité de trésorerie comme un découvert bancaire. Toutefois, une optimisation des charges doit être envisagée. L’injection de nouveaux fonds peut également être nécessaire.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour obtenir les meilleures astuces et informations sur l'entrepreneuriat !
 
MC

Marion Cluptil

Diplômée d’un Master 2 en droit privé général. 

Fiche mise à jour le

Besoin d'en savoir plus ?

Télécharger le guide de la comptabilité