Le dispositif ARCE de Pôle Emploi : éclairage

Plusieurs aides à la création d'entreprise peuvent être obtenues en tant que demandeur d'emploi. Obtenir l'ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d'Entreprise) auprès de Pôle Emploi vous permet de conserver le bénéfice des allocations chômages pendant la période de création. Il faut savoir que l'obtention de l'ACCRE est indispensable pour avoir accès à l'ARCE. Eclairage sur ce dispositif avantageux pour les chômeurs.

Mini-sommaire :

1- Qu'est-ce que l'ARCE ?

2- Qui peut bénéficier de l'ARCE ?

3- A combien ai-je droit ?

4- Quelles démarches pour bénéficier de l'ARCE ?

5- Dans quels cas demander l'ARCE ?

Demande ARCE Pôle Emploi

Qu'est-ce que l'ARCE ?

Si vous êtes inscrit à Pôle Emploi et que vous percevez l’Aide au Retour à l’Emploi (ARE), vous pouvez bénéficier de l'ARCE. L’ARCE vous permet de recevoir, au début de votre activité, une partie du montant des allocations chômage qu’il vous reste à percevoir, de manière cumulée, sous forme de capital, si vous créez votre entreprise.

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de recevoir vos allocations chômage sous la forme de l’ARCE et vous pouvez décider de maintenir vos allocations, en plus de votre rémunération éventuelle en tant que dirigeant d'entreprise (président de SAS ou gérant de SARL par exemple).

Qui peut bénéficier de l'ARCE ?

Pour être éligible à l'ARCE, il faut être dans l'une des 3 situations suivantes :

  • Vous êtes bénéficiaire de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), en cours d’indemnisation, et vous créez ou reprenez une entreprise ;
  • Vous êtes bénéficiaire de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), non-encore indemnisé du fait du différé d’indemnisation ou du délai d’attente, et vous créez ou reprenez une entreprise ;
  • Vous avez été licencié(e) et avez entamé des démarches de création ou de reprise d’entreprise pendant votre période de préavis ou au cours de votre congé de reclassement ou de mobilité

Attention, dans le dernier cas, si vous avez créé ou repris une entreprise avant la fin de votre contrat de travail (terme du préavis), vous ne pouvez pas bénéficier de cette aide.

De plus, il faut remplir ces 2 conditions cumulatives :

- Vous devez bénéficier de l’ACCRE et justifier de son attribution. L’ACCRE est une exonération de charges fiscales pendant un an pour les chômeurs créateurs d’entreprise.
- Vous ne devez pas déjà bénéficier du cumul de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) avec une autre rémunération.

A combien ai-je droit ?

L'ARCE représente 45% des droits à l'ARE restants au moment de la création d'entreprise (autrement dit, 45% des allocations chômages qui restent à percevoir).

Au début de l'activité de votre entreprise, vous recevrez la première moitié de l'aide. 6 mois plus tard, la moitié restante est versée à condition que vous exerciez toujours effectivement votre activité professionnelle.

Quelles démarches pour bénéficier de l'ARCE ?

La procédure à suivre pour recevoir l’ARCE est simple :

1. Vous devez remplir une demande d’ARCE auprès de Pôle Emploi
2. Parallèlement, vous devez effectuer une demande d’ACCRE auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises) de la future entreprise. Pour effectuer votre demande d’ACCRE en ligne, cliquez ici.
3. Vous devez remettre à Pôle Emploi l’attestation d’admission au bénéfice de l’ACCRE qui vous aura été délivrée par le RSI ou l’URSSAF, dans le délai d’un mois. Si le RSI ou l’URSSAF dépassent ce délai et que votre dossier prend du retard, vous devez remettre à Pôle Emploi le récépissé de dépôt du dossier ACCRE qui vous aura été délivré lors de votre demande auprès du CFE, ainsi qu’un K-bis et une attestation sur l’honneur d’absence de notification de rejet par le RSI ou l’URSSAF. Pour créer votre société et obtenir votre K-bis, cliquez ici.

Dans quel cas faut-il faire la demande ?

Facultatif, le dispositif d’Aide à la Reprise ou Création d’Entreprise mis en place par Pôle Emploi n’en reste pas moins intéressant dans certains cas. Lorsque vous créez votre entreprise, vous ne touchez que partiellement les allocations chômage (ARE) : celles-ci sont diminuées de votre salaire journalier. Ainsi, il peut être avantageux de percevoir, de manière certaine, et en capital, quasiment la moitié (45%) de ses droits d’un coup.

Il est moins intéressant de faire la demande si vous êtes dans les situations suivantes :

- Vous êtes auto-entrepreneur : en effet, le statut d’auto-entrepreneur implique que le créateur anticipe un très faible chiffre d’affaire au lancement de son activité. Ainsi, le maintien de ses allocations par Pôle Emploi a de plus fortes chances d’être élevé. Il vaut peut-être mieux ne pas faire de demande d’ARCE afin de percevoir les allocations dans leur totalité. Pour devenir auto-entrepreneur, cliquez ici.
- Vous êtes dirigeant d’une SARL, d’une EURL ou encore d’une SASU et vous ne vous versez aucune rémunération : il est intéressant de continuer à bénéficier des allocations dans leur intégralité plutôt qu'une seule partie.

En conclusion, le point positif à retenir est qu'en cas d’arrêt d’activité, vos allocations chômage reprennent. Il suffira de se réinscrire à Pôle Emploi. Le point négatif est qu'en choisissant l’ARCE, vous ne pourrez plus cumuler allocations chômage et rémunération.

Date de mise à jour : 01/08/2016 

Rédacteur : Tanguy Robert, diplômé de Sciences Po Paris et spécialisé en droit des affaires. Tanguy accompagne les créateurs d'entreprise dans leurs projets. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Faire une demande d'ACCRE avant de demander l'ARCE