27 avril 2021

Calcul de la capacité d’autofinancement d’une entreprise: le guide pour comprendre.
Temps de lecture : 4 min

Caroline Février
Diplômée d’un Master 2 en Droit des affaires, rédactrice juridique indépendante.

Commencer les démarches

Créer une entreprise

Dès la création d’une entreprise, il est important de calculer sa capacité d’autofinancement (CAF). La CAF est un indicateur clé de l’activité d’une entreprise et notamment de sa rentabilité. 

De quoi s’agit-il exactement? Comment procède-t-on pour calculer la capacité d'autofinancement d’une entreprise? Quelle analyse peut-on en faire? Legalstart vous aide à faire le point.  

Qu’est-ce que la capacité d’autofinancement?

La capacité d’autofinancement d’une entreprise résulte de la différence entre les produits encaissés et les charges générées par son activité. Elle désigne l'ensemble des ressources brutes qui restent à une entreprise à la fin d'un exercice. La CAF mesure donc, en somme, les excédents de trésorerie. Ces derniers permettent donc à l’entreprise de payer ses charges ou d’investir, et ce, sans faire appel à des financements externes à l’entreprise. La capacité d’autofinancement représente ainsi la capacité de financement interne d’une entreprise. 

Grâce à ce surplus de trésorerie, l’entreprise peut alors s’autofinancer et peut l’utiliser pour:

  • rembourser des emprunts, 
  • payer les charges,
  • financer des investissements 
  • rémunérer les actionnaires par le biais de dividendes. 
  • épargner. 

Quoi qu’il en soit, ce chiffre renseigne sur le seuil de rentabilité d’une entreprise, ainsi que sur sa capacité à rembourser ses dettes. C’est donc un indicateur particulièrement important puisqu’il permet de connaître le flux potentiel de trésorerie d’une entreprise. Dès lors, son calcul est nécessaire pour analyser la situation financière d’une entreprise. Mais beaucoup d’entrepreneurs se demandent comment calculer la capacité d’autofinancement d’une entreprise.

Exemple: lorsqu’une banque cherche à évaluer la capacité de remboursement d’un emprunt d’une entreprise donnée, elle va se baser sur ce ratio comptable. 

Bon à savoir: contrairement à l'excédent de Trésorerie d'exploitation (ETE), la capacité d'autofinancement représente un flux potentiel de trésorerie, et non un flux réel. 

Quelles sont les méthodes pour calculer la capacité d’autofinancement?  

Comment calculer la capacité d’autofinancement d’une entreprise? La capacité d’autofinancement d’une entreprise se calcule en déduisant les charges décaissables des produits encaissables. Il est possible d’utiliser deux méthodes différentes de calcul. 

Méthode n°1: calcul basé sur l’excédent brut d’exploitation

Méthode de calcul

Comment calculer la capacité d’autofinancement à partir de l’excédent brut d’exploitation? 

Capacité d'autofinancement = Excédent brut d'exploitation + Produits encaissables - Charges décaissables.

Définitions

L'excédent brut d'exploitation (EBE) correspond aux ressources d’exploitation dégagées par l’entreprise au cours d’un exercice comptable. Le calcul de l’EBE permet de déterminer la capacité de votre entreprise de générer des ressources de trésorerie. Il est un indicateur financier clé pour votre activité;

Les produits encaissés ou à encaisser sont les produits qui génère une entrée d’argent. En ce sens, ils permettent l’augmentation de la trésorerie d’une entreprise. Les produits à prendre en compte ici sont les produits qui ne sont pas compris dans le calcul de l’EBE. 

Exemple: les autres produits d’exploitation, les produits financiers, ou encore les produits exceptionnels, etc. 

Les charges décaissées ou à décaisser donnent lieu à une sortie d’argent et entraînent des dépenses pour l’entreprise (salaires, impôts, achats...).

Il convient d’inclure ici les charges qui ne sont pas prises en compte dans le calcul de l’EBE.

Exemple: intérêts bancaires et des comptes courants d’associés, charges exceptionnelles comme les pénalités et toutes les autres charges d’exploitation, etc.

Méthode n°2: calcul basé sur le résultat net

Méthode de calcul

Comment calculer la capacité d’autofinancement à partir du résultat net? 

Capacité d'autofinancement = résultat de l’exercice + charges calculées - produits calculés + valeur nette comptable d'éléments d'actifs cédés - produits de cession des éléments d'actifs.

Définitions

Le résultat net correspond à la différence entre les produits et les charges de l'entreprise.

Les charges calculées représentent toutes les charges non décaissables. Ce sont les charges qui ne donnent pas lieu à une sortie d’argent. En ce sens, elles n’ont pas d’impact sur la trésorerie. Sont visées ici, les charges d’amortissement, ou encore les dotations aux provisions. Ces charges participent à la baisse du résultat d’une entreprise, mais ne constituent pas une sortie d’argent à proprement parler comme pour l’être le remboursement d’un emprunt bancaire ou le paiement d’une dette fournisseur.

Les produits calculés comprennent tous les produits non-encaissables. Ces derniers ne donnent lieu à aucun mouvement de trésorerie, car ils ne représentent pas une entrée d’argent. En revanche, ils ont un impact sur le résultat de l’entreprise et viennent l’augmenter.

Exemple: les quotes-parts des subventions d’investissement, les reprises sur amortissement, etc. 

En pratique: un tableau Excel de calcul de la capacité d’autofinancement peut être une bonne solution. Cependant, si vous n’êtes pas à l’aise avec l’ensemble de ces notions comptables, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un expert-comptable pour vous faire accompagner.

Comment faire l’analyse de la capacité d’autofinancement d’une entreprise?

Interprétation du calcul de la capacité d’autofinancement

Plus que le calcul de la CAF en lui-même, c’est avant tout l’interprétation de celle-ci qui permet de renseigner sur le montant de la trésorerie généré par l’activité de l’entreprise et donc sur sa rentabilité. 

De manière globale, une capacité d'autofinancement négative indique que l'entreprise ne génère pas assez de ressources pour couvrir son cycle d'exploitation. Pour y remédier, elle devra alors faire appel à des financements externes comme des apports en compte courant d’associés ou des emprunts bancaires. 

À noter: cela vous permet de distinguer le financement interne et externe d’une entreprise.

À l’inverse, une capacité d’autofinancement positive signifie qu'une entreprise génère des bénéfices d'exploitation qu’elle peut convertir en trésorerie, en investissements ou en paiement de dividendes. 

Le calcul de la capacité d’autofinancement permet d’analyser d’autres aspects de l’entreprise. 

Analyse de la capacité d’une entreprise à rembourser ses dettes

Le ratio dettes financières/ capacité d'autofinancement permet à une entreprise de calculer sa capacité à rembourser ses dettes financières. 

Analyse du chiffre d’affaires

Quant au ratio capacité d'autofinancement/ chiffre d'affaires, il permet de renseigner sur la proportion du chiffre d'affaires correspondante aux ressources générées pour assurer le financement de l'entreprise. 

Exemple: avec un ratio de 50%, on sait que l’entreprise génère 100 euros de ressources brutes internes pour 200 euros de chiffres d’affaires. 

Pour résumer, l’analyse de la capacité d’autofinancement ne peut se suffire à elle seule. Elle doit prendre en compte les caractéristiques et spécificités de l’entreprise et faire le lien avec d'autres indicateurs financiers. 

C'est pour cela qu’il est intéressant de calculer des ratios complémentaires, afin d’aboutir à une meilleure compréhension de l’entreprise et de ses potentialités.

Mise à jour: 27/04/2021

Rédaction: Caroline Février, diplômée d’un Master 2 en Droit des affaires, rédactrice juridique indépendante.

Commencer les démarches

Créer une entreprise

Télécharger gratuitement notre guide Financement, rédigé par nos juristes

Télécharger le guide Financement Télécharger le guide