En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Sandra NUSSBAUM
Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 06 avril 2018
Temps de lecture : 3 min

Vous avez décidé d'ouvrir une épicerie ? C'est un choix que font de plus en plus de français, le commerce de proximité ayant encore de beaux jours devant lui. Est-ce qu'il faut un diplôme ? Quelle structure juridique choisir ?

On fait le point avec vous pour que vous puissiez réaliser votre projet !

comment ouvrir une épicerie

Quelle est la différence entre une épicerie et une épicerie fine ?

Une épicerie est un endroit dans lequel on trouve tous les produits alimentaires de base du quotidien, on parle également souvent de superette, c'est qui est l'équivalent d'un mini-supermarché. 

En revanche, une épicerie fine est une épicerie dans laquelle on trouve également des produits alimentaires du quotidien, mais de très bonne qualité, soit parce que ce sont des produits luxueux, soit parce que ce sont des produits régionaux. 

Ouvrir une épicerie sans diplôme : possible ?

Pour ouvrir une épicerie, pas besoin de diplôme ! Il faut évidemment avoir une âme de commerçant, mais pour autant aucune qualification académique n'est nécessaire pour se lancer.

Pour autant si vous exercez une autre activité en parallèle comme par exemple une activité de boulanger, vous serez évidemment obligé d'avoir la qualification professionnelle adéquate. 

Choisir la structure juridique de son épicerie

Lorsque vous allez prendre la décision d'ouvrir une épicerie, vous allez évidemment devoir vous pencher sur une notion essentielle, le choix de la structure juridique

Sachez que le statut d'auto-entrepreneur est possible mais n'est pas vraiment recommandé pour ce genre de structure car vous allez très rapidement dépasser le seuil de chiffre d'affaires autorisé. Pour autant il peut être approprié si vous ouvrez une petite épicerie dans un endroit peu fréquenté.

Créer une société est souvent synonyme de sécurité, dans la mesure où vous allez pouvoir protéger votre patrimoine personnel et ne pas être limité dans votre chiffre d'affaires. Vous pouvez donc tout à fait créer une SAS, voir créer une SASU si vous êtes seul (c'est la forme unipersonnelle de la SAS). 

Quand vous ouvrez une épicerie vous exercez une activité commerciale, ce qui implique que vous devez vous enregistrer non pas au Répertoire des Métiers mais au Registre du Commerce et des Sociétés.

Quid de l'alternative de la franchise d'épicerie ?

Vous pouvez très bien choisir d'ouvrir une franchise d'épicerie pour profiter de la renommée d'une enseigne existante qui vous assurera une clientèle. Cette une solution qui a le mérite de vous apporter de la sécurité, mais pour autant vous devrez verser des redevances en contrepartie.

La franchise d'épicerie n'est pas un statut prisé dans la mesure où beaucoup de personnes qui se lancent dans l'ouverture de leur épicerie sont en reconversion professionnelle et cherchent une liberté totale. Or, en passant par un contrat de franchise, vous êtes tenus de respecter un certain nombre d'obligations et vous devez donc rendre des compte.  

N'hésitez plus et lancez vous dans la création de votre épicerie !

Mise en ligne : 29/03/2018

Rédacteur : Sandra NUSSBAUM, diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations