En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Article mis à jour le 28 septembre 2018

Comment ouvrir un gîte : les étapes clés

Héloïse FOUGERAY
Diplômée d'un Master II en Droit de la Propriété Intellectuelle aux Universités partenaires Paris I Panthéon-Sorbonne et Paris-Saclay. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Temps de lecture : 2 min

Vous souhaitez ouvrir un gîte ? Renseignez vous bien au préalable. Le meublé de tourisme (dit aussi gîte ou location saisonnière) est un logement, à usage exclusif du locataire, qui doit être entièrement meublé et équipé. La location doit être offerte à un client de passage, qui aura une totale indépendance, contrairement au fait d'ouvrir une chambre d'hôte. Si c'est ce projet qui vous intéresse, rendez-vous sur notre fiche sur comment ouvrir une chambre d'hôte.

Avant de vous lancer dans cette belle aventure, il est nécessaire de bien réfléchir à votre projet. En effet, une multitude d’offres de location sont proposées en France, dont plus de 90 000 meublés de tourismes classés.  

Ne pas prendre ses projets à la légère est la clé du succès. Pour vous aider à atteindre vos ambitions, faisons le point ensemble sur les étapes principales pour ouvrir un gîte !

Comment ouvrir un gîte

Ouvrir une gîte : aucune formation requise

Comment ouvrir un gîte ? Sachez qu’aucun diplôme n’est requis pour ouvrir un gîte. Vous êtes donc entièrement libre d’ouvrir un gîte. Le sens de l’accueil et de l’organisation sont les seuls prérequis pour se lancer.

Néanmoins, ne vous précipitez pas ! Il est fortement conseillé de rédiger un business plan avant d’ouvrir son gîte. Etudier le marché local est primordial afin de réfléchir à la meilleure stratégie à adopter pour que votre activité soit rentable. Vous devez donc étudier avec attention plusieurs facteurs importants (potentiel touristique de votre région, facilité d’accès, commodités à proximité, etc.).

De plus, aujourd’hui, environ 90% des réservations en gîte se font via internet. Il est donc très important, avant d’ouvrir son gîte, de réfléchir attentivement à une stratégie de communication en ligne (photos, textes de qualités, témoignages clients positifs, réseaux sociaux, mention dans les guides touristiques, Airbnb, Le Bon Coin...).

Quelle réglementation pour ouvrir un gîte ?

Respecter une réglementation pour ouvrir un gîte est impératif. Contrairement à l’ouverture d’une chambre d’hôte, où accueillir plus 15 personnes vous contraint à ouvrir un hôtel, le gîte peut accueillir un nombre plus important de personnes.

Néanmoins, dès lors que votre capacité d’accueil dépasse 15 personnes en gîte (gîte de groupe ou gîte grande capacité), des règles supplémentaires s’imposent à vous. Votre gîte sera considéré comme un Établissement Recevant du Public (ERP). De ce fait, des normes de sécurité et d’accessibilité additionnelles propres aux ERP devront être respectées, engendrant des frais supplémentaires. Le dépôt d’un dossier attestant de votre conformité à la réglementation des ERP auprès de la préfecture sera également nécessaire.

Par ailleurs, avant d’ouvrir un meublé de tourisme, classé ou non, vous devez obligatoirement effectuer une déclaration à la mairie de la commune du gîte (en remplissant un formulaire Cerfa).  

Quelle démarches administratives pour ouvrir un gîte ?

Il existe certaines démarches administratives à réaliser pour ouvrir un gîte. C’est notamment le cas dans ces situations :

  • Vous exercez en tant que loueur en meublé professionnel (vos revenus annuels issus de cette activité sont supérieurs à 23 000 €). Dans ce cas, vous devez déclarer votre activité au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) et au Centre de Formalités des Entreprises (CFE). A défaut, vous perdrez le bénéfice des avantages fiscaux découlant du statut de loueur en meublé professionnel.
  • Vous désirez offrir des repas à vos hôtes (autres que le petit déjeuner). Dans ce cas, vous devrez obtenir une licence restaurant.

Vous n’êtes pas obligé de souscrire à une assurance. Néanmoins, prendre une assurance “location saisonnière” est fortement recommandé afin de couvrir d’éventuels sinistres.

Enfin, avant d’ouvrir votre gîte, il vous faudra choisir le statut juridique de votre gîte.

Bon à savoir : à chaque fois que vous louez un bien, vous devez établir un contrat écrit.

Gîte classé : quel intérêt ?

Classer son meublé de tourisme est facultatif. Mais, il peut être intéressant pour vous de demander à faire partie du classement dans l’une des catégories existantes (1 à 5 étoiles). Le bénéfice  du classement officiel, par un organisme accrédité, optimisera votre visibilité et vos chances de louer votre gîte.

Les étoiles octroyées sont fonctions du confort et des équipements offerts par votre gîte. Le bénéfice du classement dure cinq ans et est octroyé à la suite d’une visite de classement. Les deux labels les plus connus sont “Gîtes de France” et “Clévacances”. Mais il en existe d’autres. Renseignez vous bien avant de choisir votre label ! En effet, chaque label possède sa propre grille de classement et aura des exigences qui lui sont propres.

Vous connaissez désormais tous les éléments clés pour ouvrir votre gîte avec succès. Alors n’hésitez plus et ouvrez votre gîte dès à présent facilement et en ligne !

Mise à jour le : 28/09/2018

Rédacteur : Héloïse Fougeray, diplômée d'un Master II en Droit de la Propriété Intellectuelle aux Universités partenaires Paris I Panthéon-Sorbonne et Paris-Saclay. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations