En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
04 juillet 2019

Comptabilité analytique: tout ce qu’il faut savoir
Temps de lecture : 4 min

Nausicaa Plas
Diplômée du Master 2 de Droit européen des affaires des universités Panthéon-Assas et LMU Munich. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Besoin d'aide?

Il existe plusieurs façons d’étudier les flux financiers (entrées et sorties d’argent) composant la comptabilité d’une entreprise. La méthode classique est la comptabilité générale, qui se charge simplement de répertorier ces flux financiers. La comptabilité analytique reprend les données répertoriées par la comptabilité générale pour les analyser. 

La comptabilité analytique est-elle obligatoire? En quoi consiste-t-elle? Quelle est la différence entre comptabilité analytique et comptabilité générale? Legalstart vous aide à y voir plus clair. 

Comptabilité analytique

Qu’est-ce que la comptabilité analytique?

Définition de la comptabilité analytique: il s’agit d’une méthode d’analyse des comptes d’une entreprise. L’objectif de la comptabilité analytique est d’expliquer et de justifier les flux financiers d’une entreprise

La comptabilité analytique se focalise toujours sur une variable (par exemple: un domaine d’activité de l’entreprise, un projet particulier, ...) pour en définir la rentabilité. Ainsi, l’entreprise pourra déterminer les domaines dans lesquels son activité est performante, et ceux pour lesquels il faut qu’elle revoit sa stratégie. 

La comptabilité analytique a l’avantage de fournir une connaissance approfondie des flux financiers de l’entreprise. Entre autres, elle permet:  

  • l’explication des résultats de l’entreprise par l’identification des coûts des activités (par exemple: coût de production d’un produit) ; 
  • le contrôle du budget: étude des écarts entre le budget prévu pour la réalisation d’un projet et la réalité ; définition d’un budget plus adapté. 
  • l’identification des possibilités de croissance et des projets futurs : 

Bon à savoir: comptabilité analytique et générale n’ont pas le même but. En effet, la comptabilité générale a pour objectif de donner une vue d’ensemble des comptes d’une entreprise, tandis que la comptabilité analytique a pour but de les analyser

Exemple:  

  • La comptabilité générale présente le détail des flux financiers de l’entreprise dans les documents comptables
  • La comptabilité analytique part des données répertoriées par la comptabilité générale pour déterminer le coût de chaque activité de l’entreprise et en tirer des conclusions pour l’avenir. 

Devez-vous tenir une comptabilité analytique? 

Vous savez sans doute qu’il existe de nombreuses lois régissant la comptabilité des entreprises. Cependant, il n’y a aucune obligation légale concernant la tenue d’une comptabilité analytique. 

Que vous dirigiez une entreprise ou une association, vous pouvez choisir librement d’appliquer ou non cette méthode. 

Généralement, elle est utilisée par des structures de grande ou moyenne taille, composées de plusieurs secteurs d’activités (par exemple: production, commercialisation, service après-vente…).  

Comment tenir une comptabilité analytique? 

La mise en place d’une comptabilité analytique peut se faire de plusieurs manières différentes selon le secteur de votre entreprise que vous désirez analyser. 

Dans tous les cas, il faut d’abord définir l’objet d’étude général, c’est-à-dire ce sur quoi l’analyse va être faite. En effet, la comptabilité analytique se focalise sur un élément de l’entreprise en particulier. Ensuite, il faut affiner cet objet d’étude général en déterminant ce qu’on appelle une clé de répartition. Explications. 

L’objet d’étude général de la comptabilité analytique se définit librement selon ce que vous souhaitez analyser. Par exemple, il peut s’agir:

  • d’une analyse par établissement (si jamais l’entreprise comporte plusieurs établissements) ;
  • d’une analyse par secteur d’activité (par exemple: production, commercialisation, etc) ; 
  • d’une analyse par projet, etc. 

Ensuite, il faut affiner l’objet d’étude choisi en définissant la clé de répartition de la comptabilité analytique. Elle est simplement la variable dont on veut trouver le coût. Par exemple, il peut s’agir:

  • d’un produit particulier (exemple: fabrication d’un objet) ;
  • du temps de travail effectué (il faut alors déterminer le temps passé par les employés pour effectuer une tâche précise), … . 

Par exemple: vous choisissez comme objet d’étude général de votre entreprise le secteur d’activité s’occupant de la production de produits, puis vous choisissez comme clé de répartition le produit A. Dans ce cas, la comptabilité analytique vous servira à définir les coûts précis nécessaires à la production du produit A.

Une fois l’objet d’étude général et la clé de répartition déterminés, il faudra choisir une méthode pour calculer le coût de l’objet d’analyse et en tirer des conclusions. 

Il existe plusieurs méthodes possibles et vous pouvez choisir celle qui vous convient le mieux. Par exemple:

  • La méthode des coûts complets permet de se rendre compte du coût de revient d’un produit. Il s’agit de l’addition de toutes les charges nécessaires pour la fabrication d’un produit ou d’un service.
  • La méthode des coûts partiels permet de calculer à partir de quel moment une activité est rentable.

Finalement, l’intérêt de la comptabilité analytique est donc d’optimiser le fonctionnement de votre entreprise. Pour tenir vos comptes, l’utilisation d’un logiciel de comptabilité peut être utile. Il propose en effet un certain nombre de fonctionnalités (par exemple: la définition d’une balance analytique de comptabilité permettant de vérifier la justesse de vos comptes). 

Si vous avez besoin d’être accompagné dans la tenue de vos comptes, vous pouvez utiliser le logiciel de gestion comptable Comptastart ou encore prendre rendez-vous avec un expert comptable.

Mise à jour : 03/07/2019

Rédactrice : Nausicaa Plas, diplômée du Master 2 de Droit européen des affaires des universités Panthéon-Assas et LMU Munich. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Besoin d'aide?