Article mis à jour le 12 juillet 2018

Statut juridique de la SAS (Société par actions simplifiée) : mode d’emploi

Margaux Dalon
Diplômée de l’EDHEC Business School et de la faculté libre de droit de Lille. Margaux est spécialisée dans les problématiques liées au droit des affaires et la création d’entreprise. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Temps de lecture : 3 min

Vous envisagez de monter une SAS mais n'avez pas encore bien cerné toutes les implications potentielles de cette forme juridique.

Définition, avantages, régime fiscal et social, bénéficiez d'un premier aperçu des sujets clés pour la réussite de votre projet de création de société.

SAS : mode d'emploi

Définition de la SAS

La société par actions simplifiée est souvent définie par l’acronyme "SAS". Le statut juridique de la SAS séduit de plus en plus d'entrepreneurs en raison de sa très grande flexibilité.

Attention à la distinction SAS/SASU : pour la création d'une société par actions simplifiée, vous devez obligatoirement vous associer avec au moins une autre personne alors que vous pouvez tout à fait être seul pour créer une SASU.

Quels sont les avantages du statut juridique de la SAS ?

Les avantages d'une SAS sont nombreux tant sur le plan juridique que social. La fiscalité de la SAS est également particulière. La plupart des startups et sociétés innovantes françaises optent d'ailleurs de plus en plus pour le statut juridique SAS pour leur entreprise.

Par exemple, il n’y a pas de capital social minimum en SAS et, de manière générale, l’organisation interne et la gouvernance peuvent être aménagées avec une grande souplesse.

N'hésitez pas à consulter notre vidéo d'une minute sur le statut juridique de la SAS pour mieux comprendre cette structure avant de vous lancer.

Mini-guide pour monter une société par actions simplifiée

Lors de la création d'une société par actions simplifiée, l'une des étapes principale consiste à rédiger vos statuts : ce document déterminera les modalités de fonctionnement de votre société. Vous pouvez vous inspirer d'un modèle de statuts de SAS ou consulter notre guide de la création de SAS.

Vous devrez notamment à cette occasion fixer le siège social, réunir le capital et le déposer sur un compte dédié, publier une annonce légale et nommer les premiers dirigeants afin de procéder à son immatriculation auprès du greffe du tribunal de commerce. Pour immatriculer votre société, il faudra respecter les formalités administratives de SAS. 

Pacte d’associés : pour quoi faire ?

Dans le cadre d’une société par actions simplifiée, vous avez notamment la possibilité de rédiger un pacte d'actionnaire de SAS. C'est un contrat conclu entre un ou certain associés pour organiser leurs relations. Le pacte d'associés complète les statuts et il a l'avantage d'être modifiable facilement, sans coût et de pouvoir rester confidentiel. 

Qui désigner pour diriger une SAS ?

La direction d’une SAS doit obligatoirement être assurée par un Président de SAS. Très peu de contraintes existent s'agissant du Président à condition bien sûr qu'il soit majeur. Il peut s'agir d'une personne physique ou morale, française ou étrangère (UE ou avec un titre de séjour l'autorisant à exercer ce type de fonctions), avec ou sans qualification, etc. Il dirige les affaires de la société par actions simplifiée mais il a la possibilité de se faire assister par des Directeurs Généraux et d'autres organes de direction (comités, etc.). Un conseil de surveillance de SAS peut également être nommé pour contrôler les organes de direction.

Sur le plan social, les dirigeants (Président, DG, etc.) échappent à la Sécurité sociale des Indépendants (ex RSI) et sont automatiquement rattachés au régime général de la sécurité sociale s'ils se rémunèrent.

Attention : en principe, le Président ne peut pas être salarié d'une SAS. Il peut, dans certains cas, cumuler la fonction de dirigeant avec un poste de salarié mais des règles strictes encadrent ce cumul.

Devenir associé d'une SAS

En étant associé d'une SAS, vous détenez des droits à l'égard de la société par actions simplifiée et vous êtes obligatoirement consulté sur toutes les décisions importantes (droit de vote). Vous recevez également, en contrepartie de votre apport, des actions vous donnant le droit de percevoir des dividendes de SAS.

Pensez dès à présent à vous renseigner sur le régime d'imposition des dividendes de SAS.

Pourquoi choisir un capital variable ?

Opter pour un capital variable de SAS présente un certain nombre d'atouts, notamment celui d’éviter toute modification de statuts dans l’hypothèse d’une augmentation de capital. Combinée à la simplicité de la cession des actions, cela fait de la SAS une forme juridique très attractive sur le plan de la liquidité. 

Si vous souhaitez monter une société dont le statut est à la fois flexible et protecteur et que vous envisagez notamment l'entrée au capital de partenaires et d'investisseurs, le statut juridique de la société par actions simplifiée est souvent adapté. N'hésitez pas à consulter notre fiche d'expert sur la SAS si vous souhaitez plus d'informations.

 

Mise à jour : 12/07/2018

Rédacteur : Margaux Dalon, diplômée de l’EDHEC Business School et de la faculté libre de droit de Lille. Margaux est spécialisée dans les problématiques liées au droit des affaires et la création d’entreprise. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations