31 mars 2021

Comment ouvrir un salon de thé petite restauration?
Temps de lecture : 5 min

Jeanne Bahu
Diplômée d'un Master 2 de Droit de l'Université de Lille 2. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Ouvrir un salon de thé

Vous souhaitez ouvrir un salon de thé, mais proposer une gamme plus complète de produits, afin de recevoir vos clients à toute heure, avec des mets variés et frais ? Alors le concept du salon de thé avec petite restauration est fait pour vous ! Voici les démarches à suivre pour pouvoir ravir les papilles de vos clients ! 

Qu’est-ce qu’un salon de thé petite restauration? 

Ouvrir un salon de thé permet traditionnellement de servir des boissons chaudes (comme du thé, du café ou du chocolat chaud) ou froides (comme des jus variés, eaux aromatisées, etc). L’activité peut être à la fois commerciale et artisanale. En effet, si vous avez moins de 11 salariés, et que vous cuisinez vous-même les gâteaux que vous vendez, vous avez une activité artisanale. 

Il est également possible que le salon de thé fournisse de la petite restauration, cela signifie que vous servez le midi des plats souvent légers pour que vos clients aient la possibilité de profiter d’un repas complet. 

Ouvrir un salon de thé avec petite restauration, c’est proposer des salades, des clubs sandwichs et des plats simples à réchauffer. 

Ouvrir un salon de thé petite restauration : quelle réglementation?

Si vous désirez ouvrir un salon de thé petite restauration, vous allez devoir respecter plusieurs formalités essentielles afin d’être en accord avec la législation. 

Faut-il une petite licence 2 pour ouvrir un salon de thé petite restauration?

Non, il n’est pas obligatoire d’avoir une petite licence pour ouvrir un salon de thé petite restauration. En effet, celle-ci ne sera utile que si vous décidez de proposer de l’alcool dans votre salon de thé. 

Cependant, si vous faites le choix de proposer des boissons alcoolisées, celles-ci ne pourront pas dépasser 18°. En effet, la petite licence 2 vous donne la possibilité de vendre les alcools présents dans les groupes 2 et 3, à savoir, la bière, le cidre, le vin…

Pour détenir cette petite licence, vous devez demander un permis d’exploitation. Celui-ci est valable 10 ans et s’obtient suite à une formation d’une durée de : 

  • 3 jours minimum pour les nouveaux exploitants ;
  • 1 jour pour les personnes ayant une expérience de plus de 10 ans. 

Quinze jours avant l’ouverture, vous devez effectuer une déclaration en mairie, en joignant à votre demande le permis d’exploitation, une pièce d’identité et un formulaire Cerfa n°11542*04.

Cette démarche a pour but de prévenir et de lutter contre l’alcoolisme, selon la loi Evin. Mais rappelons-le, ouvrir un salon de thé avec petite restauration n’implique pas le service d’alcool ! 

Quelle est la réglementation pour ouvrir un salon de thé petite restauration? 

Il existe, en effet, plusieurs normes à respecter, si vous souhaitez proposer de la petite restauration dans votre salon de thé. 

Vous devez respecter les normes d’hygiène alimentaire de conservation et de préparation des aliments. Par exemple, veillez à ce que l’eau que vous utilisez pour la congélation soit potable, ou que la chaîne du froid soit scrupuleusement respectée.

  • Les normes d’hygiène destinées au personnel

Le personnel doit également, comme dans tout endroit accueillant du public et fournissant des denrées alimentaires, respecter un protocole strict. Ce protocole doit être porté à sa connaissance (concernant le lavage des mains par exemple) notamment par des affichages

  • Les normes concernant les accès pour les personnes handicapées et la protection contre le risque d’incendie (sorties de secours…)

En effet, les clients doivent pouvoir prendre facilement et rapidement connaissance des prix. Il est essentiel d’ajouter également une liste des produits allergènes compris dans les plats que vous servez.

  • Si vous avez prévu de diffuser de la musique, vous devez demander l’autorisation à la SACEM et payer des redevances. 

Quelques astuces pour vous préparer avant d’ouvrir votre salon de thé petite restauration

Les formations indispensables 

Il est nécessaire d’effectuer une formation en hygiène alimentaire si vous décidez de servir des plats aux consommateurs. Cette formation est obligatoire depuis le 1er octobre 2012, sauf pour les personnes ayant 3 années d’expérience dans la restauration. Ouvrir un salon de thé avec petite restauration nécessite donc une préparation un peu plus soutenue, pour assurer la bonne conservation des aliments.

Si vous décidez de cuisiner vous-même les gâteaux que vous proposez, il est essentiel d’avoir un CAP pâtisserie en poche.

Vous devrez également suivre un stage de préparation à l’installation, sauf si vous avez effectué une formation égale à ce stage, ou si vous avez déjà trois ans d’expérience. Celui-ci vous permettra d’avoir une première expérience relative à la fiscalité, à la comptabilité et à la viabilité d’une entreprise dans le monde de l’artisanat. 

Dans la conception d’un salon de thé avec petite restauration, il sera nécessaire de prévoir un lieu de stockage des aliments, une zone propre et protégée afin de garder vos denrées consommables. Ensuite vous devez également prévoir un moyen de réchauffer les aliments. Ainsi, vous pouvez déjà compter dans vos dépenses l’achat d’un four, d’un micro-onde et d’un réfrigérateur, qui prennent une place non négligeable dans une arrière-boutique ou derrière un comptoir. 

L’élaboration du projet 

Il est également important de mûrir son projet longtemps à l’avance. Comme pour ouvrir un salon de thé classique, vous devrez rédiger un business plan, effectuer une étude de marché, choisir l’emplacement idéal et démarcher des clients. 

Si vous décidez de proposer de la petite restauration, le lieu sera stratégique. En effet, vous pourrez vous placer près d’un quartier d’affaire pour y proposer des repas rapides, à emporter ou non, ou dans un quartier plutôt fréquenté, avec des commerces et des promeneurs. 

La création d’une structure 

Pour terminer, vous devrez également monter votre entreprise

Dans le cadre de la création d’un salon de thé, il est généralement plus rentable de créer votre société, plutôt qu’une entreprise individuelle (EIRL ou auto-entrepreneuriat). En effet, l’entreprise individuelle ne permet pas une déduction des charges ni une protection du patrimoine. De plus, le chiffre d’affaires y est limité. Cela signifie que vous n’aurez pas la possibilité de faire grandir votre business au-delà d’un certain seuil. Vous allez engager de l’argent et du temps dans le développement de votre business :  le mieux est d’être protégé ! 

La création de société vous réserve, à l’inverse, quelques avantages, comme la protection de votre patrimoine personnel par exemple. Vous pouvez choisir de monter une SARL ou une SAS, qui vous laissent la possibilité d’avoir des associés. Si vous préférez vous lancer seul, sachez que vous pouvez créer une EURL ou une SASU. Pour créer votre société, vous devez respecter plusieurs étapes.

  • D’abord, il faut rédiger des statuts. Ceux-là seront cosignés par tous vos associés. Dans ces statuts, sont fixés le capital social, l’objet social, l’adresse et le nom de la société, et plusieurs autres informations qui définissent votre société.

  • Ensuite, vous devez déposer le capital à la banque : c’est l’argent que vous injectez dans la société, et qui formera son capital social.

  • Publiez une annonce dans un journal d’annonces légales afin de faire connaître légalement votre société. Cette procédure est obligatoire. 

  • Pour terminer, faites  immatriculer votre société auprès du greffe. C’est assez rapide: cela peut être fait en 48 heures si votre dossier est complet. 

Vous pourrez alors ouvrir un salon de thé avec petite restauration sans contrainte pour l’avenir !

Si vous souhaitez diversifier votre offre et vous démarquer d’un salon de thé classique, la petite restauration est faite pour vous !

Mise à jour : 31/03/2021

Rédacteur : Jeanne Bahu, diplômée d'un Master 2 de Droit de l'Université de Lille 2. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Ouvrir un salon de thé

Télécharger gratuitement notre guide Hôtellerie-Restauration, rédigé par nos juristes

Télécharger le guide Hôtellerie-Restauration Télécharger le guide