En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Sandra NUSSBAUM
Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 16 mars 2018
Temps de lecture : 3 min

Si vous faites le choix de devenir un intermédiaire de l'automobile (mandataire auto ou achat revente de véhicules) et d’exercer de façon indépendante, vous allez devoir choisir un statut juridique. Peut-on faire de l’achat revente en étant auto-entrepreneur ? Faut-il créer une société ? Quelle est la structure juridique appropriée pour un mandataire automobile ?

Ce sont des questions importantes auxquelles il n’est pas forcément facile de répondre. On va essayer de faire un tour d’horizon des structures juridiques adaptées aux intermédiaires de l’automobile.

structures juridiques intermédiaires auto

Quelle structure pour un mandataire auto ?

Pour devenir mandataire auto, vous avez la possibilité de passer par toutes les structures : entreprise individuelle et éventuellement auto-entreprise ou toutes les formes de société (SARL, SAS, SASU ou encore EURL).

Pour autant, une société apporte une certaines crédibilité car c’est un statut qui apparaît comme étant plus stable, plus professionnel, et c’est la raison pour laquelle un certain nombre de mandataires auto font le choix de créer une société.

Quand vous décidez de créer une société vous avez le choix entre les formes unipersonnelles, c’est-à-dire les formes dans lesquelles vous êtes le seul associé, et les autres dans lesquelles vous pouvez être plusieurs associés. En fonction de votre projet vous pourrez donc choisir soit une société à associé unique comme la SASU, soit une société vous permettant d’exercer votre activité à plusieurs comme la SAS.

Courtier automobile, entreprise individuelle ou société ?

Pour un courtier automobile, la réponse est exactement la même que pour le mandataire auto. Aucune structure ne vous est interdite, c’est donc à vous de voir et vous avez la possibilité de faire ce que vous voulez. Pour autant, le statut d’auto-entrepreneur n’est sans doute pas le plus adapté dans la mesure où vous aurez moins de crédibilité qu’avec une société.

Créer une société c’est un investissement un peu plus important au démarrage mais il ne faut pas non plus oublier qu’en faisant le choix de créer une société vous protégez également votre patrimoine. A l’inverse, sous le statut d’auto-entrepreneur, vos créanciers ont la possibilité de saisir autant votre patrimoine professionnel que votre patrimoine personnel, ce qui peut être dangereux pour vous et votre famille.  

Création entreprise achat vente de voiture : quelle structure?

Vous avez décidé de vous spécialiser et de créer une entreprise d'achat vente de voiture ? Toutes les structures juridiques sont envisageables, que ce soit une société ou une entreprise individuelle.

Pour vous aider à choisir, retenez que le statut d’auto-entrepreneur n’est possible que jusqu’à un certain seuil de chiffre d’affaires et qu’il ne protège pas votre patrimoine personnel. Pour autant ce statut a l’avantage de vous permettre de profiter d’un régime fiscal et social en principe avantageux. Vous pouvez donc tout à faire choisir de faire de l’achat revente en auto-entrepreneur.

C’est une appréciation à faire en fonction de votre situation mais n’oubliez pas que vous devez avoir un espace de stockage suffisant, c’est-à-dire un local important et que cela risque d’engendrer des frais importants au démarrage.

Comment ouvrir un dépôt vente ?

Pour ouvrir un dépôt vente, après avoir fait une étude de marché ou votre business plan, vous allez devoir choisir votre structure juridique et le raisonnement est le même que pour une entreprise d’achat vente de voiture. Vous allez devoir choisir entre être auto entrepreneur ou créer une société pour exercer votre activité.

Mise en ligne : 16/03/2018

Rédacteur : Sandra NUSSBAUM, diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations