Quel statut pour votre chambre d’hôte ?

Vous envisagez d’ouvrir une maison d’hôte ? Un tel projet est prometteur dès lors que vous avez de la place dans votre maison et que vous aimez recevoir. Cela constituera en outre un revenu complémentaire, car même si les férus de camping sont nombreux, l’alternative de la chambre d’hôte exerce un attrait certain sur un nombre croissant de voyageurs.  A cet égard, le nom de Bed & Breakfast (B&B) vous évoque sûrement quelque chose.

Vous aussi, devenez un acteur majeur du tourisme de votre région tout en restant indépendant.

Mini-sommaire :

1- Qu’est ce qu’une chambre d’hôte ?

2- L’étude de marché : un préalable nécessaire

3- Les démarches et obligations

4- Quel statut pour la chambre d’hôte? 

5- Faut-il adhérer à un label ? 


        ouvrir une chambre d'hôte

Qu’est ce qu’une chambre d’hôte ?

Le concept de la chambre d’hôte est relativement simple : cela consiste à louer une chambre ou une partie de votre habitation principale à des vacanciers, ou des gens de passage.

Le rôle de l’hôte est d’accueillir personnellement les arrivants et de leur fournir une chambre meublée, comprenant le linge de maison, propre et chaleureuse, avec un accès aux sanitaires. Un petit déjeuner peut également être servi pour le nombre de nuits indiqué par les invités.

Par ailleurs, rien ne vous empêche de personnaliser ce concept de base. Par exemple, il est tout à fait possible de viser un public spécifique, en proposant par exemple des chambres d’hôtes de luxe ou de charme.

Attention, l’accueil et l’entretien restent des éléments obligatoires.

Si vous préférez une activité moins contraignante, il existe d’autres concepts d’hébergement chez l’habitant, comme les gîtes ruraux, qui consistent à louer un logement indépendant. Mais la démarche ne sera pas la même.

L’étude de marché : un préalable nécessaire

Avant de créer une chambre d’hôtes, il est souvent indispensable d’étudier le marché local, afin de vous assurer que vous vous lancez dans une activité porteuse.

Il peut notamment s’agir de savoir si :

  • la région a un potentiel touristique susceptible d’attirer suffisamment de visiteurs (par exemple, les chambres d’hôtes sont particulièrement recherchées dans l’Aveyron ou au Pays Basque)
  • le logement envisagé est adapté à l’accueil de visiteurs (des conditions d’hygiène et de sécurité devant être respectées)
  • votre emplacement et votre bien répondent bien aux attentes des visiteurs (par exemple, une maison trop isolée aura peut être plus de mal à attirer de la clientèle).

Les démarches et obligations

Aucun diplôme n’est requis pour devenir maison d’hôtes : de l’énergie et le sens de l’hospitalité sont les seules qualifications dont vous aurez besoin.

Si aucun diplôme n’est obligatoire, il y a en revanche quelques conditions à respecter.

Vous devez notamment déclarer votre activité auprès de la mairie dont vous dépendez.

  • Si vous souhaitez exercer votre activité de façon régulière et habituelle, une déclaration auprès du registre du commerce et des sociétés (RCS) est alors nécessaire.
  • Notez aussi que vous devrez vous procurer la licence I pour pouvoir servir des boissons au petit déjeuner. Son obtention est gratuite.
  • Si vous souhaitez fournir des prestations complémentaires, comme une table d’hôte (service de repas autres que le petit déjeuner), vous devrez vous procurer un autre type de licence vous permettant notamment de servir des boissons alcoolisées (licence IV).
  • Vous devez également savoir que la capacité de votre activité est limitée à 5 chambres et 15 personnes. En effet, au delà de ces chiffres, l’activité bascule dans le domaine de l’hôtellerie, qui est soumis à une autre réglementation, plus stricte.

Quel statut pour la chambre d’hôte ?

Vous vous posez très certainement la question du statut de votre maison d’hôte.

Si vous choisissez de créer une entreprise pour exercer votre activité, vous êtes libre de choisir la forme sociale qui vous plait.

Vous pouvez indifféremment choisir de créer une SAS, une SARL si vous êtes plusieurs à lancer l’activité, ou alors une entreprise individuelle, une SASU ou une EURL si vous souhaitez vous lancer en solo.


Ainsi, vous le constater, le choix du statut de votre chambre d’hôte est large : prenez le temps de choisir celui qui vous convient le mieux !

Adhérer à un label ?

Certains, lorsqu’ils décident d’ouvrir une maison d’hôte, choisissent d’adhérer à un label de qualité, (à distinguer de la franchise).

Cette solution vous permettra d’être mieux référencé. Vous serez ainsi affilié à un réseau ce qui vous aidera à être plus facilement connu des vacanciers. Si vous rejoignez un label, vous aurez très probablement un cahier des charges à respecter.

Créer votre société vous semble la solution idéale, mais les formalités juridiques vous contrarient ? N’hésitez plus : vous pouvez confier la création de votre entreprise à des professionnels et devenir maison d’hôte l’esprit libre de tout souci juridique.

Date de mise à jour: 22/06/2016

Rédacteur: Marine de Villoutreys, diplômée de l’université Paris II Panthéon-Assas, élève avocat à l’Ecole de Formation du Barreau de Paris. Marine est spécialisée dans l’accompagnement des créateurs d’entreprise. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Créez votre SARL en 10 minutes sur notre site