En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
04 janvier 2019

Auto-entrepreneurs: est-ce possible de travailler pour des entreprises?

Héloïse FOUGERAY
Diplômée d'un Master II en Droit de la Propriété Intellectuelle aux Universités partenaires Paris I Panthéon-Sorbonne et Paris-Saclay. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Vous souhaitez devenir auto-entrepreneur ? Vous êtes déjà auto-entrepreneur et vous désirez savoir si vous pouvez travailler pour une entreprise ? Quel que soit votre domaine d’activité, sachez que vous pouvez effectuer des missions auprès des particuliers et des entreprises.

Toutefois, en tant qu’indépendant, il est indispensable que vous gardiez une certaine latitude dans l’accomplissement de vos missions. Sous quelles conditions un auto-entrepreneur peut-il travailler pour une entreprise ? On fait le point sur les conditions de travail d’un auto-entrepreneur en entreprise.

Un auto-entrepreneur peut-il travailler pour une entreprise?

Auto-entrepreneur: est-ce possible de travailler pour une entreprise?

Par définition, un auto-entrepreneur, en tant que travailleur indépendant, doit garder une certaine indépendance. En principe, il est libre d’accepter ou non les missions qui lui sont proposées par des particuliers ou par des entreprises.

Un auto-entrepreneur peut donc tout à fait travailler pour une entreprise. Faire appel à des auto-entrepreneurs peut d’ailleurs être très avantageux pour les entreprises. En effet, le régime fiscal des auto-entrepreneurs présente des particularités comme, par exemple, la franchise de TVA qui leur permet de pratiquer des tarifs plus bas que ceux de leurs concurrents.

Toutefois, pour qu’un auto-entrepreneur puisse travailler pour une entreprise, cette dernière doit passer avec lui un contrat de prestation de service. Il convient alors de faire très attention à ce que les conditions de travail prévues dans le contrat ne soient pas trop précises, surtout si l’entreprise a souvent recours aux services d’un même auto-entrepreneur. En effet, les auto-entrepreneurs ne doivent pas être placés sous une relation dite de subordination à l’égard de leurs clients.

Auto-entrepreneur et travail en entreprise: quels risques? 

Recourir à des auto-entrepreneurs ne présente aucun risque particulier pour les entreprises, dès lors qu’elles ne pratiquent pas ce que l’on appelle du “salariat déguisé”. Les entreprises et les auto-entrepreneurs doivent donc être attentifs à ces dérives potentielles.

Pour éviter tout risque, les entreprises doivent faire attention à ne pas exercer un lien de subordination à l’égard des auto-entrepreneurs. Pour vérifier l’existence d’un tel lien, les juges recherchent la présence d'un certain nombre d'indices. Par exemple, ils vérifient si l’auto-entrepreneur :

  • Travaille pour un seul client ;
  • Se voit imposer des horaires de travail ;
  • Doit rendre des comptes régulièrement à l’entreprise ;
  • Travaille dans les locaux de l’entreprise ;
  • Utilise le matériel de l’entreprise ;
  • Est rémunéré non pas à la mission mais au temps passé, etc.

Si jamais les juges requalifient le contrat de prestation de service en contrat de travail, l’entreprise peut être condamnée à un délit de travail dissimulé. De plus, l’employeur devra régulariser le paiement des cotisations sociales qu’il aurait dû payer sur les rémunérations versées à l’auto-entrepreneur et procéder à des rappels de salaires équivalents à ce qu’un salarié perçoit à poste équivalent. En pratique, les conséquences financières d’une requalification en contrat de travail sont donc très importantes.

De plus, des indemnités de licenciement et des dommages et intérêts pourront être demandés par l’auto-entrepreneur en cas de rupture du contrat à l’initiative de l’entreprise.

 

Mise à jour le : 04/01/2019

Rédacteur : Héloïse Fougeray, diplômée d'un Master II en Droit de la Propriété Intellectuelle aux Universités partenaires Paris I Panthéon-Sorbonne et Paris-Saclay. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches