Article mis à jour le 20 novembre 2018

Salarié ou entrepreneur : comment choisir?

Sandra NUSSBAUM
Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

L’entrepreunariat fait rêver mais suscite également de nombreuses craintes quand il s’agit de se lancer et de créer son entreprise. Pourquoi conserver le salariat ou plutôt le laisser tomber pour entreprendre ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ces deux statuts?

avantages entrepreneuriat versus salarié

Le salariat : quand on vous parle de sécurité…

Une rémunération fixe

Vous pourrez trouver le sommeil en sachant que votre salaire est payé à la fin du mois. En effet, le salariat permet une rémunération fixe pour sécuriser son quotidien, en particulier lors de la contraction d’un prêt. Il est d’ailleurs plus facile de pouvoir accéder à un emprunt auprès d’une banque avec un CDI en poche grâce à la justification de fiches de paie.

Le droit aux allocations chômage

Le salariat vous permet de toucher des allocations chômage dans le cas de la perte involontaire de votre emploi. Il s’agit d’un formidable filet de sécurité, qui peut également s’appliquer pour les démissions dites « légitimes » (exemple : vous démissionnez pour suivre votre conjoint muté).  Afin de faire valoir vos droits, vous devez disposer de 88 jours travaillés ou 610 heures travaillées au cours des 28 derniers mois (ou au cours des 36 derniers mois pour les personnes de 53 ans et plus).

Le système des retraites

En travaillant sous le régime général, vous cotisez de manière automatique et obligatoire pour votre retraite. Cela devient même plus intéressant si vous bénéficiez du statut cadre grâce à un niveau de cotisation plus élevé, vous améliorez vos droits à la retraite (en fonction de votre rémunération et du plafond de la sécurité sociale).

Bon à savoir, notre système aujourd’hui est basé sur une solidarité entre les générations. Les cotisations prélevées sur vos revenus servent à payer les retraites immédiatement de nos séniors et vous garantissent seulement le droit à la retraite.

L’entrepreunariat : se recentrer sur ses aspirations personnelles…

Un nouveau mode de pensées

Le rêve de faire carrière toute sa vie au sein d’une grande entreprise n’entre plus dans les aspérités des nouvelles générations. En effet, elles souhaitent avant et surtout trouver du sens à leur projet professionnel guidé par leurs choix personnels. Selon une étude d’Opinion Way, seulement 27% des jeunes recherchent la sécurité de l’emploi et 26% déclarent être de moins en moins attirés par le CDI. L’entrepreunariat répond à leurs souhaits de liberté et d’épanouissement personnel qui devient central dans la réflexion de leur projet professionnel. Ils sont donc nombreux à décider de devenir travailleur indépendant.

S’organiser autrement

Les entrepreneurs organisent leur emploi du temps comme ils le souhaitent. Cela ne signifie pas qu’ils ont plus de temps, mais ils peuvent l’adapter selon leurs modes de vie et ainsi éviter frustration et/ou stress. En cas d’urgence, ou d’enfant malade, il est possible de s’absenter. D’autre part, ils peuvent travailler ou ils le souhaitent : chez eux, dans un café, dans leur bureau ou encore en espace de coworking pour favoriser les échanges et les synergies.

Dans l’ère du temps

La loi encadre de mieux en mieux le statut des travailleurs indépendants pour exercer leur activité professionnelle afin de concilier nos acquis sociaux et nos nouveaux modes de travail. La liberté d’entreprendre et l’autonomie sont deux des principaux moteurs de la création d’entreprise. Pour les plus frileux, sachez qu’il existe des statuts juridiques permettant de conserver ses avantages sociaux comme celui de l’EIRL (placé sous le régime des travailleurs indépendants), ou de bénéficier des allocations chômages avec le portage salarial.

Attention, le choix de son statut juridique est une étape cruciale liée à ses besoins spécifiques. Il détermine notamment le régime social et fiscal auquel l’indépendant sera soumis. Si vous hésitez entre plusieurs statuts, n'hésitez pas à vous servir de notre outil du choix de la forme juridique. Vous pouvez également télécharger notre guide du freelance.


Mise à jour: 20/11/2018

Rédacteur : Sandra NUSSBAUM, diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations