En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Sandra NUSSBAUM
Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 09 août 2018
Temps de lecture : 2 min

Si vous souhaitez créer votre entreprise tout seul, sans aucun associé, vous vous demandez sûrement quel est le meilleur statut juridique à adopter.  Vous avez bien sûr entendu parler du statut d’auto-entrepreneur. Qu’en est-il de l’EIRL ? Quels sont les avantages et les inconvénients de l'EIRL ?

Nous détaillons pour vous ses forces et faiblesses.

       EIRL : avantages et inconvénients

Les avantages du statut EIRL

Le statut EIRL présente plusieurs avantages : protection de vos biens personnels, fonctionnement assez simple, cumul possible avec le statut d’auto-entrepreneur et optimisation fiscale.

Avantage n° 1 : vous êtes seul maître à bord

Comme tout entrepreneur individuel, lorsque vous optez pour le statut d'EIRL, vous prenez librement toutes les décisions relatives à la vie de votre entreprise et vous n’avez pas à consigner vos décisions ni à nommer de commissaire aux comptes.

Avantage n° 2 : vous protégez vos biens personnels

C’est sans doute l’atout phare du statut EIRL. Il vous permet d’isoler votre patrimoine personnel (et celui de votre conjoint) des risques liés à l’exploitation de votre activité professionnelle.

Avantage n° 3 : vous pouvez cumuler EIRL et statut auto-entrepreneur

Si votre activité demeure limitée, opter pour l’EIRL ne vous empêche absolument pas de bénéficier des avantages de l'auto-entreprise. En savoir plus sur les conditions de cumul du statut auto-entrepreneur avec l'EIRL

Avantage n° 4 : vous pouvez choisir l’IS sans avoir à créer de société 

En matière fiscale, le statut EIRL vous permet de choisir entre l'IR et l'IS. 

A noter : le principal avantage si vous choisissez l’IS consiste à limiter les cotisations sociales qui ne sont plus payées sur l’intégralité du bénéfice réalisé mais uniquement sur votre rémunération réelle (diminuée de la déduction – forfaitaire ou réelle - pour frais professionnels). Vous aurez également la possibilité de reporter vos pertes sur les bénéfices des exercices futurs. 

Les inconvénients du statut EIRL

L'EIRL présente certains inconvénients. C'est un statut assez formaliste offrant peu de possibilités d'évolution. 

Inconvénient n° 1 : un formalisme exigeant

Le formalisme lié à la création de l’EIRL et à l’établissement de la déclaration d’affectation du patrimoine est assez exigeant et engendre des frais non négligeables : coût d’intervention d’un professionnel pour l’évaluation des biens, recours au notaire en cas de biens immobiliers, émoluments du greffe.

Par ailleurs, un certain nombre de règles comptables devront être respectées : (1) l'établissement des comptes sociaux annuels et (2) le dépôt des comptes au lieu d’enregistrement de la déclaration d’affectation dans les six mois de la clôture de l’exercice.

Attention : la sanction du non-respect des obligations comptables est sévère, puisque vous devenez responsable au-delà du patrimoine affecté. 

Inconvénient n° 2 : une capacité de croissance limitée

La forme juridique de l'EIRL ne vous permet pas de faire intervenir d’autres partenaires (notamment financiers) dans l’exploitation de votre activité. Si vous souhaitiez le faire ultérieurement, cela nécessiterait un passage en société qui engendrera une imposition de vos plus-values et moins-values professionnelles ainsi que l’obligation de respecter toutes les formalités nécessaires à la création de société. A contrario, le passage d’une EURL à une SARL ou d’une SASU à une SAS s’effectue très facilement et à moindre coût.

Le statut EIRL est une forme juridique assez méconnue. Au moment de vous lancer, faites-en sorte de disposer d'un maximum d'information pour choisir le meilleur statut juridique, que ce soit une EIRL, une EURL ou encore la SASU aujourd’hui de plus en plus plébiscitée par les créateurs.

Mise à jour : 09/08/2018

Rédacteur : Sandra NUSSBAUM, diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations