En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Malo de Braquilanges
diplômé de Sciences Po Paris. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 17 juillet 2018
Temps de lecture : 5 min

EURL ou SARL, que choisir ? Ces deux formes de sociétés demeurent parmi les plus utilisées en France. L'EURL, est tout simplement une SARL unipersonnelle, c'est-à-dire une SARL avec un seul associé. La différence principale avec la SARL est donc qu'elle ne dispose que d’un seul associé alors même que la SARL comporte au minimum deux associés.

Très important : qu’il s’agisse d’une SARL classique ou d’une SARL unipersonnelle, on parle de sociétés à responsabilité limitée, ce qui signifie concrètement que la responsabilité du gérant est limitée au périmètre de l'entreprise (sauf fraude ou faute de gestion). La création d’une EURL ou SARL est donc un excellent moyen de vous protéger ainsi que votre conjoint lors du lancement de votre activité.

Dans cette fiche, éclairage sur les similarités et les différences entre EURL et SARL.

EURL ou SARL: différentes ou identiques?

Constitution EURL / SARL : des conditions similaires 

Les démarches de création d'une EURL sont très similaires à celles à effectuer pour une SARL (en effet, l'EURL n'est en réalité qu'une société à responsabilité limitée à associé unique). Gardez à l’esprit que certaines activités ne peuvent pas s'exercer dans le cadre de ces deux structures juridiques, notamment :

  • l’exploitation d’un laboratoire d’analyses médicales par une personne morale
  • les entreprises d’assurance
  • les entreprises de capitalisation et d’épargne 
  • toutes les autres activités réservées par la loi à un autre type de société (par exemple, pour les professions libérales dites « réglementées »). 

Dans la pratique, rien ne sert aux créateurs d'une EURL ou SARL de perdre du temps avec toutes les épreuves administratives liées à la création. Tout peut être fait en ligne ou, si vos besoins sont plus complexes et que votre budget vous y autorise, par l’intermédiaire d’un avocat ou d’un comptable. Les différentes étapes et formalités administratives sont donc identiques qu'il s'agisse d'une SARL ou d'une EURL.

Attention : la mention du dépôt des apports en numéraire doit figurer dans les statuts. Les sommes d’argent correspondant à ces apports doivent impérativement être déposées sur un compte bloqué. Un compte doit être ouvert dans la banque avec laquelle fonctionnera la société. A cet égard, on s'aperçoit que le problème majeur de création d'une société n'est pas nécessairement un problème de nature administrative. Il est bien souvent lié à des difficultés à ouvrir un compte en banque. Il faut savoir que les droits des entreprises par rapport aux banques sont loin d'être les mêmes que ceux dont bénéficient les particuliers, notamment en raison de l'absence d'un «droit au compte». En cas de difficultés persistantes à trouver un partenaire bancaire, sachez quel es apports en numéraire peuvent aussi être effectués par l’intermédiaire de la Caisse des Dépôts et Consignations ou via un notaire. 

Nomination d'un gérant : quelles différences entre la SARL et l'EURL ?

Aucune, le gérant d'une EURL peut être nommé via les statuts ou par un acte séparé. Ce dernier cas de figure permet d'éviter une modification de statuts pour chaque changement postérieur de gérant.

Il est souvent conseillé d'optimiser l'acte de nomination en précisant la durée des fonctions du gérant, les limites de ses pouvoirs ainsi que sa rémunération.

Divergences sur le régime fiscal du dirigeant

Dans le cadre d’une EURL, il faut distinguer deux cas de figure car il existe un choix entre l'IR et l'IS :

  • si l’EURL est soumise à l’impôt sur les sociétés (IS), la rémunération du gérant sera imposable à l’impôt sur les revenus (IR), dans la catégorie des rémunérations des dirigeants (article 62 du CGI). Le gérant bénéficie alors d'un abattement pour frais professionnels, soit forfaitaire et égal à 10 % (plafonné), soit calculé sur les frais réels (sur justificatifs).

  • si l’EURL est soumise à l’impôt sur le revenu (IR), la situation diffère selon que le gérant est associé ou non associé.
     
    • Si le gérant est associé, sa rémunération n’est pas déductible des bénéfices sociaux de l’entreprise et est imposable. Cette rémunération sera également imposée à l’IR au niveau du gérant dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC),  selon que la société exerce une activité commerciale ou non.

    • Si le gérant n’est pas associé, sa rémunération est déductible des bénéfices de la société, si ladite rémunération correspond à un travail effectif et n’est pas « excessive ». La rémunération est alors imposée au niveau du gérant, à l’IR, dans la catégorie des traitements et salaires (TS) et bénéficie donc la déduction de 10% pour frais professionnels, plafonnée.

Dans le cas d’une SARL, les gérants, qu’ils soient minoritaires ou majoritaires, ont le même régime fiscal que les salariés. Un gérant de SARL peut appliquer un abattement pour frais professionnels de 10% ou opter pour les frais réels. S’il y a des dividendes, ils sont imposables via le mécanisme de la Flat Tax depuis le 1er janvier 2018.

SARL classique ou unipersonnelle : un fonctionnement quasi-identique

Dans la pratique commerciale de tous les jours, les fonctionnements d'une SARL et d'une EURL sont identiques, à l’exception de la fiscalité (voir ci-dessus).

Sur le plan de la gestion, l'EURL offre des modalités simplifiées. Lors du dépôt des comptes, il n’est par exemple pas nécessaire de déposer de rapport de gestion. De plus, quand le gérant de l’EURL est également associé unique, la procédure des conventions réglementées ne trouve pas à s’appliquer. 

Au final, peu de différences entre SARL ou EURL sur le plan juridique. La vraie différence réside dans le fait que, dans une EURL, l'associé unique est maître chez lui. En effet, si les décisions de gestion courante sont prises par le gérant, les décisions dépassant les pouvoirs du gérant sont prises en assemblée générale ordinaire des associés et celles modifiant les statuts sont prises en assemblée générale extraordinaire. Dans cette hypothèse là, une décision peut être bloquée par un ou plusieurs associés qui détiennent suffisamment de parts de la société.

Dernier point, votre personnalité et vos envies jouent un rôle important dans le choix de votre forme sociale : veillez à bien définir vos objectifs et vos attentes avant de créer votre EURL ou de créer votre SARL.

Date de mise à jour : 17/07/2018

Rédacteur : réalisé en collaboration avec des professionnels du droit, sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Choisissez votre structure juridique

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations