Skip to content

👋 Bonjour, nous sommes ravis de vous revoir ! Cliquez ici pour reprendre votre démarche

Se connecter
Téléphone Connexion
Besoin d’aide pour trouver le bon service ? Nos experts sont là. 01 76 39 00 60
Créer une holding
Fiches pratiques Créer une entreprise Holding Quel statut pour une holding ?

Quel statut pour une holding ?

Holding
M C

Marion Cluptil

Diplômée d’un Master 2 en droit privé général. 

Vous souhaitez créer une holding ? Pour ce faire, la première étape vise à déterminer un statut juridique adapté à votre future structure. Selon la finalité de votre projet, votre situation, celle de votre groupe de sociétés et vos activités, le statut adéquat varie. Pour une holding, SAS ou SARL sont les deux grands choix entre lesquels les entrepreneurs hésitent le plus souvent. Alors, quel statut de holding choisir ?

On vous présente les différents statuts avec leurs particularités afin de vous aider à choisir le plus en adéquation avec votre projet de création de holding.

Qu’est-ce qu’une holding ?

Une holding est une société qui a une activité purement financière. L’objet social de la holding est donc de détenir des parts sociales ou des actions dans d’autres sociétés, appelées les filiales. Dans une holding, les dividendes distribués par les sociétés du groupe constituent le chiffre d’affaires. C’est pourquoi, la holding est aussi appelée société mère.

On distingue deux grands types de holding :

  • les holdings passives qui ne font que détenir des titres financiers ;

  • les holdings actives ou animatrices qui prodiguent des conseils notamment stratégiques auprès des sociétés filiales en plus de la détention des titres financiers.

Faire l’acquisition de titres de sociétés, à l’instar d’une holding, implique de posséder la personnalité juridique. En conséquence, votre holding doit nécessairement être une société, excluant ainsi les auto-entrepreneurs et entreprises individuelles.

Le statut juridique est la forme, le type de holding que vous créez. Bien qu’il existe de nombreuses similitudes entre les différents statuts, chacun présente des particularités. Dans le cadre d’une holding, aucun statut juridique n’est exigé. Vous avez ainsi la possibilité de le choisir librement en fonction de votre projet.

Les principaux éléments qui varient d’un statut à l’autre sont les suivants :

  • organisation de la structure ;
  • nombre minimum et maximum d’associés ou actionnaires ;
  • responsabilité des associés ou actionnaires ;
  • capital social minimum ;
  • types d’apports possibles (numéraire, nature, industrie) ;
  • modalités de prise de décisions ;
  • régime d’imposition applicable ;
  • régime social du dirigeant de la holding ;
  • liberté statutaire ou au contraire, cadre juridique fort.

En France, les sociétés sont généralement classées en deux catégories :

  • sociétés de personnes : SARL, SCI, SCS, SNC… ;
  • sociétés de capitaux : SAS, SA, SCA, etc.

Pourquoi créer une société holding ?

Le montage en holding permet d’optimiser les revenus d’un groupe d’entreprises d’un point de vue fiscal dans une certaine mesure.

Par exemple, le fonctionnement d’une holding dite active permet de facturer à la société fille les services de conseil apportés. Il s’agit donc d’une charge qui sera déduite du chiffre d’affaires de la filiale, ce qui permet alors de réduire l’assiette de l’impôt de son côté. De même, le montant de la prestation est enregistré comme chiffre d’affaires de la société mère. 

Par ailleurs, créer une holding permet de mutualiser certains services communs aux sociétés filles. Il peut donc être intéressant de créer une holding dès lors que vous avez plusieurs sociétés avec des activités complémentaires ou connexes, afin de faire remonter une partie des dividendes à la société mère.

Quels sont les avantages du statut de holding ?

Le statut de holding présente plusieurs avantages comme :

  • l’optimisation de la gestion ;
  • l’optimisation de la trésorerie ;
  • la fiscalité de la holding ;
  • la facilité de transmission.

L’optimisation de la gestion

Si vous optez pour la création d’une holding active, celle-ci peut prendre en charge l’animation de différents pans de l’activité des filiales en fonction de leurs besoins. Elle peut ainsi mettre à disposition des moyens humains et/ou matériels à leur disposition comme un service marketing commun, des conseils en techniques commerciales, des outils comptables, du matériel informatique ou encore des locaux.

L’optimisation de la trésorerie 

Si en principe, les opérations telles que l’octroi de prêts sont strictement réservées aux établissements bancaires habilités, il existe une exception concernant la holding.

Par exemple, une holding en France peut conclure des conventions de trésorerie avec les sociétés dans lesquelles elle détient des titres financiers. Concrètement, la holding peut centraliser la trésorerie des sociétés du groupe et la répartir en fonction des besoins de chacune. Cela peut aussi donner lieu à des prêts accordés par la holding à l’une de ses filiales.

Cette technique peut donc être très intéressante pour optimiser la trésorerie des filiales en fonction de leurs cycles d’exploitation respectifs. Cependant, cela implique une gestion particulièrement attentive de la trésorerie. 

La fiscalité de la holding

Quelle que soit la forme juridique d’une holding, le fait qu’il s’agisse d’une société mère s’avère avantageux fiscalement à plusieurs égards.

Le régime fiscal mère-fille

Tout d’abord, le régime mère-fille permet à la holding de bénéficier d’un régime fiscal spécifique pour les bénéfices liés à la perception des dividendes versés par les sociétés du groupe. En effet, puisque les dividendes sont déjà taxés lors de leur distribution par les filiales, le régime mère-fille exonère la société mère d’impôts sur ce type de produits, sauf pour une quote-part équivalente à 5 % pour frais et charges.

Cette exonération vaut aussi bien pour les dividendes que pour les prêts accordés, ou encore un boni de liquidation. Pour pouvoir en bénéficier de régime mère-fille, plusieurs conditions sont requises :
  • la holding et les filiales sont soumises à l’impôt sur les sociétés (IS) ;
  • la holding détient au moins 5 % du capital des filiales en pleine propriété ;
  • les titres financiers sont conservés au moins 2 ans par la holding.

L’intégration fiscale

Dès lors que la holding et les filiales sont soumises à l’IS, et que la société mère détient au moins 95 % du capital social des sociétés du groupe, elle peut bénéficier de l’intégration fiscale.

Cela signifie que c’est la holding qui déclare les bénéfices et les pertes des filiales de manière centralisée. Ainsi, si une société du groupe est déficitaire, cela va pouvoir venir compenser les bénéfices réalisés par une autre, afin de réduire l’assiette de calcul de l’impôt.

Holding et cession des titres de la filiale : le régime de la plus-value 

Dans le cas où une filiale cède des titres financiers à la société mère, si elle réalise une plus-value - c’est-à-dire que le prix de vente est supérieur à la valorisation initiale du titre - il est possible de bénéficier d’un report de la plus-value.

Pour cela, il faut que la holding conserve les titres financiers au moins 3 ans ou réinvestisse le produit de la vente dans une activité économique. 

La facilité de transmission

Les associés de la holding peuvent anticiper la transmission de leur patrimoine en réalisant des donations successives espacées dans le temps, jusqu’à 100 000 € tous les 15 ans par enfant.

De même, le pacte Dutreil a vocation à s’appliquer dans le cadre d’une holding. Il permet de profiter d’une exonération des droits de mutation à hauteur des trois-quarts de la valeur des titres transmis à un membre de la famille à titre gratuit. Toutefois, plusieurs conditions doivent être réunies. Il doit notamment s’agir d’une holding animatrice.

Quel statut juridique choisir pour une activité de holding ?

statut holding (1)

Trois formes juridiques sont particulièrement intéressantes et adaptées aux holdings. Il s’agit de la société civile, de la société à responsabilité limitée et de la société par actions simplifiée. L’idéal est ainsi de trouver la forme la plus en adéquation avec vos attentes.

Le statut holding sous la forme d’une SCI

Le statut de la holding en SCI nécessite de réunir au moins deux associés. Il peut s’agir de personnes physiques ou de personnes morales. Aucun capital social minimum n’est exigé par la loi. Vous pouvez donc créer une holding au capital de 1 € en SCI. Vous pouvez réaliser des apports en numéraire et/ou en nature.

Par définition, l’activité d’une SCI est de nature civile. Elle ne peut donc pas avoir d'activité commerciale. De plus, la cession de titres à une personne étrangère à la société est en principe soumise à une clause d’agrément. Cependant, la SCI offre une certaine liberté statutaire qui permet d’organiser son fonctionnement de manière relativement souple. La direction de la SCI est assurée par une ou plusieurs personnes, associés ou non. Les bénéfices de la SCI sont imposés au régime de l’IR, sauf option pour l’IS. Il est possible de bénéficier du régime mère-fille et du régime d’intégration fiscale.

Le statut holding sous la forme d’une SAS

SAS et holding sont souvent envisagées de pair, car la société par actions simplifiées offre une grande liberté statutaire.

Pour créer une holding en SAS, il faut réunir au moins deux associés, personnes physiques ou morales.

☝️ Bon à savoir : le statut de holding en SASU est aussi envisageable, c’est-à-dire une SAS avec un seul associé. On parle alors de holding personnelle. Vous pouvez trouver sur internet un modèle de statut de holding SASU.

Le capital social de la SAS est au minimum d'1 € et peut être constitué d’apports en numéraire et/ou en nature. Par ailleurs, une holding SAS peut avoir une activité commerciale en plus de son activité de gestion financière. Elle est gérée par un président de SAS et un organe de direction. Les bénéfices de la SAS sont imposés à l’IS. Il est possible de profiter du régime mère-fille et de l’intégration fiscale. En cas de distribution de dividendes de la SAS, il n’y a pas de cotisations sociales prélevées dessus. Enfin, la cession des titres d’une SAS est généralement libre, donc elle ne nécessite pas l’accord préalable des actionnaires.

Le statut holding sous la forme d’une SARL

La holding en SARL est également une possibilité pour le statut de votre holding.

Par principe, la création d’une SARL implique la réunion de deux associés au moins. Cependant, il est aussi possible de créer une EURL, donc une SARL à associé unique, pour accueillir une holding. Le capital social minimum est de 1 €. Il peut être réalisé avec des apports en numéraire et/ou en nature. La SARL peut avoir une activité commerciale en complément de l’activité patrimoniale de la holding liée à l’acquisition de titres financiers. En ce qui concerne les statuts de la SARL, leur contenu est encadré par la loi. Par exemple, une clause d’agrément s’applique en cas de cession des parts sociales. Pour vous aider dans leur rédaction, vous pouvez vous appuyer sur un modèle de statuts de holding en SARL.

La SARL est dirigée par un gérant, associé ou non. Les bénéfices de la société à responsabilité limitée sont imposés à l’IR par principe, mais les associés peuvent opter pour l’impôt sur les sociétés. Contrairement à la SAS, une partie des dividendes distribués par la SARL peuvent être soumis aux cotisations sociales.

Statut holding : tableau récapitulatif

 

Holding en Société civile

Holding en SARL

Holding en SAS

Associés

2 associés minimum

2 associés ou 1 associé pour l’EURL

2 actionnaires ou 1 actionnaire pour la SASU

Direction

Dirigée par un ou plusieurs gérants

Dirigée par un ou plusieurs gérants

Dirigée par un Président avec nomination possible d’un Directeur général

Fonctionnement

Simplicité de fonctionnement

Cadre juridique fort permettant d’être guidé

Grande souplesse d’organisation grâce à la liberté statutaire

Cession des titres/actions

Agrément de tous les associés nécessaire pour céder des titres

Agrément nécessaire des associés pour céder des parts à un tiers

Modalités de cession des actions libres, à déterminer dans les statuts

Imposition

Imposition à l’IR, option possible pour l’IS

Imposition à l’IR, option possible pour l’IS

Imposition à l’IS, option possible pour l’IR les cinq premières années

Astuce

Statut idéal pour une holding familiale ou acquérir des titres de SCI

Statut idéal pour une holding familiale ou en petit comité

Statut idéal pour intégrer de nombreux investisseurs, développer un projet

Quel est le statut idéal pour une holding ?

Pour créer votre holding et choisir le statut de votre holding en France, vous devez prendre en compte plusieurs éléments afin d’obtenir une forme adaptée à votre projet :

  • futur nombre d’associés ou actionnaires ;
  • associés de votre cercle familial, proches ou des investisseurs extérieurs ? ;
  • holding passive (détention de titres) ou holding animatrice (animation du groupe) ? ;
  • finalité de vote holding : faire l’acquisition d’une ou plusieurs sociétés, développer votre activité en faisant entrer des investisseurs, conduire une politique commune pour votre groupe, constituer, gérer et transmettre votre patrimoine…? ;
  • souplesse d’organisation souhaitée grâce à une grande liberté statutaire ou au contraire, cadre juridique fort afin d’être guidé ?

☝️ Bon à savoir : pour bénéficier pleinement de votre holding, l’idéal est d’être soumis à l’impôt sur les sociétés (IS). Toutefois, la forme juridique n’a pas de réelle influence sur le régime puisque vous avez la possibilité d’opter pour l’IS à tout instant.

Le choix d’un statut juridique pour votre holding n’est pas toujours évident. Pour vous accompagner, nous avons mis en place un outil en ligne vous permettant de comparer les différents statuts et d’ainsi trouver la forme idéale pour votre future structure.

FAQ 

Une holding peut-elle avoir une activité commerciale ?

Oui, une holding peut avoir une activité commerciale. Dans ce cas, il s’agit d’une holding animatrice.

Comment créer une holding ?

Pour créer une holding, vous devez créer une société en suivant les étapes suivantes :

  1. choisir le statut de la holding, donc sa forme juridique (SARL, SAS, SCI, etc.) ;
  2. rédiger les statuts ;
  3. déposer le capital social ;
  4. publier un avis de création dans un journal d’annonces légales ;
  5. déposer le dossier de demande d’immatriculation au CFE compétent.

Il faut également formaliser les actes de cession de titres financiers avec les filiales. Le montage en holding offre de nombreux avantages, mais peut s’avérer complexe. N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel.

Créer une holding, combien ça coûte ?

Il faut compter en moyenne 300 € à 400 € pour créer une holding. Cela comprend les frais de dépôt de capital social, les frais d’annonces légales, et les frais de dossier d’immatriculation. Cependant, si vous faites appel à un professionnel, notamment pour la rédaction des statuts, il faut ajouter à ces frais, le montant de ses honoraires. Il en va de même si un commissaire aux comptes est nommé.

Principales sources législatives et réglementaires :

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle de tous les entrepreneurs 🚀
MC

Marion Cluptil

Diplômée d’un Master 2 en droit privé général. 

Fiche mise à jour le

(String: argument)
Vous souhaitez créer votre holding ?
🚀 Avec Legalstart, c'est simple, rapide et rassurant !

Créer une holding