15 février 2021

Freelance et auto-entrepreneur: quelle différence?
Temps de lecture : 3 min

Marion de Bary
Diplômée d'un Master 2 en droit des affaires de la Faculté Libre de Droit. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Devenir freelance

Dans le langage courant freelance et auto-entrepreneur sont souvent assimilés ! En réalité, ces deux notions sont différentes. Il est important de comprendre la différence entre devenir freelance et auto-entrepreneur pour pouvoir prendre les bonnes décisions en tant que travailleur indépendant. 

Différence entre freelance et auto-entrepreneur, devenir freelance en tant qu’auto-entrepreneur et autres manières d’exercer : on vous explique tout.   

freelance ou auto-entrepreneur

Freelance et auto-entrepreneur: quelle est la nuance à comprendre pour les différencier? 

Pour comprendre la différence entre un freelance et un auto-entrepreneur, il est fondamental de comprendre qu’être freelance est un terme pour parler d’une personne qui exerce son activité professionnelle en tant que travailleur indépendant. Vous devrez donc choisir un statut de travailleur indépendant pour exercer votre profession. 

Vous avez le choix entre 5 structures :

  • Le régime de l’auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur)
  • L’EI (entreprise individuelle)
  • L’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée)
  • La création d’une EURL (une SARL avec un seul associé)
  • La création d’une SASU (une SAS avec un seul associé)

Être freelance n’est donc pas un statut, mais seulement un terme qui désigne le fait de travailler seul. En revanche, le fait d’être auto-entrepreneur désigne un véritable statut juridique.

Tous les freelances ne sont donc pas auto-entrepreneurs: ils peuvent également créer une entreprise individuelle ou une société.  

Auto-entrepreneur: un statut pour exercer son activité de freelance 

Quelle est la définition du statut d’auto-entrepreneur? 

Devenir freelance auto-entrepreneur, c’est possible ? Oui. L’auto-entreprise est un statut que les freelances peuvent choisir afin de bénéficier d’un régime fiscal et comptable simplifié. 

Ce n’est pas une forme juridique en tant que telle, car aucune structure n’est réellement créée. Il s’agit d’un statut permettant de commencer une activité sans avoir à créer une entreprise.

Toute personne physique qui exerce une activité artisanale, commerciale ou libérale, à titre principale ou complémentaire, peut bénéficier de ce statut. 

De plus, sous certaines conditions, ce statut peut se cumuler avec d’autres activités, il est ainsi possible de devenir auto-entrepreneur et salarié ou encore auto-entrepreneur et étudiant.

Quels sont les avantages du statut d’auto-entrepreneur? 

Le statut de l’auto-entreprise est le plus simple, le plus flexible et le plus rapide à créer pour commencer son activité de freelance.

En tant qu’auto-entrepreneur, vous bénéficiez de plusieurs avantages: 

  • Un allègement des obligations comptables: outre le fait de devoir conserver vos justificatifs, vous n’avez qu’un livre de recettes à tenir.
  • Une dispense de TVA : vous n'êtes pas redevable et n’avez pas à facturer la TVA tant que vous ne dépassez pas certains seuils de chiffre d’affaires.
  • Une option possible pour un prélèvement libératoire : vous pouvez payer, lors d’un seul prélèvement, à la fois vos impôts et vos charges sociales. 
  • Une possibilité de payer vos charges sociales mensuellement ou trimestriellement. 

Attention: si vous dépassez un certain plafond de chiffre d'affaires, vous perdez les avantages de ce régime (72.500 euros de CA HT pour les activités de prestation de services et 176.200 euros de CA HT pour les activités de vente). 

Quelles sont les autres structures juridiques possibles pour le freelance?  

Le freelance et l’entreprise individuelle (EI) / l’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Le statut de freelance en auto-entrepreneur n’est pas la seule option envisageable pour le freelance. Le statut juridique de l’entreprise individuelle permet au freelance qui se serait lancé en tant qu’auto entrepreneur d’évoluer tout en restant dans une structure simple, souple et peu onéreuse. 

Le freelance peut évoluer, car le chiffre d'affaires n’est plus plafonné et la TVA est récupérable. En revanche, l'entreprise individuelle ne permet toujours pas une séparation des patrimoines: le freelance doit répondre des dettes professionnelles sur son patrimoine propre.

Bon à savoir: il existe des différences entre l’EI et l’EIRL. En effet, le freelance a le droit d’opter pour une Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL). L’EIRL permet une séparation des patrimoines en créant un patrimoine d’affectation pour l’entreprise saisissable par les créanciers en cas de difficulté financière.

Le freelance et la création d’une société 

Le freelance a la possibilité de créer une société. La création d’une société a pour effet de créer une personne morale à part entière avec un patrimoine propre. Cela a plusieurs conséquences: 

  • Votre patrimoine personnel est protégé et votre responsabilité est limitée à vos apports au capital social de la société; 
  • Cette structure est plus approprié lorsque vous avez un projet sur le long terme; 
  • Cette structure juridique vous fera gagner en légitimité auprès de vos partenaires. 

Le freelance a le choix entre deux structures: la SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) et l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée). 

La SASU présente de nombreuses caractéristiques :

  • La société est soumise à l’Impôt sur les sociétés (IS); 
  • Il n’y a pas de montant minimum pour le capital social; 
  • L’associé unique peut également être le Président de la société;
  • Le Président est soumis au régime social des “assimilés-salariés” et bénéficient donc des mêmes avantages d’un salarié (exception faite des indemnités chômage).

Bon à savoir: ce statut très protecteur entraîne des cotisations sociales importantes. 

L’EURL présente également plusieurs caractéristiques : 

  • La société est soumise à l’Impôt sur le revenu (IR) avec la possibilité d’opter pour l’IS; 
  • Il n’y a pas de montant minimum pour le capital social ; 
  • L’associé unique peut également être le gérant de la société;
  • Le gérant est soumis au régime des indépendants, rattaché au régime général de la sécurité sociale ; 

Bon à savoir: ce régime est moins protecteur que le régime de la SASU mais les charges sociales sont également moins importantes. 

Mise à jour: 15/02/2021

Rédaction : Marion de Bary, diplômée d'un Master 2 en droit des affaires de la Faculté Libre de Droit. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Devenir freelance

Recevez gratuitement les meilleurs articles de la catégorie Devenir freelance

Recevoir les articles