Skip to content

👋 Bonjour, nous sommes ravis de vous revoir ! Cliquez ici pour reprendre votre démarche

    Besoin d’aide pour trouver le bon service ? Nos experts sont là. 01 76 39 00 60
    Prendre RDV avec un Expert
    Fiches pratiques Gérer une entreprise Fiscalité de l'entreprise L'impôt sur les sociétés (IS) : comment ça fonctionne ?

    L'impôt sur les sociétés (IS) : comment ça fonctionne ?

    Fiscalité de l'entreprise
    S N

    Sandra Nussbaum

    Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. 
    Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

    Lors de la création d’une société, l’imposition des bénéfices réalisée représente une grande partie de la fiscalité de votre entreprise. La plupart des sociétés sont soumises par principe à l'impôt sur les sociétés (IS) et les entreprises qui ne le sont pas peuvent tout de même faire ce choix. Il est donc essentiel de bien comprendre quelles sont les conséquences pratiques de l’imposition à l’IS.

    Nous vous présentons les principaux points relatifs à l'impôt sur les sociétés, c'est-à-dire les points que vous devez absolument connaitre en tant qu'entrepreneur.

    Quel est le taux normal de l’impôt sur les sociétés ?

    À la différence du taux progressif de l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés est un régime d'imposition à taux fixe. Ce dernier a longtemps été de 33,33%. Pour autant, ce taux est progressivement en train de diminuer.

    Pour l'instant la réduction du taux de l’impôt sur les sociétés se fait progressivement. En effet, les taux normal d'IS a diminué en 2021. Les bénéfices supérieurs à 38.120 euros sont imposés à 26,5%.

    À noter : si l'exercice social de votre société a débuté en 2020 et se poursuit en 2021, ce sont les taux d'IS de 2020 qui sont applicables (le taux normal de 28% dans la limite de 500.000 euros de bénéfices et passé ce seuil, c'est un taux de 31% qui s'applique).

    Bon à savoir : les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel dépasse 250 millions d'euros en 2021, le taux d'IS est de 27,5%.

    Puis-je profiter du taux réduit de l’IS ?

    Ce taux d'impôt sur les société est fixé à 15%. Il s’applique aux entreprises dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 10 millions d'euros en 2021 (contre 7.630.000€ en 2020). Son impact est toutefois à relativiser dans la mesure où le taux réduit s’applique uniquement pour les 38.120 premiers euros de bénéfices.

    Exemple : votre société réalise en 2021 un bénéfice de 60.000€ :

    • 38.120€ sont imposés au taux d'IS de 15% ;
    • 60.000€ - 38.120€ = 22 880€ sont imposés au taux d'IS de 26,5%.

    Que se passe-t-il en cas de déficit lors d’un exercice ?

    Lorsqu’une entreprise est imposée à l’impôt sur les sociétés et qu’elle enregistre une perte, elle a deux options :

    • Imputer cette perte sur l’année précédente : c’est le mécanisme dit du « carry back ». Si vous avez payé de l’IS l’année dernière, vous pouvez imputer la perte de cette année sur le bénéfice de l’année d'avant et demander un remboursement de l’IS déjà versé. Pour que cette option soit intéressante il faut évidemment que l’entreprise ait réalisé un bénéfice l’année précédente. L’avantage de cette option est que vous êtes sûr de vous faire rembourser l’IS versé, car si vous faites le choix de reporter la perte sur les prochains exercices, la perte ne peut pas se reporter indéfiniment.
    • Reporter cette perte sur les 10 prochaines années : cette option est obligatoire dès lors que vous avez également enregistré une perte l’année précédente. Vous allez reporter votre perte sur les exercices des 10 prochaines années et dès que vous allez réaliser un bénéfice, il sera diminué du montant de votre perte, ce qui fera directement diminuer votre montant d’IS à verser.

    La gestion des déficits avec l’impôt sur les sociétés est donc un peu plus complexe et souvent moins intéressante fiscalement qu’en cas d’imposition à l’IR.

    Quelle imposition pour les sommes perçues par un dirigeant au titre de ses fonctions ?

    En principe lorsqu’une entreprise verse une rémunération à son dirigeant d'entreprise, elle est directement déductible du résultat imposable, ce qui a l’avantage de diminuer le montant d’IS à verser. Cependant, il faut que cette rémunération corresponde à un travail effectif et qu’elle soit proportionnée aux taches réellement effectuées.

    Si ce n’est pas le cas, la rémunération versée ne sera plus déductible du résultat imposable de la société, ce qui entrainera une double taxation : la société paiera de l’impôt sur les sociétés sur la rémunération versée et le dirigeant paiera de l’impôt sur le revenu sur la rémunération touchée.

    À quel moment dois-je déclarer l’impôt sur les sociétés ?

    La date pour déposer la déclaration des bénéfices dépend de la date de clôture de l’exercice de la société :

    • Si elle clôture le 31 décembre, comme la majorité des sociétés, le dépôt aura lieu en mai.

    • Si elle clôture entre janvier et novembre, le dépôt de la déclaration doit avoir lieu dans un délai de 3 mois suivant la clôture.

    Cependant, le paiement se fait tout au long de l’année par le versement de 4 acomptes d'IS : 15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre.

    Il existe deux exceptions au principe du versement des acomptes : si vous devez payer moins de 3.000€ d’IS vous pouvez faire le paiement en une seule fois, et si vous venez de créer votre société vous avez la possibilité de ne pas payer d’acomptes pendant votre premier exercice.

    Pour connaître les dates de déclaration de vos autres impositions, consultez notre fiche sur les échéances fiscales en 2021.

    À noter : l’assujettissement d’une société à l’impôt sur les sociétés implique très fréquemment une imposition à la TVA.

    Bon à savoir : vous souhaitez en savoir plus concernant l'imposition de votre entreprise ? Obtenez toutes les réponses à vos questions dans notre Guide complet sur la fiscalité.

    Abonnez-vous à la newsletter mensuelle de tous les entrepreneurs 🚀
    S N

    Sandra Nussbaum

    Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III.  Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

    Fiche mise à jour le

    Besoin d'en savoir plus ?

    Prendre RDV avec un Expert