Skip to content

👋 Bonjour, nous sommes ravis de vous revoir ! Cliquez ici pour reprendre votre démarche

Besoin d’aide pour trouver le bon service ? Nos experts sont là. 01 76 39 00 60
Commencer le questionnaire

Comment fonctionne une SCM ?

Statut d'entreprise
S K

Sophie Klym

Diplômée d'un Master en droit international et européen.

Vous exercez une profession libérale et aimeriez partager vos frais avec d’autres professionnels ? Associez-vous au sein d’une société civile de moyens (SCM) ! Cette forme juridique destinée aux professions libérales permet à ses membres de mutualiser leurs moyens d'exploitation afin de faciliter l’exercice de leur activité.

Quelle est la définition d’une SCM ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Comment créer une SCM ? Legalstart vous révèle tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans la création d’une entreprise.

Qu’est-ce qu’une SCM ?

Faisons le point sur la signification d’une SCM et les activités auxquelles elle est destinée.

Quelle est la définition d’une SCM ?

Qu’est-ce qu'une société civile de moyens ? La SCM est une structure juridique réservée aux professions libérales. Elle permet à ses membres de mettre en commun des moyens et de les gérer à plusieurs (personnel, matériel, locaux…) en vue de faciliter l’exercice de leur activité.

Par exemple, plusieurs avocats peuvent décider de s’associer en SCM en vue de contribuer aux frais communs, tels que :

  • le local professionnel (loyer, chauffage, eau, électricité, frais d’entretien et de réparation) ;
  • le mobilier professionnel (bureaux, étagères…) ;
  • les fournitures de bureau (enveloppes, stylos, cahiers…) ;
  • les abonnements à des revues juridiques ou de presse ;
  • les ouvrages professionnels ;
  • les frais d’envois postaux ;
  • les frais de téléphone et d’internet, etc.

Comme d’autres sociétés civiles, la forme juridique de la SCM n’a pas pour objet l’exercice d’une activité professionnelle. Elle vise simplement à partager les frais occasionnés par l’activité professionnelle libérale des membres qui la composent, sans impacter leur statut juridique ou leur indépendance (en effet, les associés d’une SCM ne partagent ni leur clientèle, ni leurs bénéfices).

Quelles activités peuvent être exercées en SCM ?

Les membres souhaitant s’associer au sein d’une SCM doivent exercer une profession libérale (avocat, expert-comptable, médecin, etc.), qu’elle soit réglementée ou non. 

SCM
 

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une SCM ?

Comme toute forme de société, la société SCM à des avantages et des inconvénients

Les avantages d’une SCM

En créant une SCM, les membres peuvent :

  • fixer librement leurs règles de fonctionnement ;
  • conserver leur indépendance professionnelle ;
  • réduire leurs dépenses en partageant les frais d’exploitation ;
  • s’associer sans capital minimum imposé : le montant est libre et les apports peuvent être en numéraire ou en nature.

Les inconvénients d’une SCM

Cette structure juridique comporte toutefois les inconvénients suivants :

  • la responsabilité des associés d'une SCM est indéfinie ;
  • les décisions collectives adoptées en Assemblée générale peuvent être contraignantes.

Qui peut être associé d’une SCM ?

Pour devenir associé d’une SCM, quelques conditions doivent être respectées. Les associés doivent obligatoirement exercer une activité libérale, qu’elle soit réglementée ou non. 

En outre, une SCM doit impérativement être composée d’au moins 2 associés (aucun maximum n’est exigé). Il peut s’agir de personnes physiques ou de personnes morales.

La responsabilité des associés d’une SCM est :

  • indéfinie : ils sont responsables des dettes de la SCM sur l’ensemble de leurs biens personnels, sans limite de montant ;
  • conjointe : ils sont responsables des dettes à hauteur de leur participation.

Qui peut être gérant d’une SCM ?

Une SCM peut être dirigée par une ou plusieurs personnes, qu’il s’agisse de personnes physiques ou morales, ayant le statut d’associé ou non. 

Comme toutes les autres formes sociales, les statuts d’une SCM déterminent les règles de fonctionnement de la société. À cet égard, les statuts déterminent les règles relatives à sa gérance : les règles de désignation, la durée des fonctions, la délimitation des pouvoirs, etc. 

Leur rédaction ne doit donc pas être négligée. 

Exemple : il est possible de restreindre les pouvoirs du gérant, en précisant dans les statuts que l'accord des associés est requis pour accomplir certains actes.

☝️ Bon à savoir : les modalités de nomination du gérant sont déterminées par les statuts. En l’absence de précision, tous les associés sont réputés être gérants.

Comment créer une SCM ?

La création d’une SCM se déroule en trois étapes.

1e étape de création d’une SCM : rédiger les statuts

La rédaction des statuts est la première étape indispensable lors de la création d’une SCM. En effet, ce sont eux qui déterminent les règles de fonctionnement de la société. Les statuts peuvent notamment fixer :

  • les modalités de prise de décision par les associés ;
  • les règles de répartition des dépenses entre les associés ;
  • les conditions d’admission des nouveaux membres ;
  • les modalités de cession ou de transmission des parts sociales ;
  • les règles de fonctionnement de la SCM en cas de retrait ou de décès d’un associé.

2e étape de création d’une SCM : publier l’avis de création de la SCM

Les associés sont ensuite tenus de publier un avis de création de la SCM dans un journal d’annonces légales (JAL).

L’avis doit comporter plusieurs mentions obligatoires, notamment :

  • la dénomination sociale, l’adresse du siège social et l’objet social de la SCM ;
  • sa forme juridique ;
  • son capital social (en numéraire ou en nature) ;
  • l’identité du ou des gérants.

3e étape de création d’une SCM : Immatriculer la SCM  

La dernière étape consiste à immatriculer la SCM au RCS. Pour cela, les associés devront transmettre les documents justificatifs suivants :

  • la déclaration d’immatriculation d’une société civile (formulaire M0) ;
  • l’avis de création dans un JAL ;
  • le certificat de dépôt du capital social ;
  • les statuts de la SCM en deux exemplaires ;
  • un exemplaire de l'acte de nomination du gérant (s'il n'est pas précisé dans les statuts) ;
  • une copie du diplôme ou du titre si l’activité est une profession libérale règlementée ;
  • un justificatif de domiciliation du siège social ;

En outre, si le gérant est une personne physique, il est nécessaire de fournir :

  • une copie de la pièce d'identité du gérant ;
  • une déclaration sur l’honneur de non-condamnation ;
  • une attestation de filiation.

📝 À noter : si le gérant ou les associés sont des personnes morales, un extrait de l’immatriculation de moins de 3 mois ou tout document attestant leur existence légale est également requis.

Quel est le régime fiscal d’une SCM ?

Le régime fiscal de la SCM répond à quelques règles particulières.

L’imposition sur le revenu des associés

La SCM ne peut pas opter pour l’imposition sur les sociétés (IS). À ce titre, il n’y a pas d’imposition au niveau de la société.

Les bénéfices générés par la SCM sont répartis auprès de chaque membre à hauteur de ses parts sociales dans la société. Individuellement, chaque membre d’une SCM peut alors opter entre l'impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés si l’entreprise relève de cet impôt.

Dans tous les cas, la SCM doit déclarer ses bénéfices au plus tard le 2e jour ouvré

suivant le 1er mai au service des impôts des entreprises (SIE), en adressant :

  • une déclaration n° 2036 ; 
  • une déclaration n° 2036 bis (si elle a opté pour l’imposition au réel).

☝️ Bon à savoir : certaines charges sont déductibles de vos revenus professionnels, notamment :

  • les montants versés à la SCM au titre de votre participation aux frais communs ;
  • les frais occasionnés par l’achat de vos parts sociales au sein de la SCM (intérêts d’emprunt, frais de notaire, etc.).

La TVA et la CFE

Les SCM sont redevables de la TVA au taux normal de 20 %. Toutefois, les services de la SCM peuvent exceptionnellement être exonérés de TVA, et ce, si elles réunissent les trois critères suivants :

  • les associés exercent eux-mêmes une activité non assujettie ou exonérée de TVA ;
  • les prestations de services sont fournies exclusivement aux associés ;
  • les services facturés aux associés correspondent avec exactitude à la part leur incombant dans les dépenses communes.

Enfin, les SCM sont redevables de la CFE. Cette dernière est calculée sur la valeur locative des locaux à usage non privatif : entrée, salle d’attente, locaux techniques, etc.

S’ils y sont soumis, les associés peuvent aussi être redevables de la CFE à titre individuel. Dans ce cas, la CFE est calculée sur la base de la valeur locative des locaux dont ils ont la jouissance exclusive.

FAQ

Quelles sont les obligations comptables d’une SCM ?

La SCM n’est soumise à aucune obligation comptable spécifique. Dans la mesure où elle ne dégage ni perte, ni bénéfice, elle doit simplement tenir une comptabilité de trésorerie laissant apparaître les charges communes et les avances sur frais des associés.

Quel est le régime social des gérants d’une SCM ?

La SCM n’a aucun impact sur la situation juridique des associés ou du gérant. Ainsi, le régime social du gérant d’une SCM dépend uniquement de son statut. S’il est associé, il est soumis au régime social des travailleurs indépendants. S’il n’est pas associé, il dépend également du régime social des travailleurs indépendants, sauf un lien de subordination le rattache à la SCM. Dans ce cas, il dépend du régime social des travailleurs salariés.

Comment dissoudre une SCM ?

Quelles que soient les causes de dissolution de la SCM (fin de sa durée de vie, dissolution volontaire ou judiciaire…), un liquidateur doit être nommé. La dissolution doit faire l’objet d’une déclaration au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) et d’une publication dans un journal d’annonces légales.

SK

Sophie Klym

Diplômée d'un Master en droit international et européen.

Fiche mise à jour le

Vous souhaitez créer votre entreprise ?
💡 Trouvez la forme juridique la mieux adaptée à votre projet ! 

Commencer le questionnaire