En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Hugo Lebarrois
diplômé de l’Ecole de droit de Sciences Po Paris. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 04 janvier 2018
Temps de lecture : 6 min

En déposant une marque, vous valorisez votre entreprise en protégeant un actif essentiel. Il importe de rester attentif à ce qu’aucune marque postérieure similaire ou identique à la vôtre ne soit déposée. En effet, l’INPI ne vérifie pas la disponibilité d’une marque où moment de son enregistrement. Surveiller sa marque est donc nécessaire pour vous assurer qu’aucun dépôt ultérieur ne constitue une atteinte à vos droits. A ce titre, vous disposez d’un droit d’agir, vous permettant de faire opposition à une marque avant que celle-ci ne soit enregistrée.

La procédure d’opposition de marque est préventive : elle n’aboutit donc pas à une sanction , mais vous permet d’empêcher l’enregistrement d’une nouvelle marque.

opposition marque

Comment savoir si un concurrent utilise ma marque?  

Avant de former opposition, vous devez vous assurer que la marque déposée postérieurement à la vôtre constitue bien une atteinte à vos droits. En d’autres termes, il vous faut vérifier la proximité des produits et services avec ceux de la marque litigieuse, comme le degré de ressemblance alphabétique, conceptuelle et phonétique qui existe entre les deux marques. Il est important de vérifier qu'il ne s'agit pas d'une marque déposée antérieurement avant d’entreprendre vos démarches à l’INPI. Afin d’éviter un litige ultérieur, une recherche d’antériorité est donc souvent indispensable.

En cas de recherche d’antériorité, les résultats peuvent révéler deux types de difficultés:

  • les deux marques sont identiques
  • les deux marques sont similaires. Il s’agit alors de signes visuellement, phonétiquement et/ou conceptuellement très proches désignant des produits ou services identiques ou voisins. Dans ce cas, l’INPI évaluera  le risque de confusion dans l’esprit du public. Par exemple, une marque antérieure vise des « sacs à main » (classe 18) et la marque déposée désigne des « vêtements » (classe 25). Il est donc très important de bien choisir ses classes de marque au moment au du dépôt.

Qui peut s'opposer au dépôt d’une marque ? 

La condition essentielle pour former opposition est d’être inscrit au Registre national des marques. Votre droit d’agir est alors établi en tant que propriétaire d’une marque antérieure. Sont autorisés à s’opposer à l’enregistrement d’une marque, les titulaires :

  • D’une marque française déposée ou enregistrée (on parle de « marque déposée » lorsque vous avez fait une demande d’enregistrement antérieurement à celle du déposant auquel vous vous opposez, une marque enregistrée étant déjà inscrite au Registre national),
  • D’une marque communautaire (de l'UE), déposée ou enregistrée,
  • D’une marque internationale protégée en France ou en Union Européenne ou,
  • D’une marque notoire. Il s’agit d’un nom ou d’un signe dont la notoriété est telle qu’une large fraction du public d’un  territoire donné le reconnaît et l’associe à un produit ou un service.

Il est également possible de s’opposer au dépôt d’une marque pour défendre une indication géographique (IG) ou une appellation (AOC ou AOP). Seules les collectivités territoriales et/ou l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) y sont néanmoins habilitées.

Qui peut présenter l’opposition devant l’INPI ? Il existe deux possibilités :

  • Engager la procédure personnellement, ou
  • Se faire représenter par un mandataire, avocat ou CPI. Cela peut s’avérer utile dans la mesure où la procédure d’opposition de marque est , notamment en ce qui concerne les arguments à présenter pour faire droit à votre demande.

Quand procéder à une opposition ?

Dans quels délais dois-je former opposition devant l’INPI ?

Le délai pour former opposition à l’enregistrement d’une marque est relativement court. Assurez-vous donc d’être averti rapidement d’un dépôt potentiellement litigieux, par exemple en mettant en place une surveillance de marque.

Si la marque déposée est française : vous avez 2 mois pour former opposition à compter de sa publication au Bulletin officiel de Propriété industrielle (BOPI).

Si la marque déposée est internationale (et qu’elle désigne la France) : vous disposez de 2 mois pour former opposition à compter de sa publication dans la Gazette des marques internationales de l'OMPI.

Le délai est écoulé : que faire ?

Une fois que le délai pour former opposition est dépassé, il vous est impossible d’empêcher l’enregistrement de la marque. Il vous reste néanmoins deux leviers d’action : l’action en nullité et l’action en contrefaçon.

  • L’action en nullité : elle vise à obtenir l’annulation pure et simple d’une marque déjà enregistrée portant atteinte à un droit antérieur. Vous disposez d’un délai de 5 ans pour agir en nullité. L’action est prescrite au-delà de ce délai.
  • L’action en contrefaçon : elle vise à engager la responsabilité civile du détenteur de la  marque postérieure et vous permet d’obtenir des dommages et intérêts en réparation du préjudice subi. L’action peut se diriger contre une marque déjà enregistrée, mais elle devient irrecevable si l’usage de la marque a été toléré pendant 5 ans.

Comment se déroule la procédure devant l’INPI ?

Depuis le 1 er juin 2016, la procédure d’opposition de marque est entièrement dématérialisée. Elle se fait en ligne via l’espace E-procédure de l’INPI.

  1. Dépôt du dossier d’opposition INPI : vous devez constituer votre dossier en ligne sur votre espace en joignant différentes pièces.  Il est par exemple nécessaire de joindre la preuve que vous êtes le titulaire de votre marque, ainsi que l’exposé des arguments démontrant que la marque déposée postérieurement constitue une atteinte à vos droits (similarité visuelle, confusion dans l’esprit du public…). Le coût d’une opposition en ligne sur le portail de l’INPI s’élève à 350 euros.

  2. Information du déposant : Après avoir vérifié la régularité de votre demande, l’INPI informe le déposant qu’une procédure d’opposition suspend l’enregistrement de sa marque. Il dispose alors d’un délai de deux mois pour répondre à votre opposition.

  3. Décision de l’INPI : Le Directeur de l’INPI envoie un projet de décision aux deux parties, qui devient décision en l’absence de réponse. Gardez en tête qu’il vous est possible d’interrompre la procédure à tout moment si vous parvenez à un accord avec le déposant.

  4. Après la décision : si l’INPI n’a pas fait droit à votre demande, la marque du déposant est enregistrée au Registre national des marques. Vous disposez d’un délai d’un mois pour former un recours contre la décision devant la Cour d’Appel.

Comment former une opposition à l’encontre d’une marque communautaire ?

Une marque communautaire est un titre unique vous protégeant dans tous les pays de l’Union européenne. Elle est déposée auprès de l’EUIPO (European Union Intellectual Property Office). Il est possible de former une opposition au dépôt d’une marque communautaire directement auprès de cet organisme. La procédure est très similaire à celle du droit français, mais diverge sur quelques points.

Qui peut former une opposition auprès de l’EUIPO ?

La procédure européenne d’opposition de marque est ouverte à un plus grand nombre d’ayant-droit. Le titre antérieur détenu peut être :

  • une marque nationale (dans l’un des 28 membres de l’UE),
  • une marque communautaire,
  • une marque internationale désignant l’un des pays membres de l’Union européenne,
  • un signe utilisé dans la vie des affaires (nom de domaine, nom commercial, raison sociale…) ou
  • une marque notoire. Il s’agit, comme en droit français, d’un nom ou d’un signe dont la notoriété importante sur le territoire concerné.

Quel délai pour former opposition ?

A compter de la publication de la marque communautaire déposée au Bulletin des marques européennes, vous disposez d’un délai de trois mois pour former opposition. Comme en droit français, il reste possible d’agir en nullité auprès de l’EUIPO contre la marque communautaire postérieure une fois que le délai d’opposition est écoulé.

Comment se déroule la procédure ?

La procédure d’opposition de marque se fait par écrit, en ligne ou par courrier. Il s’agit d’une procédure contradictoire similaire à celle en vigueur en droit français. L’opposant et le déposant se répondent par observations successives, avant que le l’EUIPO ne tranche en faveur de l’une des parties.

Contrairement à la procédure française, le déposant peut être condamné à rembourser les frais de procédure à l’opposant ainsi qu’une indemnisation forfaitaire à hauteur de 300€. Il est possible de faire appel de la décision de l’EUIPO devant une chambre de recours du même organisme.

Mise en ligne : 04/01/2018

Rédaction : Hugo Lebarrois, diplômé de l’Ecole de droit de Sciences Po Paris. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations