Nous utilisons des cookies.
En savoir plus
Fermer

Comment ouvrir une auto-école ?

Avec plus de 1,3 millions de candidats au permis de conduire chaque année, l’apprentissage de la conduite et du Code de la Route est un secteur incontournable.

Parmi les 12 000 auto-écoles françaises, une grande majorité n’embauchent aucun salarié. Les grands groupes d’auto-écoles sont peu nombreux ce qui laisse de la place aux petites entreprises indépendantes. Face à ces opportunités, pourquoi ne pas ouvrir une auto-école?

Nous vous expliquons toutes les conditions à remplir et les démarches à effectuer pour se lancer en indépendant en ouvrant une auto-école.

Mini-sommaire :

  1. Les prérequis : qui peut ouvrir une auto-école ?
    1. Les conditions à remplir pour devenir exploitant d'une auto-école
    2. Comment être à la fois exploitant et moniteur de son auto-école ?
  2. Toutes les étapes pour ouvrir son auto-école
    1. Trouver le local et acheter des véhicules
    2. Quel statut juridique pour mon auto-école ?
    3. Je me lance : quelles formalités effecuer ? 

ouvrir son auto-école

Les prérequis : qui peut ouvrir une auto-école ?

Les conditions à remplir pour devenir exploitant d'une auto-école

Tout le monde ne peut pas ouvrir une auto-école. L’exploitant d’une auto-école doit remplir certaines conditions :

  • Etre âgé d’au moins 23 ans.
  • Ne pas avoir fait l’objet d’une condamnation pour infraction au Code de la Route et ne pas être interdit d’exercer une activité commerciale.
  • Etre titulaire d’une qualification homologuée. Deux solutions :
    • Vous possédez un diplôme homologué de niveau III (BTS, DUT ou équivalent) sanctionnant une formation juridique, économique, comptable ou commerciale.
    • Vous avez effectué une formation agréée, portant sur la gestion et l'exploitation des établissements d'enseignement de la conduite.

Si vous remplissez toutes ces conditions, vous pouvez donc ouvrir votre auto-école !

Comment être à la fois exploitant et moniteur de son auto-école ?

Si vous ouvrez votre auto-école, deux solutions s’offrent à vous :

  • Vous pouvez être vous-même moniteur de l’auto-école.
  • Vous pouvez confier la partie enseignement à un moniteur salarié, associé, ou encore à un prestataire indépendant.

Qu’il s’agisse de vous, d’un salarié, ou d’un partenaire, le moniteur doit avoir obtenu l’autorisation d’enseigner la conduite. Seule cette autorisation permet de devenir moniteur d'auto-école. Pour l’obtenir, il faut remplir plusieurs conditions :

  • Etre âgé d’au moins 20 ans.
  • Ne pas avoir fait l’objet d’une condamnation pour infraction au Code de la Route.
  • Remplir les conditions d’aptitude physique vérifiées au cours d’une visite médicale obligatoire.
  • Etre titulaire du permis B depuis plus de trois ans.
  • Etre titulaire d’un diplôme d’enseignement de la conduite : BEPECASER, CAPEC, CAPP, BSAT.

Si vous remplissez toutes ces conditions, vous pourrez devenir moniteur auto-école et être à la fois moniteur et exploitant de votre auto-école. Sinon, vous devrez embaucher un moniteur ou faire appel à un prestataire extérieur.  

Toutes les étapes pour ouvrir son auto-école

Trouver le local et acheter des véhicules

La première étape consiste à trouver le local de son auto-école. Veillez à bien étudier le potentiel de l’emplacement de votre auto-école, celui-ci peut s’avérer déterminant pour sa rentabilité. Rapprochez vous des lycées ou autres établissements étudiants, tout en tenant compte de la concurrence aux alentours.

Par ailleurs, assurez-vous que le local choisi remplisse les exigences réglementaires : entrée indépendante de toute autre activité, superficie minimale de 25m², salle réservée à l’enseignement avec isolation sonore, etc.

Une fois le local choisi, vous devez aussi acheter les véhicules dédiés aux leçons de conduite de votre auto-école. A ce stade, veillez à ce que les véhicules soient conformes à la réglementation : double commande de freinage, d’embrayage et d'accélération, ancienneté inférieure à 6 ans, mention spéciale sur le certificat d’immatriculation, etc.

Quel statut juridique pour mon auto-école ?

Pour ouvrir votre auto-école, plusieurs statuts juridiques sont possibles :

De manière générale, les caractéristiques du statut auto-entrepreneur sont assez mal adaptées pour ouvrir une auto-école. Ce statut est en effet déconseillé pour les activités qui nécessitent des investissements de départ relativement importants.

A noter toutefois, le statut auto-entrepreneur peut s’avérer intéressant dans une situation particulière. Certains moniteurs d’auto-écoles interviennent comme des prestataires indépendants qui offrent leurs services à des auto-écoles. Cette pratique s’est développée avec l’émergence de nouveaux acteurs comme envoituresimone.com, ornikar.com, permigo.com, auto-ecole.net, etc. Ces nouveaux modèles d’auto-écoles proposent de mettre en relation des élèves et des moniteurs d’auto-école indépendants. Dans ce cadre là, la meilleure solution est alors de devenir moniteur d’auto-école en auto-entrepreneur.

En revanche, si vous souhaitez ouvrir votre propre auto-école, il est conseillé d’opter pour la création d'une société. Pour choisir entre la SARL et la SAS, nous vous renvoyons à notre fiche dédiée.

Je me lance : quelles formalités effectuer ?

Une fois votre statut juridique choisi, vous devez effectuer les formalités de création de votre entreprise. Il s’agit à cette étape de donner une existence juridique à votre auto-école.

Si vous avez opté pour une société, vous devrez d’abord rédiger des statuts. Vous devrez ensuite soumettre un dossier de création de société au Greffe du Tribunal de Commerce. Votre entreprise sera alors immatriculée et vous recevrez un extrait K-Bis, véritable carte d’identité de votre entreprise !

Attention, vous ne pouvez pas ouvrir votre auto-école dès réception de l'extrait K-Bis ! Vous devez au préalable obtenir l’agrément de votre préfecture. Pour cela :

  • Vous devez constituer un dossier de demande en intégrant toutes les pièces nécessaires. Nous vous renvoyons à l'arrêté du 8 janvier 2001 pour connaître la liste des pièces justificatives à fournir.
  • Vous devez envoyer votre dossier à l'administration compétente. Il s'agit de la direction régionale et interdépartementale de l'équipement et de l'aménagement (DRIEA) pour les auto-écoles de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ailleurs, il s'agit de la direction départementale des territoires (DDT) de votre département. 

Vous recevrez une réponse dans un délais de deux mois. Si celle-ci est positive, vous obtiendrez un agrément valable 5 ans. Cet agrément préfectoral doit être affiché dans les locaux de l’auto-école de manière visible.

Vous pouvez alors ouvrir votre auto-école et débuter votre activité !

      

Ouvrir son auto-école est donc plus facile qu’on ne pourrait le croire ! Il convient cependant de prendre certaines précautions avant de se lancer en indépendant. Par exemple, renseignez vous sur les conséquences du statut indépendant sur votre retraite. Si vous ne trouvez pas les réponses à toutes vos questions, n’hésitez pas à demander conseil à un expert avant de vous lancer !

Mise en ligne : 11/07//2017

Rédaction : Robin Rouja, diplômé de la Toulouse School of Economics et spécialisé dans l'accompagement des créateurs d'entreprises chez Legalstart.fr. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Ouvrez votre auto-école !