Comment procéder à une saisie sur rémunération ?

La saisie sur rémunération (aussi appelée saisie sur salaire) est peut être la solution, si votre débiteur refuse de payer sa facture, malgré vos tentatives de recouvrement à l’amiable.

Une telle saisie vous permet en effet de passer outre la volonté de votre débiteur : une partie de son salaire sera automatiquement prélevé pour être versée sur votre compte. Cette mesure est très encadrée, mais se révèle efficace. 

Vous l’aurez compris, la saisie rémunération n'est envisageable qu'à l'égard d'une personne ayant un employeur. Cela limite les possibilités de mise en œuvre. Prenez donc le temps de bien arbitrer avec les autres mesures exécutoires existantes.

Mini-sommaire :

1- Saisie sur salaire : des conditions strictes

2- Quelles sont les étapes de la saisie sur rémunération ?

3- Quelles sont les sommes saisissables ?  

    La saisie sur rémunération

Saisie sur salaire : des conditions strictes

L'existence d'un "titre exécutoire"

La saisie sur salaire n'est ouverte qu'au créancier disposant d'un "titre exécutoire". Il s'agit d'un acte juridique constatant une créance. Une ordonnance d'injonction de payer n'ayant pas fait l'objet d'une opposition et étant revêtue de la formule exécutoire constitue un tel titre et vous permet de procéder à une saisie sur rémunération.

La saisie du juge

Afin de protéger le débiteur d'une saisie abusive, il est obligatoire de saisir le tribunal d'instance du lieu où demeure le débiteur. C’est donc le juge d’instance qui a la capacité d’autoriser ou non la mise en œuvre d’une saisie et d’en fixer les conditions d’exécution.

Quelles sont les étapes de la saisie sur rémunération ? 

La saisie sur rémunération présente certaines spécificités qui la distinguent de la saisie attribution. Cela s'explique par le caractère particulier de la créance saisie et par la volonté de protéger le débiteur.

La tentative de conciliation

La procédure de saisie sur rémunération débute obligatoirement par une tentative de conciliation entre le créancier et le débiteur, l'objectif étant de trouver une solution amiable.

Le débiteur peut, par exemple, vous proposer un étalement du remboursement de la dette ou un remboursement rapide en échange d'une remise partielle de dette.

 L'issue de la conciliation 

Le créancier n'est pas dans l'obligation d'accepter les propositions faites lors de la tentative de conciliation. Deux cas de figure sont donc susceptibles de se présenter : 


  • Le créancier accepte les propositions du débiteur : la procédure de saisie sur rémunération est close et le remboursement s’effectuera selon les modalités fixées lors de la conciliation
  • Le créancier refuse les propositions du débiteur : la procédure de saisie sur salaire se poursuit et le juge peut rendre une ordonnance de saisie des rémunérations du débiteur. 

Lorsqu’une telle ordonnance est rendue, autorisant le créancier à procéder à une saisie sur salaire, le greffier du tribunal d'instance est chargé d'avertir l'employeur du débiteur de la saisie sur rémunération.


Ce n'est donc qu'à l'issue d'une procédure judiciaire que l'employeur pourra retenir les sommes : tous les mois, il devra adresser au greffe du tribunal de grande instance un chèque d’une somme correspondant à la fraction saisissable de la rémunération et libellé à l’ordre du créancier. Ce chèque est ensuite remis par le greffe au créancier ou à son mandataire

Quelles sont les sommes saisissables ?

Il n’est pas possible de saisir la totalité du salaire de votre débiteur lors d'une saisie sur rémunération. Selon le montant de sa rémunération, vous serez limité à une fraction seulement de son salaire. Les seuils applicables sont révisés chaque année par décret. Dans tous les cas, une portion de la rémunération, correspondant au Revenu de Solidarité Active (RSA, soit 524,68 € en 2015), reste absolument insaisissable.

En pratique, le remboursement d'une créance au moyen d'une saisie sur rémunération est étalé sur plusieurs mois. Hormis la rémunération du débiteur, il est également possible de saisir :

  • Les Indemnités journalières maladie, maternité ou accident de travail 
  • L'allocation de retour à l'emploi (ARE) 
  • L'allocation de chômage partiel ou l'indemnité de départ volontaire à la retraire

Toutefois, il existe des sommes insaisissables, notamment :

  • Le RSA 
  • Les allocations ou indemnités pour charges de famille versées par l'employeur 
  • Les rentes d'accident de travail

Si votre débiteur dispose d'un emploi mais d'un faible patrimoine, il est donc souvent plus intéressant de procéder à une saisie sur rémunération qu'à une saisie vente.

Si, après avoir lancé une procédure d'injonction de payer, votre débiteur ne règle toujours pas sa créance spontanément, vous pouvez envisager de procéder à une saisie sur rémunération. Vous pouvez également procéder à d'autres saisies comme la saisie vente, la saisie sur compte bancaire ou la saisie du véhicule. 

Date de mise à jour: 17/06/2016

Rédacteur: Clara Ripault, diplômée de l’université Paris II Panthéon-Assas, élève avocate (HEDAC). Clara est spécialisée dans les problématiques liées à la propriété intellectuelle et la création d’entreprise. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Démarrez une procédure d'injonction de payer en ligne