04 février 2021

Comment vendre son entreprise sereinement?
Temps de lecture : 3 min

Marion Cluptil
Diplômée d’un Master 2 en Droit, rédactrice juridique indépendante.

Commencer les démarches

Vous êtes propriétaire d’une entreprise et vous envisagez de la vendre ? Vous vous demandez comment vendre son entreprise

Sachez que la vente d’une entreprise peut prendre différentes formes: il peut s’agir d’une cession de titres (cession de parts sociales de SARL ou EURL ou cession d’actions de SAS ou SASU). Il peut également s’agir d’une cession de fonds de commerce

Quels sont les éléments à prendre en compte avant de réaliser votre vente? C’est ce que nous proposons de découvrir dans cet article.

Comment vendre son entreprise rapidement ? 

Pour vendre votre entreprise rapidement, la décision doit être mûrement réfléchie. 

En effet, anticiper la cession et transmission de votre entreprise permet d’être efficace lorsque le moment sera venu.

Première étape: décision 

Pour commencer, faites le point sur les motivations qui vous poussent à envisager la cession de votre entreprise. Souhaitez-vous prendre votre retraite, vous lancez dans un nouveau projet ou vendre parce que les difficultés s’accumulent ?

De plus, les aspects techniques et comptables ne sont pas les seuls à prendre compte. Vendre son entreprise peut impliquer une dimension émotionnelle qui peut être déstabilisante lorsque vous vous séparez du projet de toute une vie. 

Pour éviter ces désagréments et faciliter la transmission de votre entreprise, vous pouvez vous faire accompagner par un professionnel comme votre avocat ou votre expert-comptable. D’autant, qu’ils ont peut être dans leurs contacts des repreneurs potentiels.

Deuxième étape: l’établissement d’un diagnostic

Une fois ce travail préalable réalisé, un diagnostic de l’entreprise doit être fait. Il va vous permettre d’identifier vos points forts ainsi que vos axes d’amélioration. Parmi les points à analyser, nous pouvons citer :

  • le niveau d’activité ;
  • les moyens de production ;
  • la masse salariale ;
  • la situation financière de l’entreprise ;
  • l’aspect qualité sécurité environnement (QSE) ;
  • la situation juridique de l’entreprise.

Troisième étape: la détermination du mode de cession

Ensuite, vous devez déterminer le mode de cession auquel vous souhaitez recourir. Vous pouvez vendre votre entreprise à un salarié ou à un tiers, mais aussi la transmettre par voie de succession à l’un de vos enfants par exemple. 

Il vous est également possible de: 

  • céder uniquement l’actif de l’entreprise, ce qui correspond généralement à une cession de fonds de commerce ou ;
  • vendre les titres, c’est-à-dire l’actif et le passif. Il s’agit alors d’une cession de titres. 

Parallèlement, les documents prévisionnels doivent être préparés. Faire ce travail de prévision en rédigeant un business plan permet de montrer la santé financière dans laquelle se trouve l’entreprise et les résultats raisonnables que peut espérer le repreneur lors du rachat d'une société.

Quatrième étape: la valorisation 

Une valorisation de l’entreprise est également nécessaire. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées : patrimoniales, comparatives ou de rentabilité. Elle permet de savoir à combien vous pouvez espérer vendre votre entreprise même si le prix final sera fixé dans le cadre des négociations avec le repreneur.

Dès que vous êtes en possession de tous ces éléments, vous pouvez constituer le dossier de présentation de l’entreprise. Il permet de gagner du temps, car il regroupe toutes les informations liées à l’entreprise.

Vous êtes alors prêt à trouver un repreneur. Pour cela, vous pouvez passer une annonce sur un site spécialisé ou une bourse, en parler autour de vous ainsi qu’à vos salariés, surtout si vous pensez que l’un d’eux pourrait être un bon candidat à la reprise.

Après négociation avec le repreneur, vous allez acter votre volonté de vendre votre entreprise et les conditions y afférant dans un protocole d’accord. 

Ce n’est qu’ensuite que l’acte de cession définitif pourra être signé. Celui-ci peut prévoir que vous restiez quelques temps au sein de l’entreprise afin d’assurer la transition avec le nouveau dirigeant.

Quand vendre son entreprise?

Le bon moment pour vendre son entreprise dépend avant tout de vous. Généralement, la question se pose en fin de carrière quand on envisage de prendre sa retraite et qu’il n’y a pas forcément de repreneur “naturel” comme un héritier ou un bras droit.

En dehors de ce cas, on distingue deux moments opportuns pour vendre son entreprise

  • D’une part, à l’issue d’une période de trois à cinq ans suivant sa création, l’entreprise commence à être véritablement rentable mais son niveau d’activité n’a pas atteint son maximum. Un repreneur peut y voir une opportunité de développement sans avoir à payer un prix trop élevé. 
  • D’autre part, après huit à douze ans d’activité, l’entreprise a atteint un bon niveau de rentabilité et de maturité. Le développement est plus lent, mais l’entreprise a fait ses preuves ce qui peut être rassurant pour un repreneur. 

Toutefois, n’attendez pas le dernier moment, car comme nous venons de le voir, vendre son entreprise peut mettre du temps. Cela vous évitera de devoir accepter la première offre parce qu’il vous faut accélérer les choses.

De même, si votre entreprise connaît des difficultés, vous en obtiendrez un meilleur prix si elle n’est pas en liquidation judiciaire.

Comment vendre son entreprise en difficulté?

La cession est parfois la solution inévitable pour faire face aux difficultés. 

Dans ce cas, la transparence est de mise. Donnez accès à toutes les informations, sans rien dissimuler. En effet, s’il s'avère que l’entreprise est en défaillance dans les dix-huit mois suivant la vente, le cédant peut être déclaré responsable par le tribunal. 

Vous pouvez cependant faire le nécessaire pour stabiliser la situation de l’entreprise, en veillant à ne pas aggraver son endettement, en limitant les investissements au strict nécessaire et en préservant vos relations commerciales avec vos clients et vos fournisseurs.

Peut-on vendre son entreprise sans payer d’impôt?

La fiscalité appliquée quand on vend son entreprise dépend de la forme juridique de la société, du montant de la plus-value réalisée et de l’ancienneté de l’entreprise.

Tout d’abord, pour les entreprises individuelles, les bénéfices de l’année en cours sont immédiatement imposables au titre de l’impôt sur le revenu.

Pour les autres formes juridiques, la plus-value, c’est-à-dire la différence entre le prix d’acquisition et le prix de vente, est imposée différemment selon son montant :

  • si la plus-value dégagée suite à la vente de l’entreprise est inférieure à 250 000 € pour les entreprises de vente ou de fourniture de logement (hors location meublée), 90 000 € pour les autres et que l’entreprise a été exploitée plus de cinq ans, alors vous pourrez bénéficiez d’une exonération totale de l’impôt ;
  • Si la plus-value dégagée est supérieure à ces seuils, alors le régime des plus-values professionnelles est applicable. Il correspond à un taux d’imposition de 12,80 % pour les plus-values à long terme, et au taux de l'impôt sur le revenu dans les conditions de droit commun pour les plus-values à court terme.

A noter: on vous en dit plus sur la fiscalité des cessions de parts sociales ou d’actions et sur la fiscalité d’une cession de fonds de commerce sur les fiches dédiées! 
Pour vendre son entreprise dans de bonnes conditions, il est conseillé d’anticiper au mieux cette décision. Plusieurs éléments doivent être pris en considération et notamment la fiscalité applicable.

Mise à jour: 04/02/2021

Rédaction : Marion Cluptil, diplômée d’un Master 2, rédactrice juridique indépendante.

Commencer les démarches

Recevez gratuitement les meilleurs articles de la catégorie Cession de titres et cession d'entreprise

Recevoir les articles