Skip to content

👋 Bonjour, nous sommes ravis de vous revoir ! Cliquez ici pour reprendre votre démarche

Besoin d’aide pour trouver le bon service ? Nos experts sont là. 01 76 39 00 60
Télécharger un modèle de lettre
Fiches pratiques Gérer ses salariés Rupture contrat de travail Comment calculer l’indemnité de rupture conventionnelle ?

Comment calculer l’indemnité de rupture conventionnelle ?

Rupture contrat de travail
L G

Lysia Gonzalez

Diplômée d'un Master 2 en Droit des affaires et gestion des entreprises. 


Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

La rupture conventionnelle est un mode de rupture amiable du contrat de travail liant le salarié et son employeur. Elle résulte donc d’un commun accord entre les parties, habituellement suite à une demande du salarié. N’hésitez pas à vous aider de notre modèle de lettre de rupture conventionnelle le cas échéant.

Si celle-ci respecte des conditions et une procédure stricte, elle est valable et ouvre droit à des indemnités, dont l’indemnité de rupture conventionnelle. Dans quelles conditions puis-je bénéficier de l’indemnité de rupture conventionnelle ? Comment calculer l’indemnité de rupture conventionnelle ? Quel est son régime fiscal ? Voici les réponses.

Qu’est-ce qu’une rupture conventionnelle ?

La rupture conventionnelle du contrat de travail est ouverte uniquement aux salariés en CDI dans le secteur privé.

Pour qu’une rupture conventionnelle soit envisageable, il faut impérativement qu’elle soit décidée d’un commun accord entre l’employeur et le salarié. Elle ne peut être imposée ni par l’une, ni par l’autre des parties. La partie qui souhaite initier la procédure de rupture conventionnelle informe l’autre, par exemple écrit au moyen d’une lettre. 

💡 Astuce : pour votre lettre de rupture conventionnelle, n’hésitez pas à vous aider d’un modèle de demande de rupture conventionnelle.

Téléchargez notre modèle gratuit de lettre de demande de rupture conventionnelle

Il existe plusieurs avantages à la rupture conventionnelle. Pour le salarié, aucun préavis n’est à réaliser et il peut bénéficier d’une indemnité de rupture ainsi que de l’ARE. De son côté, l’employeur se protège du risque de contentieux devant le conseil des prud’hommes.

⚠️ Attention : la rupture conventionnelle doit être réellement décidée à l’amiable. Dans le cas contraire, l'homologation de la rupture conventionnelle ne peut pas avoir lieu, ou alors, elle sera annulée par un juge. Par exemple, si le salarié a accepté la rupture conventionnelle à cause d’un harcèlement moral, la rupture conventionnelle n’est pas valide.

Ai-je droit à une indemnité de rupture conventionnelle ?

Dans le cadre d’une rupture conventionnelle, une indemnité spécifique est perçue par le salarié. Cette indemnité légale de rupture conventionnelle est versée à la fin du contrat.

Le but de l’indemnité de rupture conventionnelle est la compensation de la perte de travail pour le salarié. Celle-ci doit être versée dans le mois suivant la signature de l’accord de rupture. Si l’employeur ne verse pas l’indemnité de rupture, le salarié peut engager une procédure devant les prud’hommes pour obtenir son paiement. L’employeur pourra également être condamné au versement d’indemnités supplémentaires.

Comment calculer une indemnité de rupture conventionnelle ?

Le montant de l’indemnité de rupture conventionnelle dépend de plusieurs facteurs, mais ne peut être inférieur au montant de l’indemnité légale de licenciement.

Le calcul de l’indemnité de rupture conventionnelle prend en compte l’ancienneté du salarié et sa rémunération brute des mois précédant la rupture.

⚠️ Important : il est possible que la convention collective, le contrat de travail ou l’usage de la profession prévoit d’autres modes de calcul pour l’indemnité de rupture conventionnelle. Si tel est le cas, le salarié bénéficie de la méthode de calcul lui offrant l’indemnité la plus élevée.

L’ancienneté du salarié

L’ancienneté du salarié se calcule jusqu’à la date de fin du contrat. Si une année est incomplète, l’indemnité est calculée proportionnellement au nombre de mois. Il en est de même en cas de temps partiel (proportionnel à la durée du temps travaillé).

  • Dans le cas de moins de 10 ans d’ancienneté : l’indemnité ne peut être inférieure à ¼ d’un salaire mensuel par année d’ancienneté.

  • Dans le cas de plus de 10 ans d’ancienneté : l’indemnité est égale à ¼ d’un salaire mensuel minimum par année d’ancienneté sur les dix premières, et à ⅓ d’un salaire mensuel minimum par année d’ancienneté sur les suivantes.

La rémunération du salarié

La rémunération prise en compte est le salaire de référence. Il est calculé selon la formule la plus avantageuse pour le salarié, c'est-à-dire :

  • la moyenne mensuelle sur l’année précédant la rupture du contrat ;
  • ou la moyenne mensuelle des 3 mois précédant la rupture du contrat.

La formule appliquée peut varier dans des cas particuliers :

  • arrêt maladie : le salaire de référence pris en compte est celui des 12 ou 3 mois précédant l’arrêt ;
  • le salarié a moins d’1 an d’ancienneté : le calcul se fait sur la moyenne de la totalité des salaires perçus.

💡 Astuce : pour l’indemnité de rupture conventionnelle, le calcul anticipé n’est pas toujours évident. N’hésitez pas à utiliser un simulateur pour l’indemnité de rupture conventionnelle !

Téléchargez notre modèle gratuit de lettre de demande de rupture conventionnelle

Quelle est la fiscalité de l’indemnité de rupture conventionnelle ?

Les indemnités de rupture conventionnelle sont exonérées dans les mêmes limites que les indemnités de licenciement. En principe, pour une rupture conventionnelle, les indemnités sont donc totalement exonérées d’impôt sur le revenu et de cotisations sociales. Toutefois, pour bénéficier d’une exonération totale, les indemnités doivent être inférieures à certains plafonds.

Pour l’exonération de cotisations sociales, la part exonérée est celle inférieure à 82.272 €, et en fonction des montants suivants :

  • le montant total de l’indemnité ;
  • 2 fois le montant de la rémunération annuelle de n’année précédente ;
  • 50% de l’indemnité versée.

Les indemnités sont également au forfait social, pour la partie non comprise dans la base de calcul des cotisations. Le forfait social de l’indemnité de rupture conventionnelle s’applique de 1 à 82.272 €.

Concernant l’imposition de l’indemnité de rupture conventionnelle, celle-ci est exonérée d’impôt sur le revenu sous conditions. L’indemnité de rupture conventionnelle est imposable à la CSG seulement sur le montant dépassant le montant de l’indemnité légale ou conventionnelle.

indemnité rupture conventionnelle (1)

FAQ

Quelles sont les indemnités possibles après une rupture conventionnelle ?

La rupture conventionnelle implique le versement d’une indemnité spécifique. Sachez également que rupture conventionnelle et chômage sont compatibles. Vous pourrez donc bénéficier de l’ARE.

Doit-on déclarer les indemnités de rupture conventionnelle à la CAF ?

Oui, si vous souhaitez faire une démarche. Les indemnités de fin de contrat, dont l’indemnité de rupture conventionnelle, doivent être déclarées à la CAF afin d’être prises en compte pour le calcul de vos droits et allocations.

Peut-on renoncer à l'indemnité de rupture conventionnelle ?

La rupture conventionnelle sans indemnité est impossible. Il est obligatoire pour l’employeur de verser une indemnité au salarié. Toute convention ne prévoyant aucune indemnité sera refusée par l’administration et ne pourra être homologuée.

Téléchargez notre modèle gratuit de lettre de demande de rupture conventionnelle
LG

Lysia Gonzalez

Diplômée d'un Master 2 en Droit des affaires et gestion des entreprises. 

Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Fiche mise à jour le

Vous souhaitez rédiger une lettre de demande de rupture conventionnelle ?
💡Avec Legalstart, c'est simple, rapide et rassurant. 
Télécharger un modèle de lettre