18 février 2021

Comment travailler en freelance?
Temps de lecture : 3 min

Léna Cazenave
Diplômée d'un Master 2 en droit de la propriété intellectuelle de l'Université d'Aix-Marseille. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Devenir freelance

Vous souhaitez travailler seul et vous rêvez de devenir freelance? C’est la volonté d’un très grand nombre d’entrepreneurs et salariés. De nos jours, le terme “freelance” raisonne à tous les coins de rue mais vous n’êtes pas le seul à vous interroger sur sa signification. Il est temps de faire le point, ensemble, sur tous les éléments à comprendre pour être en freelance

Travail en freelance: définition

Avant d’aborder le cœur du sujet, il est indispensable de comprendre les termes du statut freelance.

Freelance signifie “indépendant” en anglais. Une personne travaille en freelance dès lors qu’elle exerce son activité professionnelle en tant que travailleur indépendant. Exercer en freelance c’est se lancer seul dans son activité professionnelle et être maître de son destin.

Ainsi, nul besoin de vous interroger sur comment devenir freelance en France: “freelance” n’est pas un statut spécifique, il ne s’agit pas d’un métier non plus. Il constitue simplement une manière de travailler, c’est un mode d’organisation de son travail. En pratique, beaucoup de métiers peuvent être réalisés en freelance.

Exemple: graphiste, développeur de site internet, formateur, traducteur, dropshipping etc. 

Quel statut pour travailler en freelance?

Comment devenir indépendant en freelance? Pour se lancer en freelance, l’entrepreneur doit choisir le statut juridique grâce auquel il désire lancer son projet professionnel. En revanche, il n’est pas toujours simple de choisir le statut le plus adapté à sa situation professionnelle.

En pratique, le freelance se lance en nom propre, c’est-à-dire sans structure juridique. Le statut de micro-entrepreneur est le plus courant chez les freelances. Pourtant, il est également possible de choisir le statut d’entrepreneur individuel (EI) et d’entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL).

En revanche, ce n’est pas tout, certains entrepreneurs favorisent la création d’une structure juridique. Si vous décidez de vous lancer dans la création d’une société, vous ne pouvez opter que pour une société unipersonnelle, la SASU ou l’EURL. Ces dernières ont pour caractéristique principale d’être créées par un associé unique.

Entreprises individuelles

L’entreprise individuelle se décline en plusieurs statuts juridiques présentant des avantages et inconvénients propres à chacun.

Tout d’abord, le statut de micro-entreprise, plus communément appelé auto-entreprise (et auto-entrepreneur) est le coup de cœur des entrepreneurs. En pratique, le freelance et l’auto-entrepreneur sont souvent confondus. Le statut de micro-entreprise constitue le régime simplifié de l’entreprise individuelle. En choisissant ce statut, le freelance bénéficie d’un régime micro social, micro fiscal mais aussi d’un allègement comptable. Ce statut est souvent utilisé pour tester des projets professionnels. En revanche, il faut rester vigilant car le statut de micro-entrepreneur peut présenter des inconvénients sur le long terme.

Ce régime favorable est applicable tant que le chiffre d’affaires de l’entrepreneur ne dépasse pas les seuils de 72.600€ HT pour les activités de prestations de services et activité libérales ou celui de 176.200€ HT pour les activités de vente de marchandises et prestations d’hébergement.

Par ailleurs, le jour où l’entrepreneur individuel dépasse les seuils précédents (deux années consécutives), il bascule automatiquement sous le statut d’une entreprise individuelle classique.

Enfin, l’entrepreneur freelance a également la possibilité d’opter pour une EIRL. Ce statut est notamment privilégié lorsque l’entrepreneur souhaite avant tout protéger son patrimoine personnel en limitant sa responsabilité avec “un patrimoine d’affectation” (création d’un patrimoine professionnel). Le but étant de limiter les risques de l’entrepreneur en cas de difficultés financières.

Bon à savoir: au même titre que l’EIRL, il est possible de limiter la responsabilité professionnelle du micro-entrepreneur en créant un patrimoine d’affectation. C’est ce que l’on appelle, en pratique, une AERL (auto-entreprise à responsabilité limitée). En réalité, c’est une case à cocher dans le formulaire de déclaration de votre micro-entreprise.

Sociétés unipersonnelles

Pour certains, les sociétés unipersonnelles sont plus attractives que les entreprises individuelles car la société constitue une structure juridique à part entière, une véritable personne morale

Il est possible d’investir et d’obtenir des financements. Si votre projet a pour objectif de se développer, vous n’avez pas de limite de chiffre d’affaires et il se peut que dans quelques années, vous décidiez de vous associer ou encore d’embaucher des salariés. De plus, la création d’une société permet à l’entrepreneur freelance de bénéficier de plus de sécurité puisque le patrimoine personnel et le patrimoine professionnel sont juridiquement indépendants. 

Le freelance exerce son activité professionnelle seul. Deux formes sociales peuvent être créées par un associé unique: SASU ou EURL. Ces dernières correspondent respectivement à la SAS et la SARL unipersonnelle. 

Pour choisir le bon statut, il est notamment important de prendre en compte le régime fiscal et le régime social (affiliation sociale).

Travailler en freelance et CDI / CDD: la question du cumul

Il est courant en pratique de vouloir lancer un projet professionnel en plus d’une activité salariée (CDI, CDD, etc.). La question du cumul entre ces deux activités est donc primordiale. 

Si vous vous demandez comment travailler en freelance en France, sachez qu’il est possible, en pratique, de cumuler salariat et entrepreneuriat, mais il faut respecter les points suivants:

  • Vérifier les clauses de votre contrat de travail: il ne doit pas contenir de clause d’exclusivité ou de non-concurrence. Ces dernières sont parfois imposées par l’employeur pour empêcher le salarié d’exercer une activité professionnelle concurrente (pendant ou après son contrat de travail). Par ailleurs, il convient également de vérifier qu’il n’existe pas de disposition particulière liée au secteur d’activité de l’entrepreneur ou que ce dernier exerce une activité salariée sous un statut particulier (exemple: un fonctionnaire). Dans ce cas, si votre activité de freelance contrevient à ces dispositions, vous n’avez pas la possibilité d’exercer cette activité professionnelle en parallèle de votre emploi. En revanche, si vous n’entrez pas dans leur champ d’application, vous pouvez cumuler salariat et entrepreneuriat en freelance sans problème. 
  • Respecter votre devoir de loyauté: même en l’absence de clause d’exclusivité dans votre contrat de travail, vous êtes tenu de prévenir votre employeur de l’exercice d’une seconde activité professionnelle, et ce, à titre accessoire.

Travailler en freelance: avantages et inconvénients

Les avantages

Indépendance: travailler en freelance, c’est se lancer dans un projet professionnel en toute autonomie, c’est l’aventure de l’entrepreneuriat. Vous n’avez pas de compte à rendre à un quelconque associé, puisque vous vous lancez seul.

Liberté: le freelance dispose d’une grande liberté de décision et d’organisation. En effet, vous êtes libre de vos faits et gestes. Ceci signifie par exemple que si vous souhaitez travailler en freelance depuis l’étranger, rien ne vous retient puisque vous êtes le seul maître à bord.

Polyvalence: exercer en freelance, c’est avoir un large panel de compétences. En effet, l’entrepreneur indépendant doit mettre à profit ses compétences pour gérer l’ensemble de son activité mais également tout l’envers du décor (gestion, stratégie, communication, comptabilité, fiscalité, etc). C’est un avantage puisque vous devez vous former, apprendre et vous débrouiller seul. Cela vous permet d’élargir considérablement vos compétences

Les inconvénients

Solitude: il est simple de se lancer en freelance mais il n’est pas donné à tout le monde de le supporter. Se lancer seul signifie qu’on ne peut compter que sur soi et il est parfois difficile d’anticiper certaines difficultés. La solitude n’est pas appréciée de tous. Si c’est votre cas, évitez de travailler seul et privilégiez les espaces communs, partagez avec vos proches, etc. 

Seul responsable: l’entrepreneur freelance s’engage seul dans cette aventure. En effet, vous êtes seul responsable de tous vos faits et gestes. De ce fait, il est parfois difficile de savoir si vous faites les bons ou les mauvais choix.

Revenu instable: il est parfois difficile pour le freelance de trouver des missions en tant qu'indépendant, et pour quel salaire? En effet, les revenus ne sont pas stables. Il faut essayer d’anticiper les baisses et hausses d’activités pour tenter de bénéficier de revenus stables. 

Mise à jour: 18/02/2021

Rédaction: Léna Cazenave, diplômée d'un Master 2 en droit de la propriété intellectuelle de l'Université d'Aix-Marseille. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Devenir freelance

Télécharger gratuitement notre guide Travailleur indépendant, rédigé par nos juristes

Télécharger le guide Travailleur indépendant Télécharger le guide