En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
15 mars 2019

Comment ouvrir un barbershop?

Faustine Nègre
Diplômée de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Ouvrir un barbershop

Depuis près de 10 ans, la barbe a fait son grand retour en France et les français(es) ne sont pas prêt(e)s de s’en lasser! Grâce à cela, le métier de barbier est en plein essor et à de très beaux jours devant lui.

Vous souhaitez créer votre entreprise de barbier? Legalstart fait le point pour vous sur les formations pour devenir barbier, le budget nécessaire, ainsi que sur le choix du statut juridique adapté à votre barbershop.



barbershop

Qu’est-ce qu’un barbershop?

Un barbershop, désigné en français sous le terme de salon de barbier, est un magasin dans lequel exerce un professionnel dont le métier consiste à entretenir et couper la barbe, la moustache ainsi que les cheveux des hommes. Le barbershop peut donc être assimilé à un salon de coiffure exclusivement destiné aux hommes.

Quelle formation pour ouvrir un barbershop?

Coiffeur-barbier est un métier de tradition, il ne s’improvise pas! En effet, pour pouvoir ouvrir son barbershop il est indispensable d’avoir suivi une formation.

Le brevet obligatoire pour ouvrir un barbershop

Pour être en mesure d’exercer ce métier et afin de pouvoir ouvrir un barbershop, le futur barbier doit avoir suivi une formation pour ouvrir un salon de coiffure pour homme ou femme. L’ouverture du barbershop est donc conditionné à l’obtention de l’une des qualifications suivantes:

  • Le brevet professionnel de coiffure (BP): le titulaire de ce brevet peut gérer son entreprise, il peut être employeur au sein d’un salon de coiffure y compris un barbershop. Il dispose d’une très grande maîtrise de la coiffure.

  • Le brevet de maîtrise de coiffure (BM) : au-delà de permettre à son titulaire d’être un coiffeur hautement qualifié, ce brevet lui permet de créer et de manager un ou plusieurs salons de coiffure pour homme y compris un barbershop.

  • L’un des diplômes ou titres équivalent ou supérieur homologué au répertoire nationale des certifications professionnelles (RNCP).

Il est toutefois possible d’ouvrir un barbershop sans l’un de ces brevets. Cela n’est envisageable que si l’un des salariés ou le conjoint du chef d’entreprise, ayant le statut de conjoint collaborateur ou de conjoint salarié, est titulaire de l’un de ces brevets. L’inconvénient de cette option est qu’elle laisse peu d’autonomie au chef d’entreprise puisque ce sera à son conjoint d’exercer le contrôle permanent du barbershop.

Les formations recommandées pour ouvrir un barbershop

Les brevets de coiffure forment leurs titulaires à la coiffure en général. Au-delà de ces  formations obligatoires, il existe de nombreuses formations de coiffure-barbier dispensées par des écoles de coiffure. Ces formations à la profession de barbier, d’une durée de 10 à 25 heures, permettent aux apprentis barbiers d’acquérir toutes les connaissances spécifiques à l’exercice du métier telles que le rasage à l’ancienne, le modelage de la barbe, les soins de la peau et du poil, ou encore la mise en forme de moustache.

Ces formations de barbier ont un coût. Pour éviter cette dépense, il peut donc être intéressant de se former directement en tant que salarié dans un barbershop avant de lancer sa propre activité.

La stage d’installation

L’activité de coiffeur-barbier est une activité de nature artisanale. Pour ouvrir un barbershop, il est donc indispensable de s’inscrire au répertoire des métiers, ce qui suppose d’avoir effectué un stage préalable à l’installation. Ce stage d’une durée de 30 heures (ou 5 jours) doit être effectué auprès d’un organisme habilité. Il permet au futur barbier de connaître les règles de gestion d’une activité entrepreneuriale en ce qui concerne la fiscalité, la gestion administrative et comptable ainsi que la matière sociale.

À noter: en parallèle de l’activité de coiffeur-barbier, le barbershop peut décider de vendre des produits pour la barbe (huile, baume, gel de rasage, etc.) et des produits capillaires (soin, shampoing, huile, brosse, etc.). Dans ce cas, il cumulera une activité artisanale et une activité commerciale. De plus, si le barbershop compte plus de 10 salariés, l’activité sera automatiquement désignée comme étant une activité commerciale.

Quel budget pour l’ouverture d’un barbershop?

L’entrepreneur qui souhaite ouvrir un barbershop doit avant tout rédiger un business plan. Ce document a pour objectif d’étudier tous les aspects du projet et de fixer la stratégie financière.

L’une des étapes de la conception du business plan du barbershop consiste à définir les investissements nécessaires pour permettre à l’entreprise de voir le jour. Il convient alors de lister les différents éléments nécessaires au lancement de l’activité qui composent le budget du barbershop, en voici un inventaire non exhaustif:

  • Le local commercial: à moins d’être propriétaire du local dans lequel s’ouvre le barbershop, l’entrepreneur devra conclure un bail commercial ce qui s’accompagne de divers dépenses (pas de porte, droit au bail). Le locataire devra par la suite s’acquitter d’un loyer chaque mois.
  • L’aménagement du local: pour accueillir et fidéliser sa clientèle, le barbershop doit être confortable et agréable avec de jolis sièges, des miroirs, mais également une caisse et un terminal de carte bleue afin d’encaisser les clients.
  • Le matériel de barbershop: blaireau, brosse de barbe et moustache, ciseau, peigne, huile de rasage et autres accessoires de barbier.
  • Le stage préalable à l’installation;
  • La création de la société.

Quel statut juridique choisir pour son barbershop?

Il n’est généralement pas conseillé d’ouvrir son barbershop sous le statut de la micro-entreprise en raison des plafonds micro-entrepreneur. L’inconvénient majeur de ces plafonds est qu’ils brident le développement de l’entreprise. En effet, au-delà de 70.000€ de chiffre d’affaires annuel, le barbershop basculera automatiquement vers le régime de l’entreprise individuelle et perdra les avantages du statut de micro-entrepreneur.

La création d’une société est donc souvent privilégiée par les barbiers. Ces derniers se tournent généralement vers la SARL ou la SAS lorsqu’ils se lancent à plusieurs associés, ou vers l’EURL et la SASU qui sont les formes unipersonnelles de ces sociétés. L’avantage de la création d’une entreprise est qu’elle vous permet de limiter votre responsabilité personnelle.
Si vous hésitez entre plusieurs formes juridiques, n’hésitez pas à remplir notre questionnaire sur le choix de la forme juridique.

Mise à jour : 15/03/2019

Rédaction : Faustine Nègre, diplômée de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Commencer les démarches

Ouvrir un barbershop