Nous utilisons des cookies.
En savoir plus
Fermer
Raphaëlle DUMOULIN
Etudiante en Master II Droit Européen des Affaires et Management à Skema Business School. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
23 février 2018
Temps de lecture : 4 min

Tout plaquer entre amis ou attendre la retraite pour se lancer et ouvrir son bar : nombreux sont ceux qui en rêvent et qui franchissent le pas. Alors, comment faire pour créer son bar ?

On a préparé un guide pour savoir comment ouvrir un bar en 5 étapes dans le but de vous éclairer sur les étapes indispensables à suivre pour ouvrir cet établissement emblématique, empreint de nombreuses réglementations.

comment ouvrir un bar

Première étape : trouver une idée ou un concept

Tout d’abord, avant de vous lancer, il est essentiel de songer au concept de votre établissement. Qu’est-ce qui ferait que les clients s’arrêtent davantage chez vous ? Que souhaitez-vous dégager ? Quelle atmosphère voulez-vous faire ressentir ? Des questions anodines au premier abord, qui feront pourtant le succès de votre bar.

Dès lors, il est crucial de se lancer après avoir étudié le marché local, comparé plusieurs locaux, mûri et pesé sa décision.

La localisation de votre bar est très importante, notamment sur le fait de savoir si vous êtes situé dans une rue passante ou non. L’emplacement n’est pas à négliger car il est plus facile de se faire connaître quand la zone dans laquelle vous vous trouvez est propice aux sorties.

De même, vous devez travailler sur la décoration et l’atmosphère de votre bar. N’hésitez pas à solliciter l’avis de vos proches et à vous mettre dans la peau d’un client : que recherche-t-il dans un bar ? Régulièrement la réponse peut être résumée en deux mots : convivialité et prix.

Seconde étape : établir un business plan

Après avoir affiné le concept du bar que vous souhaitez créer il va être essentiel d’étudier la viabilité du projet en fixant notamment un budget prévisionnel. Pour ce faire, vous devez fixer les prix de votre carte (n’oubliez pas de prendre en compte la TVA), établir les marges que vous souhaitez dégager, attribuer un budget au matériel, prévoir les salaires... Une fois tous ces éléments maitrisés et ajustés au marché local, vous saurez si votre affaire est viable. 

Savoir rédiger un business plan n'est pas une chose aisée, il peut être nécessaire de vous faire aider pour cette étape. Dans tous les cas vous pouvez commencer par vous inspirer du business plan d'un restaurant

Troisième étape : respecter la règlementation en vigueur

Après avoir étudié le concept et la viabilité de votre idée, vous devez vous assurer que certaines obligations légales sont respectées. En effet il est nécessaire de respecter une certaine règlementation pour ouvrir un bar.

Cette règlementation couvre entre autres les normes de sécurité et d'hygiène, les affichages obligatoires qui doivent être à la vue de tous, ou encore l'obtention de la licence IV après avoir suivi la formation pour ouvrir un bar qui permet d'avoir le permis d'exploitation. 

Attention, si vous voulez ouvrir un bar tabac, vous devez, en plus, être agréé par la Direction générale de service d’exploitation industrielle des tabacs et allumettes.

Quatrième étape : créer une société, racheter une société ou passer par la location-gérance ?

Au moment d'ouvrir votre bar vous allez avoir plusieurs options. Est-ce que vous préférez créer votre société et développer tout seul votre concept ? Passer par de la location-gérance pour tâter le terrain avant d'acheter ? Ou encore racheter un fonds de commerce déjà existant ? On va préciser chacune de ces possibilités.

  • Ouvrir son bar en créant une société : cela signifie que vous partez de zéro et que vous aurez tout à mettre en place. Vous allez devoir choisir votre statut juridique, rédiger vos propres statuts, faire immatriculer la société, trouver un comptable, employer des salariés et gérer votre société afin qu’elle ait une existence auprès des différentes institutions.

  • Passer par la location-gérance : si vous n’êtes pas familier avec ce terme, sachez que la location-gérance permet de louer un fonds de commerce pendant une certaine période par le biais d’un contrat. Par exemple : le propriétaire loue son bar pendant une certaine durée et le locataire est alors considéré comme le gérant, c’est-à-dire que le propriétaire du bar n’a pas d’avis à donner sur les décisions de gestion. La location-gérance est souvent une phase préalable à la cession de fonds de commerce. Le locataire est alors capable d’évaluer la rentabilité et le potentiel du bar avant de se décider à le racheter. Aucune obligation d’achat ou de vente n’est due suite à la location-gérance car ni le propriétaire, ni le locataire ne sont obligés de céder ou d'acquérir le bar au terme du contrat de location-gérance. 

  • Racheter un bar existant : si vous trouvez une bonne affaire avec un concept existant qui se rapproche de ce que vous vouliez faire, vous pouvez acheter directement le bar. Avec cette solution vous investissez beaucoup, mais c'est une solution qui est souvent vue comme étant rassurante dans la mesure où vous allez investir dans quelque chose que vous pouvez déjà visualiser.

Cinquième étape : louer ou acheter son local ?

Que vous souhaitiez ouvrir un bar à vin, un bar à tapas ou un bar de nuit, vous devez disposer d’un local. Toutefois, vous ne savez pas encore comment vous installer ? Si vous passez par un contrat de location gérance la question de ne pose pas, mais lorsque ce n'est pas le cas il existe les deux possibilités qui s’offrent à vous en termes de locaux :

  • être titulaire d’un bail commercial, ce qui implique que vous êtes un locataire

  • acheter votre local, ce qui nécessite un investissement conséquent

En réalité c'est rarement un choix dans la mesure où ouvrir un bar et acheter un local sont deux investissements très importants.  Il n'est pas courant d'avoir les moyens financiers de pouvoir faire les deux investissements en même temps. C'est la raison pour laquelle, il arrive fréquemment que l'ouverture d'un bar s'accompagne, au moins au début, d'une location de local. Rien ne vous empêche pour autant d'acheter ensuite votre local si l'activité de votre bar prospère et que vous en avez les moyens.

Mise à jour : 23/02/2018

Rédacteur : Raphaëlle DUMOULIN, diplômée d'un Master II Droit Européen des Affaires et Management à Skema Business School. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations