En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Article mis à jour le 14 novembre 2018

Colère des automobilistes face à l’augmentation de la taxation du carburant

Héloïse FOUGERAY
Diplômée d'un Master II en Droit de la Propriété Intellectuelle aux Universités partenaires Paris I Panthéon-Sorbonne et Paris-Saclay. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

La colère gronde face à l’augmentation considérable du prix des carburants : +23% pour le gazole et +15% pour l’essence en seulement un an.

Alors que beaucoup estiment que cette hausse est directement liée à l’augmentation de la fiscalité sur le carburant initiée par le gouvernement, Emmanuel Macron affirme de son côté que “la hausse du prix à la pompe qu’on constate aujourd’hui est liée à 70% à celle du cours du pétrole”.

Quelle que soit la cause de cette augmentation, l’indignation et l’incompréhension règnent chez les automobilistes.

Flambée du prix du carburant et mesures du gouvernement

L'appel à une mobilisation nationale le 17 novembre

Le mécontentement a pris une telle ampleur qu’un appel à mobilisation pour bloquer les routes le 17 novembre a été lancé. Les pétitions se multiplient et pointent du doigt les choix fiscaux du gouvernement, qui sont perçus comme étant la cause principale de la flambée des prix du carburant.

Ce sentiment de colère est partagé autant par les particuliers que par les professionnels. En effet, des opérations “escargots”, visant à ralentir la circulation automobile, ont été menées par les professionnels des travaux publics et du transport. Parmi les professionnels touchés de plein fouet, on retrouve les chauffeurs titulaires d’une licence de taxi ou encore ceux qui ont décidé de devenir chauffeur de VTC.

Une pétition a d’ailleurs circulé le 3 novembre auprès des chauffeurs de VTC, pour demander l’uniformisation de la défiscalisation sur le gasoil. Loin d’être la seule différence entre les chauffeurs VTC et les taxis, ce dispositif ne profite actuellement qu’aux taxis. Avec l’envolée du prix du carburant, cette uniformisation est donc plus que jamais souhaitée par les chauffeurs VTC.

Les solutions de compensation annoncées par le gouvernement

Pour calmer la colère des automobilistes, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures pour aider les plus démunis face à la flambée des prix des carburants. Plusieurs types de mesures devraient être mises en place : 

  • La bonification du barème des frais kilométriques: cette aide concerne les travailleurs obligés d'utiliser leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail. Ces derniers, qu’ils soient salariés ou qu’ils aient fait le choix de devenir travailleur indépendant, pourront en principe bénéficier d’une bonification de leur barème de frais kilométriques déductibles de leurs revenus imposables.
  • L’extension de l’aide aux transports: actuellement présente uniquement dans la région Hauts-de-France, elle devrait être étendue sur tout le territoire français. Ainsi, tous les travailleurs effectuant un trajet journalier de 60 km aller-retour pourront bénéficier de cette aide, dont le montant sera en principe de 20€ par mois.
  • L'augmentation du chèque énergie: Edouard Philippe a annoncé qu'il serait étendu à 5,6 millions, au profit des foyers qui se chauffent au fioul. Ce chèque, attribué sous conditions de ressources, permet de payer des factures pour tout type d'énergie. 
  • Un important développement de la prime à la conversion pour l'achat d'un véhicule neuf:  le montant de la prime dépend notamment du véhicule acheté et de son taux d'émission de CO2.

La vente de carburant à prix coûtant : une solution transitoire?

Face à l’envolée des prix à la pompe, deux grands distributeurs, E. Leclerc et Carrefour, ont décidé de vendre le gazole et l’essence à prix coûtant, c’est-à-dire sans faire de marge sur leurs ventes. Il est possible de profiter de cette réduction du prix de vente pour une durée limitée : jusqu’au 17 novembre dans les magasins Carrefour et jusqu’au 30 novembre dans les stations-service de E. Leclerc. Les groupes Casino et Intermarché devraient prochainement s’aligner et proposer une offre équivalente.

Toutes ces initiatives auront-elles un réel impact sur le porte-monnaie des français ? A vous d’en juger ! Quoi qu’il en soit, les stations essence qui vendent du carburant à prix coûtant risquent d’être totalement engorgées pendant les jours à venir.

Mise à jour le : 14/11/2018

Rédacteur : Héloïse Fougeray, diplômée d'un Master II en Droit de la Propriété Intellectuelle aux Universités partenaires Paris I Panthéon-Sorbonne et Paris-Saclay. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations