En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Henrik Holmstrom
Etudiant à Sciences Po Paris. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 15 juin 2018
Temps de lecture : 2 min

Publié le 13 avril 2016

Sur 1.000 entreprises françaises, 998 sont des TPE/PME (moins de 250 salariés).[1] Ces PME représentent presque la moitié de l’emploi salarié en France, soit environ 7,1 millions de salariés, et concentrent près du tiers du chiffre d’affaires total des entreprises françaises.[2] Leur adaptation à un marché plus concurrentiel est donc stratégique pour l’emploi et la situation économique de la France en général. Cela passe, notamment, par la transformation numérique des PME. Que va-t-elle apporter ? Les PME françaises sont-elles vraiment en retard dans ce domaine ?

Un plan d’action national

Le Gouvernement a saisi le Conseil National du Numérique (CNNum) sur le sujet de la transformation numérique des PME le 23 mars dernier. L’idée est que le CNNum, en collaboration avec la Direction Générale des Entreprises et d’autres partenaires institutionnels, élabore un plan d’action national dont les conclusions seront remises aux ministres concernés en juin 2016. Le CNNum va notamment se pencher sur la connectivité des PME, leur capacité de commercer en ligne et leur accès au financement en matière d’équipements.

Le Gouvernement espère mettre en œuvre les premières recommandations avant la fin de l’année 2016.

Quelles opportunités pour les PME ?

De manière générale, le numérique est un levier de croissance fort pour une PME : réduction des coûts fixes, augmentation des ventes grâce au e-commerce, nouvelles stratégies de développement, etc.

Par exemple, grâce à la vente en ligne, les TPE/PME peuvent réaliser des économies d’échelle, améliorer leur visibilité et développer leurs exportations. L’impact positif sur le chiffre d’affaires pourrait favoriser la création d’emplois et l’investissement pour aller plus loin dans la transition numérique.

Les opportunités sont également nombreuses pour améliorer la qualité et la fluidité de l’échange avec le client afin de garantir une satisfaction plus élevée, dans un contexte plus général de transformation des modes de consommation.

Les PME françaises en retard ?

Selon le Gouvernement, qui s’appuie sur plusieurs indicateurs, le retard des PME françaises par rapport aux autres pays européens dans la transition numérique est manifeste. En exemple, est notamment citée la présence web des PME : alors que 95% des PME finlandaises et 80% des PME britanniques disposent d’un site Internet, c’est le cas pour seulement 66% des PME françaises.

Le tableau ne doit cependant pas être trop négatif. Pour le plan d’action national, une des pistes de réflexion du CNNum est la suivante : « poursuivre les efforts en matière de numérisation des échanges et des transaction (délais de paiement, facturation électronique) et les efforts de simplification des démarches administratives ».

En effet, des efforts sont déjà déployés pour la simplification des démarches administratives, suite au lancement de la Mission de simplification de Matignon. Legalstart.fr s’inscrit totalement dans cette approche de simplification, en ayant permis à plus de 20 000 TPE/PME de réaliser en ligne leurs démarches juridiques. Legalstart.fr conseille d’ailleurs la Mission sur les aspects juridiques. Créer une SARL, déposer une marque, recouvrer une facture impayée : notre plateforme permet de gagner du temps et de l’argent sur ces prestations. En outre, cela démontre que les PME françaises se tournent de plus en plus vers des outils en ligne pour leur développement et ont bien amorcé un passage au numérique.

Le numérique soulève de nouveaux défis au premier rang desquels figurent la transformation des modes de travail et le bouleversement des chaînes de valeur traditionnelles. Mais les opportunités liées à la transition numérique sont réelles et doivent être saisies par les TPE/PME pour se positionner sur des marchés globalisés.

Auteurs : Henrik Holmstrom et Tanguy Robert @ legalstart.fr

[1] Chiffres du ministère de l’Economie, 2011

[2] Ibid.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations