En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Sandra Nussbaum
Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 18 mai 2018
Temps de lecture : 2 min

Depuis l’annonce de la mise en place du RGPD pour protéger les données personnelles de l’ensemble des citoyens européen, deux ans se sont écoulés. L’entrée en vigueur du règlement européen est prévue pour le 25 mai 2018 et les sanctions seront immédiatement applicables en cas de non conformité des entreprises.

Pour autant, force est de constater qu’à l’aune de l’effectivité de ce règlement, un certain nombre d’entreprises ne sont pas encore à jour dans leurs nouvelles obligations. Ce retard s’explique par le fait qu’une partie d’entre elles n’a même pas conscience d’être concernée par le RGPD.

RGPD entrée en vigueur

Comment savoir si vous êtes concerné par le RGPD ?

Le règlement vise toutes les entreprises, peu importe leur taille et leur secteur d’activité, qui possèdent des données personnelles sur des citoyens européens. Le fait que les données soient seulement stockées et non utilisées n’a pas d’importance, tout comme le support choisi.

Même si au premier abord il est courant de se dire que c’est un règlement qui concerne les entreprises spécialisées en big data et dans le traitement de données, en pratique la réalité est toute autre. Par exemple, ces entreprises sont concernées :

  • une entreprise qui possède un site internet est quasiment systématiquement concernée car elle collecte en principe des données.
  • une entreprise qui conserve un fichier excel avec le nom de ses clients est concernée.
  • une entreprise qui conserve un fichier avec les données de ses salariés est également visée par ce nouveau dispositif.

Il faut que vous ayez conscience que la seule détention d’informations personnelles sur des citoyens européens suffit à vous faire entrer dans le champ d’application du RGPD.

Quel est le changement apporté par le RGPD ?

Jusqu’à présent, chaque entreprise qui traitait des données personnelles devait faire spontanément une déclaration CNIL. Désormais cette déclaration n’est plus nécessaire.

Vous allez devoir mettre en place un certain nombre de formalités en interne (registre, information des salariés, mise en place de process internes) et en externe pour informer les tiers (charte vie privée).

Pour assurer le respect de la réglementation, il est fortement recommandé, voire parfois obligatoire, de nommer un DPO (Data Protection Officer) qui sera en charge de la bonne tenue de ce dossier. La CNIL peut contrôler les dossiers internes à tout moment, ils doivent donc être mis à jour en permanence.

A partir du 25 mai 2018, la CNIL a la possibilité de commencer à contrôler toutes les entreprises concernées et d’infliger des sanctions en cas de non-respect. Les pouvoirs de la CNIL ont été étendu à ce sujet et les sanctions peuvent aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires de l’entreprise. La responsabilité du dirigeant d'entreprise peut également être recherchée.

Si vous n’aviez pas encore conscience d’être concerné par cette obligation il est encore temps de vous mettre à jour !

Mise en ligne : 18/05/2018

Rédacteur : Sandra NUSSBAUM, diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations