Article mis à jour le 05 décembre 2017

Micro-entrepreneurs et prélèvement à la source en 2019

Sandra NUSSBAUM
Diplômée d'un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de droit de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Article publié le 5 décembre 2017

Micro-entrepreneurs : faut-il avoir peur de la mise en place du prélèvement à la source en 2019 ?

L’introduction du « prélèvement à la source » pour les micro-entrepreneurs a pour objectif de permettre le paiement des impôts l’année de perception des revenus contrairement au système actuel dans le cadre duquel les contribuables paient leurs impôts l’année suivante.

Ce mécanisme du prélèvement à la source existe depuis 1943 aux Etats-Unis et depuis 1944 en Angleterre. En France il entrera en vigueur le 1er janvier 2019 mais il est important de s’informer dès maintenant sur son impact.

Quels impôts allez vous réellement payer en 2018 et 2019 ? Allez vous devoir accomplir de nouvelles démarches administratives ? Nous vous aidons à comprendre ce qui va réellement changer pour vous en 2019 !

L’année 2018 sera-t-elle une année sans impôts pour les micro-entrepreneurs?

La réponse est oui… et non !

Oui, car en 2018 vous allez payer votre impôt sur vos revenus de l’année 2017. En 2019, avec la mise en place du prélèvement à la source, vous allez payer votre impôt sur vos revenus de l’année 2019 : vous n’aurez donc pas d’impôt à payer pour l’année 2018

Non, car cette réforme arrête le décalage dans le temps du paiement de l’impôt. Vous allez donc quand même payer un impôt en 2019 au titre de l’année 2019 : il n’y aura donc pas d’année où vous n’aurez rien à verser.

Pour résumer vous ne payerez pas d’impôt sur l’année 2018 mais en réalité il n’y aura concrètement pas de changement pour vous dans la mesure où vous allez tout de même effectuer un versement d’impôt en 2019.

A quel moment vais-je devoir payer mon impôt ?

Aujourd’hui l’impôt est exigible en septembre mais vous pouvez l’anticiper en le payant mensuellement ou trimestriellement, on parle alors de mensualisation ou de tiers provisionnel.

Dès 2019, l’impôt sera exigible le 15 de chaque mois, le paiement sera donc par principe mensuel. Vous pourrez toutefois opter pour un paiement trimestriel. On parlera d’acomptes dans ce cas.

En définitive, si vous êtes déjà mensualisé ou au tiers provisionnel, rien ne change.

Dois-je accomplir des formalités additionnelles ?

Non, vous n’avez rien à faire de plus. La seule démarche à accomplir reste la déclaration d’impôt annuelle (pour les régularisations éventuelles).

Que se passe-t-il si je décide de créer ma micro entreprise en 2019 ?

En cas d’option pour le régime fiscal de la micro entreprise deux possibilités continuent de coexister :

  • verser spontanément un acompte en 2019 : cela suppose de pouvoir estimer le chiffre d’affaires de l’année pour payer l’impôt mensuellement ou trimestriellement dès la fin du 1er mois ou trimestre suivant la création.
  • attendre septembre de l’année suivant la création : pour pouvoir déterminer votre véritable taux d’imposition l’administration a besoin de pouvoir se baser sur une année complète. C’est la raison pour laquelle si vous créez votre micro entreprise en février 2019 vous pouvez faire le choix de ne pas verser d’acomptes et commencer à payer vos impôts uniquement en septembre 2020. Attention, cela ne signifie pas que vous ne payerez pas d’impôt pour la période de février 2019 à septembre 2020, cela veut juste dire que vous préférez attendre de connaitre le chiffre d’affaires réellement réalisé pour payer le montant exact d’impôt.

En définitive, aucune inquiétude à avoir, la mise en place du prélèvement à la source ne va pas vous impacter directement. Les modifications apportées sont théoriques et n’auront pas réellement d’incidences en pratique ! 

A noter qu'en cas de création d'entreprise individuelle, même si vous n'avez pas opté pour le régime de la micro-entreprise, les informations de cet article vous concernent.

Mise en ligne : 05/12/2017

Rédaction : Sandra Nussbaum, diplômée d’un Master II en Droit Fiscal à la Faculté de Lyon III. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

En savoir plus : comprendre le mécanisme de l’acompte

Dès 2019 le paiement de l’impôt se fera par acompte mensuel ou trimestriel. Cet acompte sera calculé directement par l’administration fiscale sur la base du bénéfice réalisé l’année précédente. Il sera ensuite prélevé automatiquement par l’administration le 15 de chaque mois sur votre compte.

Comment seront calculés vos acomptes ? L’acompte sera basé sur le bénéfice fiscal de l’année N-2 pour les six premiers mois de l’année N, et sur le bénéfice fiscal de l’année N-1 pour les six mois suivants. Il y aura donc une réévaluation annuelle de l’acompte en septembre.

Attention : les revenus exceptionnels comme les indemnités d’assurance et les plus-values ou moins-values professionnelles ne rentreront pas dans l’assiette de l’acompte.

Exemple pour le paiement de l’impôt en 2019 : l’acompte sera calculé de janvier 2019 à août 2019 sur la base du bénéfice fiscal de l’année 2017. Ensuite il sera calculé de septembre 2019 à décembre 2019 sur la base du bénéfice fiscal de l’année 2018.

Quel sera le taux appliqué à vos acomptes ? C’est exactement le même raisonnement que pour le calcul de l’acompte. On appliquera le taux de l’année N-2 pour les six premiers mois de l’année N, puis le taux de l’année N-1 pour les six mois suivants.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations