En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Article mis à jour le 03 mars 2017

Peut-on dresser un portrait robot du travailleur indépendant?

Malo de Braquilanges
Diplômé de Sciences Po et spécialisé dans l'accompagnement des créateurs d'entreprise chez Legalstart.fr. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Publié le 3 mars 2017

Le nombre total d’indépendants en France a été divisé par deux depuis 1970, pour ne représenter que 1/10e des travailleurs en 2014.

L’émergence de nouveaux modes de travail et de nouvelles technologies collaboratives a fait exploser le nombre de freelances ces dernières années et pourrait inverser la tendance.
Portrait-robot du travailleur indépendant.

Qu’est-ce qu’un travailleur indépendant ?

Le terme travailleur indépendant revêt une signification complexe traduisant une réalité assez hétérogène. Du chef d’entreprise au consultant, en passant par la restauration ou les salons de coiffure, et bien sûr le freelance fournissant ses services en direct ou via les plateformes collaboratives, des métiers très divers sont concernés par l’appellation.

Free-lance, consultant, designer, développeur web, coiffeur, esthéticien, conseiller… Qui est le travailleur indépendant ?

Portrait-robot de l’indépendant en France

Une étude du Haut Conseil pour le financement de la protection sociale (HCFIPSen date du 27 Février 2017 ont en quelque sorte révélé la “carte d’identité du travailleur indépendant” : c’est un homme dans 66 % des cas. Le passage au travail indépendant intervient relativement tard dans la vie professionnelle puisqu’il a en moyenne 46 ans.

Professionnellement, il intervient majoritairement dans le secteur des services. Cette tendance s’explique par la réduction importante de la part des agriculteurs depuis 1970 : alors qu’ils formaient environ la moitié des rangs des travailleurs indépendants, ils n’en représentent aujourd’hui plus que 15 %, alors que les exploitants agricoles sont à 63 % indépendants. Plus d’information sur l’entreprise agricole.  

Le travailleur indépendant gagne en moyenne un peu moins de 40.000 euros par an. Un indépendant sur dix déclare un revenu nul, voire négatif.

Qu’en est-il de la retraite ? L’indépendant travaille plus longtemps, de quelques mois en moyenne, que le salarié. Sa pension de retraite est légèrement plus faible, avec 1170 € contre 1280 € pour un salarié.

En définitive, le travailleur indépendant, free-lancer ou pas, c’est un peu vous et moi. Le gros enjeu c’est aujourd’hui de repenser le cadre juridique et social pour leur permettre de se développer tout en bénéficiant d’une certaine sécurité. C’est aussi comme ca que l’on luttera efficacement contre le chômage, comme y invitent les réflexions de Jacques BARTHÉLÉMY et Gilbert CETTE décrites par la revue Futuribles.

Mise à jour : 03/03/2017

Rédacteur : Malo de Braquilanges, diplômé de Sciences Po et spécialisé dans l'accompagnement des créateurs d'entreprise chez Legalstart.fr. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations