En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à réaliser des statistiques de navigation et à vous proposer des offres adaptées à vos besoins.
En savoir plus
Fermer
Robin Rouja
Diplômé de la Toulouse School of Economics et spécialisé dans l'accompagement des créateurs d'entreprises chez Legalstart.fr. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.
Article mis à jour le 26 mars 2018
Temps de lecture : 3 min

Publié le 3 juillet 2017

Travailleurs salariés, vous avez forcément déjà rêvé de travailler depuis votre canapé et de ne pas avoir à prendre le métro pour vous rendre au bureau. Bonne nouvelle, c’est possible ! Le télétravail s’est massivement invité dans la vie des entreprises depuis quelques années. Selon les estimations du cabinet de conseil RH Kronos, 16,7 % des français télétravaillent plus d’une journée par semaine. Alors, pourquoi pas vous ? Retour sur les avantages et les inconvénients de ce phénomène nouveau.

Télétravail, comment ça marche ?

Le télétravail consiste pour un employé à effectuer ses tâches professionnelles hors des locaux de l’entreprise. Le salarié travaille alors à son domicile, dans un espace de co-working, etc. Cette organisation différente du travail est née avec l’avènement des nouvelles technologies et la possibilité de travailler via un ordinateur portable ou un téléphone mobile.  

Aujourd’hui, le télétravail est reconnu par le Code du travail et est possible dès lors qu'employeur et travailleur sont d'accord. Si cette solution est choisie dès l'embauche du salarié, le contrat de travail doit prévoir ses conditions. Si le télétravail est choisi en cours de contrat, il doit faire l'objet d'un avenant au contrat. Quoi qu'il en soit, le contrat d'origine ou l'avenant au contrat devra obligatoirement mentionner :   

  • Les aspects concrets de la relation de télétravail : charge de travail du salarié, modalités de liaison avec l'entreprise, etc. 
  • Les aspects matériels du télétravail : prise en charge financière des équipements professionnels du télétravailleur.
  • La durée de la période d'essai du télétravail.
  • L’indemnisation spécifique du télétravailleur au titre de l'occupation professionnelle de son domicile.
  • Le caractère réversible du télétravail : le contrat doit préciser à quelles conditions le salarié peut arrêter le télétravail pour revenir à une situation de travail classique. (Seulement en cas d'avenant au contrat d'origine).

Le télétravail : pour un meilleur train de vie de l’employé

Tranquillité et liberté : voici les deux avantages majeurs du télétravail pour le salarié. Alors que les chiffres sur le stress au travail sont en constante augmentation, le télétravail s’affiche comme une bonne solution pour enrayer la tendance. L’environnement de travail y est pour beaucoup : le télétravailleur effectue ses tâches dans un environnement personnel, plus reposant qu’un lieu de travail classique. Il gère son temps librement et organise ses tâches comme il le souhaite. Le résultat est concluant : les télétravailleurs sont réputés moins stressés que les autres travailleurs.

Le télétravail se présente aussi comme un gain de temps. Alors que les français passent en moyenne chaque jour près d’une heure dans les trajets domicile-travail, le télétravailleur économise ce temps-là pour se consacrer à sa famille, ses loisirs, ou tout simplement pour augmenter son temps de sommeil ! Une meilleure gestion du quotidien profitable à ces nouveaux travailleurs.

Employeurs, pourquoi adopter le télétravail ?

S’il semble assez évident que le télétravail profite à l’employé, les choses sont moins évidentes pour l’employeur. Face aux hésitations, les chiffres parlent en faveur du télétravail.

  • Augmentation de la productivité des travailleurs de 22 % ;
  • Augmentation du temps de travail de 2,5 % ;
  • Diminution de 5,5 jours par an des arrêts maladie.

La clef de ces résultats ? Le travailleur a une approche différente de ses tâches professionnelles et est prêt à y consacrer plus de temps. Son environnement de travail lui permet d’être plus concentré et d’augmenter son efficacité. Au final, l’ultime bénéficiaire du processus est l’employeur !

Adopter une culture d’entreprise différente pour limiter les inconvénients du télétravail

La première crainte que suscite le télétravail est celle du manager qui ne peut plus superviser l’employé. Il est en effet difficile d’avoir une supervision complète du travail de l’employé lorsque celui-ci travaille à distance. Face à ce problème, deux solutions :

  • Fixer des horaires sur lesquels le télétravailleur doit être connecté : il doit répondre aux mails et aux contacts téléphoniques. Ces créneaux définis permettent au manager de superviser l’employé tout en évitant la confusion entre la vie personnelle et professionnelle de l’employé.

  • Le manager doit adopter des méthodes différentes. Un management par objectif est bien adapté au télétravail. Le manager ne supervise pas les horaires de travail de l’employé ni les moyens mis en oeuvre pour effectuer ses tâches. Au lieu de cela, il fixe des objectifs et s'assurent qu'ils soient remplis en exigeant des comptes rendus et des résultats.

Le télétravail connaît un autre inconvénient : l'isolement du travailleur. Pour éviter que celui-ci se sente détaché de l’entreprise et pour préserver l’esprit d’équipe, plusieurs solutions peuvent être adoptées : réunions régulières en vidéoconférence, journées sans télétravail, etc.

Les avantages du télétravail sont indéniables. Aujourd’hui cependant, toutes les activités ne permettent pas le télétravail et certaines entreprises sont encore assez réticentes. Pour l’employé, le télétravail est souvent une affaire personnelle qui dépend de la relation au travail qu’il souhaite avoir. Quoi qu’il en soit, le télétravail repose sur une relation de confiance entre le salarié et son employeur et nécessite d’adopter une vision nouvelle du travail en entreprise.

Mise à jour : 03/07/2017

Rédaction : Robin Rouja, diplômé de la Toulouse School of Economics et spécialisé dans l'accompagnement des créateurs d'entreprises chez Legalstart.fr. Sous la direction de Pierre Aïdan, docteur en droit et diplômé de Harvard.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir nos dernières informations